Corse Net Infos - Pure player corse

La subvention de la CTC réduite de 70 000€ : Les craintes du centre culturel Una Volta


Rédigé par le Mercredi 10 Septembre 2014 à 23:56 | Modifié le Jeudi 11 Septembre 2014 - 00:12


La Collectivité territoriale de Corse programmerait-elle la disparition du centre culturel Una Volta ? La question a été posée mercredi soir au centre culturel de Bastia où de nombreuses personnes s'étaient rassemblées pour entendre Dominique Mattei, directrice de Una Volta, et Feli, pour Scola in festa une association qui a passé une convention avec le centre culturel , exposer les menaces qui planent sur l'avenir d'Una Volta ainsi que les associations qui, au nombre de trois, ont passé des conventions avec lui. De quoi s'agit-il ? Dominique Mattei fait le point.


Dominique Mattei et Féli : Inquiets pour l'avenir de Una Volta et des associations conventionnées
Dominique Mattei et Féli : Inquiets pour l'avenir de Una Volta et des associations conventionnées
- Que s'est-il passé avec la CTC ?
- La convention que nous avons avec la CTC porte sur les activités globales d'Una Volta. Elle lie l'association Una Volta, la Collectivité territoriale de la Corse et la ville de Bastia. Le budget global annuel d'Una Volta est d'environ de 1 million d'euros. Il est abondé par plusieurs sources : par le centre national du livre, par du mécénat. Mais aussi par la CTC - normalement - à hauteur de 320 000€, somme qui est prévue au titre d'une convention quadriennale. Il y a moins d'un mois, nous avons appris que pour l'exercice en cours ces 320 000 € seraient réduits à 250 000 €.

- Vous savez pourquoi ?
- Non, nous n'avons eu aucune explication.

- Quelles vont être les conséquences pour le centre culturel ?
- Elles vont se caractériser par une amputation extrêmement sévère de nos projets. Il y aura aussi des conséquences sociales puisque dès le mois prochain nous allons être obligés de recourir à des mesures de chômage partiel dans la mesure où nous serons obligés de réduire assez drastiquement l'activité. De toutes façons, même en réduisant notre activité, pour ne pas mettre l'association trop en péril et ne pas finir avec un déficit de 70 000 €, nos comptes seront quand même déficitaires en fin d'année. Ce sera la première fois en 35 ans.

- On va donc vers du chômage partiel ?
- Il y aura du chômage partiel si d'ici le mois prochain les choses ne s'arrangent pas. Mais nous ne désespérons pas que cela s'arrange.

- Le Festival de la BD est-il menacé ?
- L'édition est maintenue mais si la situation reste en l'état l'édition 2015 sera moindre que ce nous avions prévu et très en retrait de ce qu'elle a été dans le passé. Mais faut-il, peut être, que les choses aient été et ne soient plus.

- Cela pourrait avoir aussi des conséquences sur l'économie de la ville ?
- Les conséquences pourraient être effectivement aussi économiques. Les rencontres de la bande dessinée et de l'illustration drainent un public nombreux à Bastia. Notamment des Corses qui passent le week-end à Bastia mais il y a, aussi, tous les professionnels du livre, les attachés de presse, la presse nationale. Mais cela pourrait avoir des conséquences également sur le long terme puisque Una Volta - premier employeur culturel - a 10 salariés permanents et fait travailler 25 professeurs dans autant d'ateliers de pratique artistique. C'est autant de familles qui seront touchées.

- Diminuer les subventions d'Una Volta c'est, aussi, diminuer l'offre culturelle de Bastia : La municipalité vous soutient-elle?
- Oui. La municipalité a honoré la convention à la hauteur du financement qui était prévu. Sa participation, prévue, était de 355 000 € pour 2014. Elle a versé 355 000 €.

- Que se passera t-il si vous n'arrivez pas à rétablir le budget prévu?
- Nous allons essayer de renforcer la politique du mécénat. Mais il ne faut pas rêver : nous sommes sur un territoire qui est économiquement fragile. Dès lors le mécénat d'entreprise ne pourra pas tout combler ou tout rattraper. La mission que rempli Una Volta peut être considérée comme une mission de service public. A ce titre on pouvait espérer que les pouvoirs publics abondent le budget de façon à ce que notre travail puisse s'effectuer.

- Optimiste ou pessimiste pour l'avenir immédiat ?
- Je ne sais pas…

Féli : "Solidaire"

Le 10 juillet 2014, la Collectivité territoriale de Corse votait une baisse de 22% de la subvention prévue pour Una Volta réduisant ainsi au milieu de l’année le budget 2014 de moins 70 000€.
Cette décision qui n’a fait l’objet d’aucune concertation ou information préalable met Una Volta devant un choix.
Soit poursuivre le programme d’action prévu et être contraint de présenter, pour la première fois en 37 ans d’activité, des comptes en déficit.
Soit supprimer toutes les actions prévues pour présenter en fin d’année des comptes à l’équilibre.
C'est ce qu'a exposé au début de la réunion qui a rassemblé plusieurs dizaines de personnes mercredi soir au centre culturel Dominique Mattei en reprenant pour l'essentiel le propos que nous développons ci-dessus.

Féli a, quant à lui, rappelé le sort fait aux associations - il y a aussi le Cacel et U Timpanu - qui ont adhéré aux orientations stratégiques culturelles de la CTC.
S'exprimant pour Scola in festa il a rappellé : "Nous avons été conventionnés en 2013 et en 2014, en plein exercice - et c'est cela qui nous choque et nous fait mal - on ampute notre subvention de 30%. Mais nous n'avons pas signé d'avenant que l'on nous proposait car, nous attendions la fin de l'été et des congés pour essayer d'avoir des explications. Nous avons fait de nombreux courriers au président du conseil exécutif, Paul Giacobbi, notamment, mais nous attendons toujours les réponses. Il y a eu des courriers collectifs et des courriers individuels. Toujours sans succès. "
Moins 30% ce la signifie pour nous 20 000 € en moins. Et dans ces conditions nous ne pourrons jamais ouvrir.
Mais sans voir contacté qui que ce soit à ce jour, nous avons reçu - hier - un mail émanant de la CTC nous précisant que notre subvention allait être maintenue pour l'année 2014 !
Tout cela pour vous dire que la gestion de la CTC nous semble un petit peu légère et cela nous donne l'impression que tout est un peu brouillon à ce niveau. Quoi qu'il en soit, imaginons que Scola in festa touche sa subvention et puisse continuer ses activités, comme nous sommes réunis en fédération avec énormément de projets communs aux 5 écoles mais aussi par convention avec le conservatoire, il est bien entendu impensable que Scola in festa se désolidarise de cette action."


Des parents, des intervenants et membres du comité de soutien l'Amichi d'Una Volta des élues territoriales (Stéphanie Grimaldi  qui s'est proposée de poser une question orale à l'Exécutif lors de la prochaine session de l'assemblée de Corse et Fabianna Giovannini qui apporté le soutien de Femu a Corsica et a préconisé, pour savoir ce qui se passe, un regroupement de toutes les associations qui connaissent le même sort), une étudiante de l'IRA, sont venues ensuite entretenir le débat traduisant la réelle inquiétude de tous pour l'avenir immédiat d'Una Volta…
Une inquiétude toute contenue dans le discours de Victor Hugo, prononcé en 1848 devant l'assemblée nationale, lorsqu'il était question de diminuer le budget de l'instruction civique, lu en partie et en Français par Dominique Mattei et repris partiellement in lingua nustrale par Féli…




Dans la même rubrique :
< >

Lundi 5 Décembre 2016 - 21:26 Et si on mangeait du grillon pour ce réveillon?

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85330 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40807 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 346