Corse Net Infos - Pure player corse

La police avait confondu savon et cocaïne : Le commerçant corse demande réparation à l'Espagne


Rédigé par le Dimanche 6 Avril 2014 à 18:26 | Modifié le Lundi 7 Avril 2014 - 00:54


Un commerçant insulaire réclame à l'Etat espagnol plus de 83 000 euros d'indemnité pour avoir passé deux mois en prison. Il avait été arrêté en compagnie de son père, en Espagne, après avoir embarqué une cargaison de savons à Figuères. Les Espagnols pensaient être tombés sur une énorme cargaison de cocaïne.


La police avait confondu savon et cocaïne : Le commerçant corse demande réparation à l'Espagne

L'information vient d'elperiodico.com . Le journal espagnol rappelle que Jacques-Benoît Fiocconi avait été interpellé, en compagnie de son père, Laurent, surnommé "El Mago", ancien collaborateur de différents réseaux colombiens, le 23 novembre 2012, alors qu'il circulait en direction de la France au volant d'un fourgon. A bord du véhicule, quelque 2 850 pains de savons, de couleurs et tailles variées, pour 350 kg de marchandise. 
La grosse affaire pour les Espagnols. Les grands titres dans la presse française. Sauf que le savon était du… savon !

Il n'en demeure pas moins qu'interpellé par la Guardia Civil, qui s'appuyait sur des narcotest indiquant la présence de cocaïne dans des échantillons de savon prélevés au hasard, le commerçant est resté en prison jusqu'au 4 février 2013 après que l'institut national de toxicologie  espagnol ait précisé officiellement qu'il n'y avait aucune présence de drogue dans les barres de savon. 
En fait, l
es produits cosmétiques avaient été achetés dans une usine de parfumerie de Figuères,  pour être commercialisés en Corse. 

Poursuivis pour "crime contre la santé publique", le tribunal de Figuères, avait refusé,  de relâcher les deux hommes malgré une première contre-expertise invalidant les résultats des analyses initiales. Ce n'est qu'au terme d'une nouvelle expertise scientifique que la justice a finalement relâché le commerçant et son père. 
Aujourd'hui 
Jacques-Benoît Fiocconi réclame une indemnisation - on cite le chiffre de 83 000€ - pour son séjour en prison et pour les dommages moraux subis. La police catalane soutient que la double arrestation est due à un simple contrôle de routine. Le commerçant pense, lui, que celle-ci ne peut pas être étrangère aux enquêtes menées sur son père et son implication éventuelle entre mafia corse et marseillaise.

"Son avocat, Me Marti Canaves, met en cause la fiabilité des analyses toxicologiques menées par des laboratoires qui n'en sont pas à leur première erreur. En septembre 2010, un médecin panaméen avait ainsi été poursuivi à tort pour trafic de cocaïne. Des médicaments homéopathiques, en provenance d'Uruguay, avaient également été confondus avec de la drogue, incriminant un couple espagnol qui avait reçu cette marchandise par courrier. 

L'avocat veut enfin faire la lumière sur les raisons qui ont conduit le tribunal de Figuères à maintenir son client en détention malgré une première analyse négative" rapporte dans son édition de dimanche l'Indépendant de Perpignan.





Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 21:58 Ajaccio : Un poids-lourd se couche dans un rond-point

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
Faits divers
Marilyne SANTI | 14/10/2016 | 41493 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Faits divers
Charles Monti | 14/08/2016 | 37503 vues
00000  (0 vote) | 38 Commentaires
Faits divers
Charles Monti | 17/08/2016 | 33695 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 37