Corse Net Infos - Pure player corse

"La part de l'autre ": L'appel à "perpétuer notre tradition corse d’accueil et d’hospitalité" de Francine Demichel


Rédigé par le Jeudi 5 Novembre 2015 à 15:00 | Modifié le Jeudi 5 Novembre 2015 - 15:32


"Vingt et trois étrangers, et nos frères pourtant » Aragon, (L’Affiche rouge). "Des intellectuels fortement médiatisés prônent le repli frileux devant les migrants et suggèrent la fermeture des frontières. Certains philosophes parlent même de « grand remplacement », comme si les immigrés allaient porter atteinte à notre culture, à nos langues, à nos valeurs et à notre mode de vie" souligne dans un texte qu'elle nous a fait parvenir, l'universitaire Francine Demichel.


En réalité, seuls six millions quatre cent mille personnes d’origine extra européennes vivent en France, soit à peine 10 % de la population. Depuis le début de l’année 2015, six cent trente mille migrants sont arrivés en Europe. En France, le solde migratoire des immigrés est de cent quarante mille personnes en 2013 : le nombre d’entrées progresse plus faiblement que les sorties, pendant que les départs des Français vers l’étranger augmentent. Quant au nombre d’acquisition de nationalités, il a chuté de cinquante mille en 2013. Mais au-delà de données chiffrées, il faut le dire fortement, l‘avenir de notre pays est dans la diversité et l’accueil des étrangers. Tous ceux qui se réclament d’une pensée humaniste doivent défendre le droit individuel à la mobilité. Un pays aux frontières étanches est un pays qui meurt ; une société qui ne sait plus offrir son hospitalité à l‘étranger, à l‘autre, est moribonde.
 
Tels nos ancêtres corses qui se trouvaient contraints de quitter l’île, ces femmes et ces hommes qui fuient leurs pays en raison des guerres ou des persécutions sont courageux et souvent pourvus de diplômes élevés : ils peuvent nous apporter leurs compétences. Ne laissons pas échapper cette exceptionnelle opportunité. C’est un apport d’intelligence dont nous avons besoin ; il ne s’agit pas que les uns prennent la place des autres ou inversement, il s’agit bien au contraire d’accueillir fraternellement ce surplus que constituent ceux et celles qui choisissent notre pays pour y reconstruire leur vie.
 
Pareil supplément de richesse serait particulièrement bien venu en Corse où la population vieillit et où les jeunes gens deviennent rares. On n’en finirait pas d’énumérer ces milliers de personnes plus ou moins connues, ces étrangers « qui ont fait la France », ces artistes, ces savants, ces universitaires, ces ingénieurs, ces avocats, ces entrepreneurs, ces médecins, ces écrivains, ces, philosophes, ces architectes, ces musiciens, ces sportifs qui sont venus mener une vie commune avec nos parents. Ils nous ont appris qu’on pouvait à la fois être attachés à un multiculturalisme pour ne pas se perdre et chercher à s’identifier à son hôte pour mieux se trouver soi-même. La France et plus largement l’Europe peuvent s’enorgueillir d’avoir été le creuset de multiples immigrations venant du monde entier, de tous les continents : tous ces exilés ont, par leur travail, par leur créativité, enrichi le pays et ils font partie de notre héritage culturel. Certains furent des « torches » qui éclairèrent le monde.
 
C‘est en refusant d’accueillir aujourd’hui ces nouveaux étrangers, qui courent tous les risques pour venir chez nous, que l’on mettrait en péril ce que certains bien pensants appellent « l’identité » française ou corse.
Tout en soutenant vigoureusement les nôtres, en luttant avec eux  contre la précarité et la pauvreté, donnons l’hospitalité à ces migrants, sans renier leur origine étrangère. Ils sauront nous offrir à leur tour l’affection avec laquelle nous leur aurons ouvert nos maisons, nos métiers, nos villes, nos villages, bref « a nostra terra ».
Francine Demichel
 
Ce texte (La part de  l’autre) est proposé à la signature de celles et de ceux qui se sentent solidaires de la volonté de perpétuer notre tradition corse d’accueil et d’hospitalité.
 
----------------------------------------------------------------------
 
Premiers Signataires du texte
 
Thérèse ALBERTINI
 
Jean-Claude ALEGRE
 
Jean ALESANDRI
 
François-Aimé ARRIGHI
 
Jacques-Henri BALBI
 
Nicole BALBI
 
Danièle BELLONI
 
Jean-Louis BLAINEAU
 
 Jean-Pierre BONNAFOUX
 
Jérôme CAMILLY
 
Gisèle CASABIANCA
 
Toni CASALONGA
 
Estelle CERVETTI
 
Gabriel CULIOLI
 
Francine DEMICHEL
 
Hélène  DUBREUIL
 
Philippe DUBREUIL
 
Michèle DUFRESSE-MARCELLESI
 
Yves FANTON
 
Anne FAURE
 
Antoine FAURE
 
Mathilde FEDI
 
Lucien FERRACCI
 
Francis FERRUA
 
Joseph FINI
 
Jacques-Antoine FORCIOLI
 
Soufyane FRIMOUSSE
 
Christiane GIO
 
Antoine GRAZIANI
 
Françoise GRAZIANI
 
 Didier HOUSSIN
 
Armelle LANFRANCHI 
 
Bernard LECOMTE
 
Marie-Jo LECOMPTE
 
Ghjiseppu MAESTRACCI
 
Jacky MARTI
 
François MORIN
 
François NATALI
 
Jacques ORSONI
 
André PACCOU
 
Marius PAPI
 
Rose-Marie PAPI
 
Jean-Marie PERETTI
 
Marie PERETTI-NDIAYE
 
François PERNIN
 
Gaston PIETRI
 
José PIETRI
 
Noël PINZUTI
 
Marie-Jeanne POGGI
 
Antoine POLETTI
 
Louis al-RAHI
 
Roland RINALDI
 
Alex ROSSI




Dans la même rubrique :
< >

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85600 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 41024 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 349