Corse Net Infos - Pure player corse

La fauconnerie appelée à la rescousse pour effaroucher les étourneaux ajacciens


Rédigé par le Mardi 1 Décembre 2015 à 20:06 | Modifié le Mercredi 2 Décembre 2015 - 00:51


La Société Merlyn spécialisée dans l’effarouchement des nuisances grâce à ses rapaces, interviendra toute cette semaine sur Ajaccio à la demande la Ville, pour effrayer les étourneaux, espèce indésirable aujourd’hui parce que trop présente dans nos villes. 200 000 oiseaux survolent la cité et ses environs, y dorment, l’envahissent et la délaissent chaque matin, nous faisant cadeau de leurs montagnes de déjections. Faucons, buses et aigles devraient faire fuir jusqu’au dernier et définitivement ces oiseaux qui dessinent pourtant de si belles volutes dans le ciel ajaccien.


La fauconnerie appelée à la rescousse pour effaroucher les étourneaux ajacciens
La technique reste très simple, elle consiste à générer un stress lié à la peur, pour que les nuées d’étourneaux décident de ne plus revenir sur le site qu’elles pensent devenu trop dangereux. La société Merlyn met un point d’honneur à n’utiliser que des solutions sans danger pour l’homme et l’équilibre de l’environnement. Chaque problème est traité de manière personnalisée, en fonction du lieu, des populations « nuisibles » et de l’intervention. L’activité d’effarouchement à l’aide de la fauconnerie est apparue après la seconde guerre mondiale pour lutter contre le péril aviaire. Elle consiste à faire fuir par l’emploi de rapaces, des oiseaux dont la concentration excessive occasionne des nuisances et les font qualifier de nuisible.
 
Les nuisances causées par les étourneaux
« C’est l’une des rares espèces qui s’est très bien adaptée aux grandes villes. L’étourneau est un oiseau diurne qui a une très mauvaise vision nocturne. Dans leur environnement nocturne normal, les étourneaux se rassemblent la nuit sur des arbres feuillus faisant office de dortoirs et y restent calmes et silencieux, à l'abri des prédateurs de la campagne, alors qu’en ville un halo lumineux permanent, les rend plus actifs et nerveux. Ils se déplacent et émettent alors des piaillements qui gênent la population sans parler de leurs fientes qui provoquent beaucoup de désagréments. Au petit matin ils retournent dans les campagnes pour se nourrir. Sans compter que l’étourneau peut produire 2 à 3 couvées par saison à raison de 4 à 6 œufs par couvée » explique Ludwig Verschatse fauconnier et gérant de la Sarl Fauconnerie Merlyn.
 
 
Des rapaces justes pour dissuader
Ils sont au nombre de 6, volants dans les airs ajacciens depuis une semaine deux fois par jour : tôt le matin au départ des nuées d’étourneaux et à la tombée de la nuit lorsqu’ils regagnent leurs arbres dortoirs. Les faucons, les aigles et les buses provoquent l’insécurité qui condamnera l’étourneau a chercher un endroit plus sûr et sans danger.
Une aire de repos en ville accueille les rapaces qui seront installés dès 9 heures le matin. Perches, blocs, bacs d’eau et alimentation sont mis à proximité pour leur créer un environnement accueillant, car le stress est naturellement présent chez tous les oiseaux.
Dès 10h30 le site à traité est observé et les différents paramètres sont pris en compte : comportement des étourneaux, direction d’où ils arrivent et celle qu’ils reprennent au petit matin, éclaireurs qui explorent le site….
 
Des journées types
Les vols des prédateurs commencent vers 11h30. Tout d’abord un vol libre et bas dont le but est de perturber les nuisibles et leurs éclaireurs qui vont oser descendre sur les arbres, les fils électriques…
Plus tard dans l’après-midi, les haut-vols intercepteront et bloqueront les vagues d’étourneaux qui essayeront de revenir sur leur site habituel. Ils seront repoussés vers des endroits où ils ne gêneront pas la population, à l’extérieur de la ville.
Par la présence continue des haut-vols, pendant 3 jours les étourneaux reviendront de moins en moins nombreux pour ne plus oser s’approcher au bout du quatrième ou cinquième jour. Parfois il arrive qu’ils fassent une dernière tentative le 6ème jour, ce qui explique une présence préférable, d’au moins une semaine pour traiter correctement et définitivement ce problème de nuisibles.
Deux fois par jour, dès la deuxième journée d’intervention, à la tombée de la nuit et le matin tôt, les sites seront surveillés pour lever et éloigner les étourneaux récalcitrants.
 
Un site devenu dangereux pour des oiseaux qui communiquent entre eux ne devrait plus jamais être infesté par la suite. Mais Ludwig Verschatse expliquera qu’il serait plus prudent de faire une autre intervention dans quelques mois pour s’en assurer.
Les ajacciens pourront à nouveau, s’assoir sur les bancs du cours Grandval, garer leurs voitures sous les platanes du centre-ville et dormir du sommeil du juste dès la semaine prochaine.





Dans la même rubrique :
< >

Lundi 5 Décembre 2016 - 23:37 I soldi corsi… C’est pour bientôt !

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85352 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40815 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 346