Corse Net Infos - Pure player corse

La Corse, sentinelle de l’environnement en Méditerranée !


le Vendredi 9 Novembre 2012 à 17:06 | Modifié le Dimanche 11 Novembre 2012 - 23:09


Une conférence scientifique sur le thème du « Changement climatique et pollution atmosphérique : la Méditerranée en questions » s’est tenue jeudi soir à Ajaccio à l’initiative du CPIE de Corte "A Rinascita". L’occasion pour les scientifiques insulaires et continentaux de présenter leurs travaux communs, de sensibiliser le grand public à l’indispensable préservation de l’environnement dans le bassin méditerranéen mais aussi de présenter le rôle prépondérant que jouera notre île dans la préservation de l’environnement au cours des prochaines années.


La Corse a vocation a devenir un pôle de veille environnementale sur la Méditerranée  dans les prochaines années. (Photo: Yannis Christophe Garcia)
La Corse a vocation a devenir un pôle de veille environnementale sur la Méditerranée dans les prochaines années. (Photo: Yannis Christophe Garcia)
Même si la Corse n’est pas, et de loin, la région la plus touchée par les diverses pollutions atmosphériques, il n’en demeure pas moins que notre île, de par sa position géographique centrale au cœur du bassin méditerranéen, n’est toutefois pas complètement épargnée par ces phénomènes. Et bien souvent, elle n’est pas à l’origine, mais bel et bien victime de ces diverses pollutions atmosphériques venues d’en deçà de ses frontières.
C’est dans une volonté de sensibiliser le grand public aux enjeux cruciaux de la problématique environnementale qu’une conférence à l’initiative du CPIE Centre Corse "A Rinascita" (Centre Permanent d'Initiatives pour l'Environnement), en coopération avec l’université Paul Sabatier de Toulouse a eue lieu jeudi soir à la mairie d’Ajaccio.
La délégation de scientifiques* reçue par le maire Simon Renucci a longuement présenté ses travaux actuellement en cours en Corse. Avec une volonté clairement affichée : apporter au grand public une approche vulgarisée et accessible de leur thématique de recherche et des travaux importants en cours sur notre île.

Vulgariser les travaux scientifiques pour les rendre intelligibles
« On ignore souvent les progrès que font les Sciences au quotidien lorsque l’on n’est pas spécialiste. Identifier les causes, conséquences et la mesure d’impact des divers problèmes est essentiel » a ainsi déclaré le maire d’Ajaccio Simon Renucci, en ouverture de la séance. Avant de rappeler le but précis et l’utilité d’une telle conférence : « Aujourd’hui, ici, nous parlons du vivre ensemble, de ce qu’il va se passer demain pour être informé et prendre les bonnes mesures. Cette conférence va pleinement dans ce sens » a-t-il conclu avant de laisser la place aux scientifiques.

Améliorer la qualité de l’air
Et avec force diaporamas, graphiques et chiffres comme outils d’instruction, les scientifiques responsables du projet de recherche international "Charmex" (rassemblant 120 français en collaboration avec 11 pays) ont largement évoqué les diverses problématiques climatiques qui touchent (et toucheront à l’avenir) le bassin méditerranéen et donc la Corse.
« Les régions méditerranéennes sont particulièrement vulnérables et impactées par le changement climatique. Ce qui a des conséquences pour le fabuleux patrimoine environnemental qu’elles recèlent » a expliqué Robert Vautard, directeur de recherche au CNRS en préambule.
Et détaillant précisément ces phénomènes, parmi lesquels le réchauffement climatique, la raréfaction de l’eau douce, les phénomènes météorologiques extrêmes et les feux de forêts. « Les régions de Méditerranée ont un rôle essentiel sur l’ensemble de l’équilibre du climat européen. L’un des enjeux à moyen et long terme est donc d’améliorer la qualité de l’air » a assuré le scientifique.


La conférence, accueillie par le maire d'Ajaccio Simon Renucci a été suivie par un public attentif aux travaux des scientifiques. (Photo: Y C Garcia)
La conférence, accueillie par le maire d'Ajaccio Simon Renucci a été suivie par un public attentif aux travaux des scientifiques. (Photo: Y C Garcia)

Pics d’ozone dans l’air insulaire en été
Et la qualité de l’air a notamment été évoquée sur notre île. Si dans l’ensemble, les mesures prises quotidiennement par le partenaire "Qualitair Corse" aux quatre coins de l’île sont bonnes, il y a cependant parfois des éléments nocifs au dessus de nos têtes pour nous "polluer la vie". « Le 11 août dernier, à Bastia et Ajaccio, des pics d’ozone dans l’air ont été atteints. Cela est dû en grande partie au transport d’air pollué venant notamment du nord de l’Italie voisine mais également du continent et parfois même d’autres pays d’Europe » a affirmé Robert Vautard.
Si effectivement de l’air vicié (par des particules d’ozone en suspension) peuvent nous arriver comme cadeau empoisonné d’autres pays, le grand flux touristique estival et sa cohorte de gaz d’échappements des véhicules polluants (de type camping-car, etc.) ainsi que les fumées noirâtres s’échappant des cheminées des nombreux ferries tout au long de la journée et les rejets des centrales au fioul, le tout ajouté à la chaleur, ne sont sans doute pas étrangers à l’affolement des indices de Qualitair Corse sur la place Saint Nicolas ou sur son homologue du Diamant…

Au cours de l'été 2012, des pics de pollution à l'ozone ont été enregistrés à Bastia et Ajaccio par les stations du réseau "Qualitair Corse". (Photo: DR)
Au cours de l'été 2012, des pics de pollution à l'ozone ont été enregistrés à Bastia et Ajaccio par les stations du réseau "Qualitair Corse". (Photo: DR)

La Corse, sentinelle de l’environnement
Quelle qu’en soit l’origine, cette pollution atmosphérique en Corse et en Méditerranée inquiète et ne doit surtout pas être prise à la légère. C’est fort de ce principe que le CPIE Centre Corse "A Rinascita" collabore depuis 2 ans avec les scientifiques de l’université Paul Sabatier de Toulouse pour installer en Corse une sorte de pôle de veille environnementale. Faisant ainsi de notre île une véritable sentinelle pour la défense de l’environnement méditerranéen.
Concrètement, cette collaboration  se décline avant tout sur l’installation de stations de surveillance, comme à Ersa dans le Cap Corse au printemps dernier, où un nombre incalculable d’appareils sophistiqués prennent en permanence des mesures précises de la qualité de l’air. Mais également d’autres facteurs, comme la pluviométrie (précipitations) ou encore l’héliométrie (vent). En appui de ces stations, des avions et autres ULM apportent également leur concours aux mesures des phénomènes climatiques divers.

Un observatoire corse pour veiller sur la Méditerranée !
« Si tout se passe comme prévu, d’ici à l’été prochain, 2 avions supplémentaires ainsi que des camions équipés d’appareils de mesure seront opérationnels en Corse » explique pour sa part Dominique Lambert, enseignant chercheur à l’université Paul Sabatier détaché en Corse et en charge du projet "Corsica".** Son but : Créer un observatoire méditerranéen pérenne de l’environnement en Corse en interconnexion avec d’autres observatoires et ainsi ériger notre île en véritable sentinelle de l’évolution des phénomènes environnementaux en Méditerranée.
Ce projet fédérateur est réalisé en partenariat étroit avec l’université de Corse, Qualitair Corse, l’Office de l’environnement et d’autres structures. Son financement lui, est assuré par l’Etat, la Collectivité territoriale de Corse et des fonds européens.
 
Gageons ainsi que notre île saura tirer parti de ses nombreuses ressources pour s’illustrer dans le palmarès des régions qui savent concilier avec talent le développement sous toutes ses formes et le respect de l’environnement.
 
Yannis Christophe GARCIA           
Les scientifiques se sont succédé afin d'expliquer les enjeux de leurs travaux avant de laisser la parole au public pour un mini débat. (Photo: Y C Garcia)
Les scientifiques se sont succédé afin d'expliquer les enjeux de leurs travaux avant de laisser la parole au public pour un mini débat. (Photo: Y C Garcia)

* Les scientifiques présents lors de la conférence :
- Robert Vautard, directeur de recherche au CNRS
- François Dulac, chercheur au commissariat à l’énergie atomique
- Dominique Lambert, enseignant/chercheur à l’Université Paul Sabatier (Toulouse)
- Gilles Notton, enseignant/chercheur (département Sciences et Environnement) à l’Università di Corsica.
 
** Projet CORSICA : "Centre d’Observation Régional pour la Surveillance du Climat/environnement Atmosphérique et océanographique en Méditerranée occidentale".      Il consiste à développer une plate-forme instrumentale multi-sites de mesures dédiées aux études atmosphériques en Corse.
 
Infos et renseignements :
- http://cpie-centrecorse.fr
- http://www.univ-corse.fr
- http://www.provence-corse.cnrs.fr
 
C'est avec force diaporamas, graphiques et chiffres comme outil d’instruction, que les scientifiques ont évoqué les enjeux essentiels de la préservation de l'environnement en Méditerranée. (Photo: Y C Garcia)
C'est avec force diaporamas, graphiques et chiffres comme outil d’instruction, que les scientifiques ont évoqué les enjeux essentiels de la préservation de l'environnement en Méditerranée. (Photo: Y C Garcia)




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 00:26 Derby : Notion obsolète ou rivalité bien réelle?

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85518 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40941 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 348