Corse Net Infos - Pure player corse

L'observatoire régional économique opérationnel


Rédigé par le Lundi 17 Novembre 2014 à 23:24 | Modifié le Mardi 18 Novembre 2014 - 00:03


Géraldine Morillon, directrice de la Direccte de Corse, présidente du Gip Corse Compétences, et Jean Zucarelli, président de l'Adec et vice-président du Gip, ont présenté lundi à Bastia la première contribution de l'observatoire économique régional


L'observatoire régional économique opérationnel
L'observatoire, voulu par l'assemblée de Corse et l'Etat et mis en place avec le concours des Fonds européens de développement régional (Feder) a pour objet, depuis sa création le 26 Mai 2011, de collecter, de centraliser, de produire de l'information économique et d'en assurer une exploitation et une large diffusion afin de guider les acteurs locaux dans la conduite de leurs actions respectives.
Jean Zuccarelli et Géraldine Morillon en ont décliné successivement les trois grandes thématiques.
Il s'agit pour l'essentiel de produire et d'apporter une connaissance générale de l'économie insulaire, de produire des informations et des études thématiques permettant de cerner la réalité économique d'une filière, d'un secteur d'activité d'un groupe d'entreprise et enfin de produire des informations relatives aux prix pratiqués en Corse.
Les explications de Jean Zuccarelli.

- Pourquoi un Observatoire régional de l'économie ?
- Il s'agit d'un outil extrêmement, utile, qui vient compléter les informations déjà produites par l'Insee et par un certain nombre de directions de l'Etat. Nous mutualisons ces informations et nous produisons, ensemble, de nouvelles études et de nouveaux tableaux de bord et ce afin d'éclairer décideurs publics et privés. Pour ce qui concerne la collectivité territoriale et l'Etat, par exemple, il s'agit de pouvoir adopter nos politiques publiques en matière de développement économique et d'emploi. C'est un outil que nous avons souhaité il y 3 ans et qui a été approuvé par l'assemblée de Corse. Aujourd'hui, après une période de rodage, il est pleinement opérationnel.

- Comment ?
- Il produit des études régulières. Trois missions lui ont été confiées : une mission d'observation de l'économie générale, qui permet de produire un suivi conjoncturel mensuel de l'économie corse, des études thématiques notamment sur des filières, des entreprises et, enfin, une mission très importante d'observation des prix. Nous avons dans ces trois domaines des résultats très concrets.
Par exemple en matière de prix, nous avons un suivi des principaux biens de consommation courante. A commencer par l'énergie, les carburants, les produits de la grande distribution, les biens alimentaires et nous allons rendre publique, très prochainement, une étude sur la formation des prix, notamment des produits alimentaires. Nous sommes, en fait, sur des réalisations extrêmement concrètes et qui sont portées, désormais, à la connaissance de tous les décideurs mais également du grand public qui peut les consulter sur le site de l'observatoire

- Plus concrètement quels sont les écarts constatés au niveau du prix du carburant ou des prix des produits de la grande distribution ?

- En matière de prix des carburants, ou des biens de la grande distribution, on note des baisses et nous avons, sur ces divers points, un suivi mensuel très précis, avec des comparaisons spatiales à la fois au niveau de la région, qui met en avant des disparités régionales, mais aussi des comparaisons permanentes avec le continent pour voir si notre écart de prix - on sait que l'essence est plus chère ici que sur le continent - se maintient ou à tout le moins ne se dégrade pas, voire se réduit. Sur les biens de la grande consommation nous avons assisté à une baisse des prix sur la plan national comme au plan régional. Aujourd'hui tout peut être objectivé au mois le mois avec des données très précises. Tout cela s'accompagne d'études thématiques particulières qui ne se limitent pas  à l'observation purement statistique mais qui vont dans le détail de l'explication des mécanismes, qui nous disent comment ces filières évoluent et comment nous pourrons les aider à se structurer.

Ce pourrait être le cas du Btp confronté à la baisse des permis de construire et qui pourrait être relancé à travers la command publique?
- Absolument. Cela me permet de préciser qu'une d récente de l'assemblée de Corse conduira à la mise en place une mission d'observation de la commande publique qui intéressera tous les acteurs du Btp en agrégeant et consolidant toutes les données des différents donneurs d'ordre de manière prospective et rétrospective, ce qui permettra de mieux préparer les carnets de commande et, ainsi, mieux gérer leurs activités. Le suivi mensuel de l'observatoire qui comporte toute ces données (permis de construire et mises en chantier) confirme par ailleurs cette baisse des permis de construire.

- Est-ce que ce travail peut influer sur les prix ?
- J'ai tendance à considérer que tout ce qui se mesure a tendance à s'améliorer. A partir du moment on commence à rendre publique une information avérée, ça permet d'éclairer les choses et forcément les acteurs en tiennent compte. 

Les exemples du gazole et sans plomb 95

Entre septembre et octobre 2014, les prix moyens à la consommation du SP95 et du Gazole diminuent :
SP 95 : Baisse de -2.5 centimes d’euro par litre soit –1.6%
Gazole : Baisse de –2.1 centimes d’euro par litre soit –1.5%
Les déclinaisons départementales sont les suivantes :
SP95 : Baisse de -2.3 centimes d’euro pour la Haute-Corse et de -2.6 centime d’euro pour la Corse-du-Sud
Gazole : Baisse de -1.9 centimes d’euro pour la Haute-Corse et de -2.3 centimes d’euros pour la Corse-du-Sud

Au mois d’octobre 2014, les écarts moyens des prix Corse-Continent du Gazole et du SP95 augmentent sur un mois:
SP 95 : Ecart moyen des prix de 10.34 centimes d’euros contre 9.60 centimes d’euros en septembre 2014, soit +7,8%
Gazole : Ecart moyen des prix de 10.99 centimes d’euros contre 9.79 centimes d’euros en septembre 2014, soit +12,3%

Au mois d’octobre 2014, les prix des carburants en Corse restent supérieurs à ceux des Hautes-Alpes (tous types de distributeurs confondus). Les écarts de prix Corse/Hautes-Alpes sont de : Pour l’ensemble des points de vente : + 3.7 centimes d’euros par litre pour le SP95 et +4.9 centimes d’euros par litre pour le Gazole
Hors GMS : -3.0 centimes d’euro par litre pour le SP95 et +0.7 centimes d’euros par litre pour le Gazole


Et du chariot-type

• Le coût moyen du chariot-type est en baisse (-0,2%) par rapport au mois précédent passant de 159,22 euros à 158,95 euros, soit une diminution de 27 cts.
L’écart de prix entre le chariot-type le plus cher et le moins cher est en hausse et passe à 61,83 euros. Il était de 61,71 euros le mois précédent, soit une augmentation de 12 cts.

• Le prix moyen du chariot-type du Grand Ajaccio (+0,1%) augmente tandis que celui du Grand Bastia (-0,4%) diminue.
De ce fait, l’écart de prix entre le chariot-type du Grand Bastia (166,34 €) et celui du Grand Ajaccio (154,61 €) diminue significativement. Il passe à 10,73 euros alors qu’il était de 11,60 euros en septembre 2014.

Le panier-type
Le coût moyen du panier-type s’élève à 28,06 euros contre 27,97 euros au mois précédent, soit une hausse de +0,3%.
• L’écart de prix entre le panier-type le plus cher et le moins cher est en baisse et passe à 9,97 euros alors qu’il était de 10,23 euros au mois précédent.

NB : Sur 754 relevés de prix effectués, 24 sont indisponibles soit 3.2%.
 

 

 




A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
Economie
Charles Monti | 03/06/2016 | 4065 vues
00000  (0 vote) | 1 Commentaire
Economie
Philippe Jammes | 09/05/2016 | 3594 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 10