Corse Net Infos - Pure player corse

L’importance du dépistage du cancer colorectal : Un partenariat noué entre l'ARCODECA et les pharmaciens de Corse


Rédigé par Philippe Jammes le Dimanche 8 Octobre 2017 à 11:11 | Modifié le Lundi 9 Octobre 2017 - 08:02


L’ARCODECA (Centre Régional de Coordination des Dépistages des Cancers en Corse) et l’URPS (Union Régionale des Professionnels de Santé) pharmaciens de Corse se sont associés pour faire avancer le dépistage organisé du cancer colorectal en Corse. Les deux structures viennent de lancer une expérimentation sur un secteur donné de la plaine orientale, de Travo à Borgo. CNI a rencontré les deux responsables, Franck Le Duff, médecin spécialisé en Santé Publique et Santé Communautaire, directeur de ARCODECA et Christian Filippi président de l'URPS pharmacien de Corse .


Les docteurs  C. Filippi et F. Le Duff en officine
Les docteurs C. Filippi et F. Le Duff en officine

CNI : Quelle est l’importance de ce dépistage et qui concerne t-il  ?
Dr Franck Le Duff : Le cancer colorectal touche chaque année environ 43 000 personnes en France et est responsable de près 18 000 décès par an. Le programme national de dépistage organisé contribue pourtant à sa détection précoce, avec, dans ce cas, guérison 9 fois sur 10. En Corse plus particulièrement, le dépistage a du mal à s’implanter. La participation au programme de dépistage organisé varie considérablement selon les régions et les départements : de 13.05 % en Corse à 46.4 % en Ille-et-Vilaine, la Corse fait ainsi l’objet des plus bas taux de dépistage par rapport à l’ensemble des autres régions françaises. La part des cancers sur le côlon et le rectum sont suivis et bien connus. C’est le deuxième cancer chez l’homme et le troisième chez la femme. La population concernée pour ce dépistage est la population entre 50et 74 ans. Il existe un nouveau test immunologique de détection de sang occulte dans les selles, ce test de dépistage permet de détecter un cancer à un stade débutant et de le traiter en augmentant les chances de guérison. Il permet également de repérer des lésions bénignes avant qu'elles n'évoluent en cancer.


CNI : la fiabilité du test ? 
Dr Franck le Duff : Le test est performant fiable et simple. Il  se réalise à la maison en 5 minutes. Il est nécessaire de remplir un questionnaire et d’adresser sans frais, par courrier (la lettre T est fournie) l’ensemble. Attention à bien renseigner la date sur le flacon de prélèvement. Après une quinzaine de jours le résultat est transmis au domicile et auprès de son médecin traitant.  Toute personne de 50 à 74 ans peut donc avec ou sans invitation de l’ARCODECA, se rendre dans l’une des pharmacies de la plaine pour récupérer gratuitement un test. 


CNI : Comment se procurer ce test ? 
Dr Franck Le Duff : La mise à disposition du kit de dépistage se fait habituellement auprès du médecin traitant ou à défaut auprès de l’ARCODECA. Bien souvent la démarche d’aller chez son médecin traitant pour récupérer le test n’est pas faIte et la participation au dépistage organisé peut en pâtir. 


CNI : Aujourd’hui les pharmaciens ont donc proposé un partenariat pour dynamiser ce dépistage…
Dr Christian Filippi : Le réseau officinal possède de nombreux atouts pour la prise en charge des patients : une bonne répartition  des officines sur le territoire,  des plages horaires étendues, des  professionnel de sante de 1 er recours accessible sans rendez vous, une grande proximité sociale et des compétences de l'équipe officinale en matière de santé. Les officines de Corse délivrent des conseils de prévention et d'éducation pour la santé également auprès d'une population n'ayant pas ou peu de suivi médical.  Le pharmacien voit 100 % des patients. En France 4 millions de personnes entrent dans une officine par jour.  Grace à leurs nombreux contacts quotidiens, une facilité d’accès avec des clients, cette proximité sociale,   les pharmacies sont l’endroit idéal pour sensibiliser la population au dépistage des cancers et notamment du  cancer du côlon. Ce projet s’adresse aux personnes qui s’estiment en bonne santé qui ne vont jamais ou rarement chez le médecin.  Nous souhaitons apporter une valeur ajouté sur une partie de la population cible qui échappe à ce dépistage organisé : Les personnes qui ne sentent pas concernées, sans symptômes, qui méconnaissent les procédures de dépistage, qui sont gênées, qui ont peur des résultats, peur de la coloscopie mais aussi les populations précaires et fragiles. Nous souhaitons  dans ce cas également apporter notre contribution  dans la lutte contre les inégalités en santé sur le territoire. Le pharmacien donnera des conseils de prévention sur le cancer du colon aux personnes entre 50 et 74 ans . Ces conseils sont organisés dans un espace de confidentialité. Si le patient n’a pas participé au dépistage organisé, le pharmacien remplit avec le patient  un questionnaire d’éligibilité au test. Pour ceux qui sont éligibles nous leur remettront  un kit de dépistage et expliqueront  le déroulement du test.  . 


CNI : La confidentialité est-elle assurée ? 
Dr Christian Filippi : Les pharmaciens viennent en renfort des médecins généralistes. Seuls les  patients et leurs médecins seront  avertis des résultats des tests.  Aujourd’hui 17 pharmacies de la plaine orientale (voir carte) sont intégrées au projet et participent à la distribution des kits de dépistage. Elles se situent  sur le secteur de Travo à Borgo et se sont toutes portées volontaires après la sollicitation des Unions régionales Pharmaciens Corse. 


CNI : Ce partenariat avec les pharmaciens peut-il favoriser le dépistage ?
Dr  Franck le Duff : Nous pensons que cette expérimentation contribuera à une meilleure information et orientation de la population en matière de dépistage, mais aussi favorisera le recours aux dépistages organisés. Nous souhaitons améliorer la lisibilité, la coordination, l’accès et l’information des actions de dépistage organisées.
CNI : Aujourd’hui les pharmaciens se veulent plus que des vendeurs de médicaments ? 
Dr  Chritian Filippi : Nous souhaitons faire de la pharmacie  un lieu reconnu pour trouver informations et conseils sur la prévention des maladies ,améliorer les connaissances du grand public en matière d’éducation sur la santé et la prévention du cancer colorectal.

Le Dr C. Filippi et C. Rinieri secrétaire des URPS Pharmaciens Corse
Le Dr C. Filippi et C. Rinieri secrétaire des URPS Pharmaciens Corse

Les  Dr C.Filippi et F. Le Duff  dans les bureaux des URPS Pharmaciens Corse
Les Dr C.Filippi et F. Le Duff dans les bureaux des URPS Pharmaciens Corse





Dans la même rubrique :
< >

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie




Derniers tweets
Corse Net Infos : Venaco : Jean-Baptiste Giorgetti, fusillé par les SS en 1944 près de Toulouse, identifié grâce à son ADN !… https://t.co/JEedTFlTFU
Jeudi 19 Octobre - 00:25
Corse Net Infos : Poste de L'Ile-Rousse : Un protocole de sortie de crise proposé aux grévistes https://t.co/VDlZ2GxdUU https://t.co/qqTxrB5ksC
Mercredi 18 Octobre - 21:59
Corse Net Infos : Octobre Rose : Des étudiants du Lycée Nicoli de Bastia se mobilisent https://t.co/53xMGh0D9m https://t.co/SP2Rcm2Z0w
Mercredi 18 Octobre - 19:56
Corse Net Infos : Pollution dans les ports : La Corse pourrait devenir un territoire d’expérimentation https://t.co/FJXi8EOvLn https://t.co/rzWu5yuRog
Mercredi 18 Octobre - 19:36


Newsletter






Galerie
Pierre-Antoine Gatier, architecte
Le président coupe le ruban
GFCA-Poitiers
GFCA-Poitiers
Collège Maria Ghjentile
Collège Maria Ghjentile
comunauté
Mairie de Propriano
Arte Mare
Arte Mare
IMG_3483
IMG_3482
IMG_2896
IMG_2895
Finosello
Finosello