Corse Net Infos - Pure player corse

Jean Zuccarelli : "Bastia n'avance plus…"


Rédigé par le Dimanche 30 Novembre 2014 à 13:10 | Modifié le Lundi 1 Décembre 2014 - 01:47


Jean Zuccarelli, conseiller municipal, a tiré à boulets rouges sur " Gilles Simeoni et ses nouveaux amis François Tatti et Jean-Louis Milani", dimanche matin sur la place Saint-Nicolas, a l'occasion de la présentation du journal de l'opposition radicaux et apparentés, "Des actes pour Bastia".


"Bastia est à l'arrêt : un si passa più nunda !"
C'est le titre de l'édito de Jean Zuccarelli qui "ouvre" le Journal "Des actes pour Bastia*" de l'opposition Radicaux et apparentés présenté dimanche matin à Bastia.
Une présentation effectuée sur un ton - offensif - que l'on avait rarement connu jusque-là au conseiller municipal d'opposition à la municipalité en place.
Lors d'une intervention de près d'une demi-heure au cours de laquelle rien n'a trouvé grâce à ses yeux, il a commencé en posant la question de savoir comment "une majorité sans cohérence et sans programme pouvait proposer à Bastia un projet qui lui permette de continuer de se développer, de rayonner et d'être la cité qui est respectée et reconnue de tous?"
"Aujourd'hui alors que Gilles Simeoni et ses nouveaux amis , François Tatti  et Jean-Louis Milani , gèrent la ville et la CAB depuis plus de 8 mois, cette inquiétude a fait place à un constat sans appel :  Bastia est à l'arrêt. "

Pour Jean Zuccarelli "l'inertie y est érigée en mode de gouvernance."
Il y a ajouté l'immobilisme, l'indécision, l'absence de vision…
" Le nouveau maire ne fait que produire, avec le talent qu'on lui connaît, du vent, encore du vent, toujours du vent" a poursuivi, sur le même ton, Jean Zuccarelli.
Le conseiller municipal d'opposition a alors déployé le catalogue imposant de ses récriminations :  la fin du journal municipal, la propreté de la ville, le programme anarchique des festivités de l'été, des embauches de complaisance tant à la mairie qu'à la CAB qui vont peser sur les finances des collectivités alors que sous la précédente mandature le nombre d'agents avait baissé, les projets abandonnés ou passés aux oubliettes etc

Et de citer le cas du parking Gaudin et ses 320 places de stationnement, un "projet financé qui ne pourrait plus l'être faute de décision", de la voie douce " un projet commencé et plébiscité par la population et dont on perdu la trace…", du port de la Carbonite "un projet ralenti et un surcoût pour la collectivité."
Jean Zuccarelli, ironique, a aussi cité, dans la foulée les réalisations qui sortent de terre mais qui sont à mettre au crédit de… l'ancienne municipalité : la rénovation de l'hôtel de ville, le jardin Mandela, l'avenue Emile-Sari, la signalétique bilingue, l'inscription de Bastia parmi les 200 cités qui bénificieront du contrat de ville.

Au terme de ce constat "accablant", ainsi qui l'a qualifié,  Jean Zuccarelli, a rappelé que l'opposition "combattive et constructive" se structurait. " Nous voulons dire aux Bastiais que nous sommes là mobilisés et à leur écoute et que nous créerons une association qui par-delà leurs sensibilités politiques se reconnaîtront dans notre démarche d'opposition et qui à nos côtés voudront proposer des idées, des projets, une alternative pour Bastia."
Elle s'appuiera sur un support le journal Des Actes pour Bastia, car selon Jean Zuccarelli " c'est ce qui fait défaut à Bastia aujourd'hui et parce que c'est ce que nous promettons. Il sera là pour rappeler aux Bastiais que nous sommes là aujourd'hui  et que nous serons, encore, là demain pour que Bastia se remette sur la voie du développement dans laquelle nous l'avions installée et pour qu'elle ne sombre pas dans une léthargie qui désormais la guette".
A l'heure des questions Jean Zuccarelli s'est expliqué sur l'absence des communistes - parce qu'ils ont déjà leur journal - sur l'inflation des embauches - elles seront prouvées plus tard - ainsi que sur l'arrêt de la parution du bulletin municipal dû, selon lui, à l'absence de réalisations concrètes même s'il reconnaît que tout n'est pas noir…  "Mais c'est parce que les équipes et l'administration en place à l'Hôtel de Ville ont continué à travailler sur les dossiers qui étaient en cours…"
------
*Le journal - un trimestriel - sera tiré à 25 000 exemplaires et distribué dans toutes les boites aux lettres de la ville.




A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85158 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40748 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 345