Corse Net Infos - Pure player corse

Jean-Louis Gonin honoré par la municipalité de Calvi


Rédigé par (Jean-Paul-Lottier) le Vendredi 18 Janvier 2013 à 12:05 | Modifié le Samedi 19 Janvier 2013 - 01:49


Le 21 novembre dernier, Jean-Louis Gonin, artisan menuisier à Calvi a offert et acheminé par ses propres moyens une superbe croix en cœur de chêne de 830 kg au Capu di a veta, en remplacement de celle détruite par la tempête en janvier 2012. La municipalité de Calvi a tenu à honorer son concitoyen pour ce geste en organisant une réception en son honneur. Visible depuis Calvi, cette croix dite des Autrichiens est la 4ème du nom depuis 1964.


Jean-Louis Gonin honoré par la municipalité de Calvi

Ange Santini, maire de Calvi, entouré d’adjoints et conseillers municipaux, a accueilli Jean-Louis Gonin, son épouse Marie-Jo, leurs enfants et petits-enfants ainsi que les amis et bénévoles qui ont participé à cette opération. Un petit film de l'opération était présenté par le responsable du site Portail Balagne.
A l'issue, le  premier magistrat de la commune a souhaité à tous la bienvenue, avant de rappeler que la dénomination de cette croix est due au fait que ce sont des randonneurs Autrichiens qui ont ouvert la voie d’accès à ce site, le club alpin autrichien,  implanté à Calvi depuis les années 1960
Le maire poursuivait en rappelant l’histoire de cette croix : «  En 1964, la première croix en fer a été bricolée avec de la ferraille de récupération. En 1969, suite aux intempéries, la croix est abîmée, cassée et remplacée par une croix en bois, longue de 7 mètres et d’un poids de 400 kg. Réalisée en Autriche, à Voralberg, celle-ci a été transportée à Calvi et c’est finalement à dos d’hommes qu’elle a été acheminée en deux parties à Capu di a veta, en un temps record de 2h15mn et installée.
Elle a été inaugurée en présence du maire de la ville, de calvais, d’un groupe de randonneurs de plusieurs nationalités et du pasteur Fusseneggerde de Dombirn.
Sur cette croix figure une inscription : «  Dans la croix est le salut ». Le premier livre d’or du sommet sur lequel des messages peuvent y être laissés, est installé dans une boîte hermétique. Ces livres sont régulièrement remplacés et archivés précieusement par le directeur du Club Alpin Autrichien M. Ofenhitzer,  qui est parmi nous.
En 1992, la croix est à nouveau victime du mauvais temps. Faisant désormais partie intégrante du paysage calvais, des discussions sont engagées afin de lancer une souscription pour la remplacer. Jean-Louis Gonin, menuisier  à Calvi, que l’on ne présente plus, décide d’offrir cette croix à la ville.
Réalisée en pin Lariccio, pesant 400 kg, elle est transportée sur le site, en hélicoptère, avec le concours du 2e REP de Calvi.
En 2012, 20 ans plus tard, une tempête vient à nouveau détruire cette croix.
 
Jean-Louis Gonin a aussi pris à sa charge les frais de transport
Jean-Louis Gonin, victime d’un incendie qui a ravagé sa menuiserie le 8 juillet 2009, n’oublie pas l’élan de générosité qui lui a permis de reprendre son activité et, spontanément propose de la remplacer.
Je me souviens lors de cet incendie, un de trop avoir rendu visite à Jean-Louis dans sa menuiserie ravagée. Au milieu des décombres subsistait une toute petite croix, comme un signe du destin.
Jean-Louis a réalisé cette nouvelle croix en en cœur de chêne, de 8 mètres de longueur, 5 mètres d’envergure pour un poids de 830 kg. La ville quand à elle a pris à sa charge tout le matériel de fixation.
L’armée est à nouveau sollicitée, mais le Ministre de tutelle emet un veto : Jean-Louis faisant feu de tout bois, décide alors de prendre  ce transport à ses frais et contacte  une entreprise privée d’hélicoptère : Corseus, afin de mener à bien ce projet.
C’est maintenant chose faite, depuis le 21 novembre 2012, la Croix des Autrichiens est visible.
Ce jour-là, à 9h30, Jean-Louis prend ses outils et l’hélicoptère effectue une première rotation ven amenant l’un de nos adjoints Didier Bicchieray, Monsieur l’archiprêtre Valery, curé de Calvi qui m’a demandé de l’excuser de ne pouvoir être à cette réception,  et la presse, ainsi que le matériel, alors qu’une vingtaine de personnes arrive à pied sur le site, après plus de 2 heures de marche.
Puis, le pilote de l’hélicoptère apporte la lourde croix suspendue dans les airs. Sur le site, tout le monde s’active afin de fixer la croix dans son socle.
Je sais mon cher Jean-Louis qu’au cours de cette opération tu as été blessé,  victime d’ »une chute qui aurait pu avoir des conséquences beaucoup plus graves. Malgré les conseils d’un médecin contacté par l’équipe qui jugeait indispensable que tu soit rapatrié par l’hélicoptère, tu as décidé malgré tout de rester pour mener à bien cette délicate opération.
A 12 heures, Monsieur l’archiprêtre de Calvi a procédé à la bénédiction de cette croix qui veille de nouveau sur Calvi.
Mon cher Jean-Louis, en mon nom personnel ainsi qu’en celui du conseil municipal, je te félicité et te remercie pour ton implication qui a permis à la ville de Calvi de retrouver ce symbole religieux qui fait partie de son histoire.
Lorsque le problème a été évoqué au conseil municipal, Didier Bicchieray nous avait dit que sans que l’on te demande quoi que ce soit, tu avais déjà pris la décision d’offrir à nouveau cette croix et que c’est sans hésiter que tu avais également pris la décision de prendre à ta charge les frais de transport.
Cette initiative t’honore.
Je remercie aussi particulièrement M. Gilbert Giacometti, pilote de l’hélicoptère pour les manœuvres périlleuses qu’il a dû effectuer.
Un grand merci enfin à tous les participants ».
M. Santini concluait : «  Je sais que tu n’aimes pas être sous les feux de la rampe, tu es un homme  plutôt discret qui est bien finalement au sein de sa famille, dans son atelier avec ses outils et ses rabots. Mon cher Jean-Louis, nous n’allons pas te remettre la médaille de la ville que tu possèdes  depuis 1992. Simplement, nous avons pensé que cette petite réception était le meilleur témoignage que l’on pouvait te rendre. Je sais aussi  qu’avec ton fils Nicolas tu répondra à nouveau présent si demain il fallait fabriquer une 5e croix . Du fond du cœur merci. ».
Très ému, Jean-Louis Gonin  avait du mal à trouver les mots : «  Cette croix je n’aurai jamais pu la réaliser sans votre aide. Merci à vous tous ».
Tous les participants se retrouvaient autour d’un buffet pour lever le verre de l’amitié.





Dans la même rubrique :
< >

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie


Les plus récentes
Société
Charles Monti | 15/05/2016 | 13930 vues
00000  (0 vote) | 1 Commentaire
Société
(Jean-Paul-Lottier) | 15/08/2016 | 8551 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Société
Michela Vanti | 03/12/2016 | 7159 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 28