Corse Net Infos - Pure player corse

Jean-Jacques Coiplet chez Marie-Arlette Carlotti : Malentendu levé


Rédigé par le Mercredi 26 Février 2014 à 23:31 | Modifié le Jeudi 27 Février 2014 - 00:58


A la suite des propos de Jean-Jacques Coiplet directeur général de l’ARS en Corse, lors du premier débat santé du 20 février à Corte, et à l’appel des associations concernées par l'autisme en Corse, Arlette Carlotti ministre déléguée, en charge des personnes handicapées et de la lutte contre l’exclusion a rencontré mardi le directeur de l’ARS. Un communiqué a rapidement fait suite à cette entrevue.


"Un tour de France de l'autisme"

Jean-Jacques Coiplet chez Marie-Arlette Carlotti : Malentendu levé
"La discussion a permis de lever tout malentendu : l’Agence Régionale de Santé de Corse, à travers son directeur et ses équipes, est pleinement mobilisée pour la mise en œuvre du 3ème plan autisme, dans le strict respect de ses orientations basées sur les recommandations de la Haute Autorité de Santé (HAS) et de l'agence nationale de l'évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux (ANESM) souligne la ministre déléguée, confirmant qu’un courrier à l’ensemble des directeurs généraux d’ARS avait été envoyé, leur annonçant « un tour de France de l’autisme » : le cabinet de la Ministre se rendra dans chaque région pour faire un point d’avancement du plan avec l’ensemble des acteurs de la prise en charge de l’autisme et des familles.
L’une des premières étapes se fera en Corse. Jean-Jacques Coiplet et ses équipes inviteront à ce moment-là les associations, les gestionnaires d’établissements, le recteur, les MDPH, la collectivité territoriale de Corse et les conseils généraux, afin de faire un état des lieux de la prise en charge sur l’île et du déploiement du plan.
Tout était parti lors du débat "Santé et Insularité" organisé récemment à Corte.
Voici les propos qui ont présidé à la polémique.

Premières questions sur l'autisme en Corse : De flagrantes inégalités

Le débat sur l'autisme a été lancé par Mme Casanova maman d’un enfant autiste. Elle a pris la parole avec la voix chargée d’émotion, Nonce Giacomoni président d’espoir Autisme corse, prenant rapidement le relais.
"Je viens parler du 1% des familles qui sont touchées par l’autisme. L’autisme en Corse est une catastrophe au niveau du développement. Nous ne sommes pas entendus, c’est un combat permanent avec le RDPH, nous n’arrivons pas à tout faire ensemble. Nous ne pouvons pas dire que nos enfants sont maltraités, mais ignorés. Les établissements qui les encadre et qui sont chargés de les recevoir n’ont pas du tout de formation. Les adultes eux sont à la maison. Les parents sont abandonnés….Je voudrais aussi savoir pourquoi se sont les CAMS, qui n’ont aucune validité et qui n’écoute pas les recommandations qui sont chargés de faire les programmes ? Les enfants sont soit en garderie, soit à la maison à la charge des parents…Je vais passer la parole à Nonce….
 

Nonce Giacomoni, président de la commission spécialisée d’offre de soins de la Conférence régionale de la santé et de l’autonomie (CRSA) lui succède pour relever des inégaliéts. "En ce qui concerne l’autisme, le plan autisme 3 prévoit 1 700 000 euros pour la Corse pour 320 000 habitants, Mayotte 200 000 habitants 1 900 000 euros, Réunion 8 400 000 euros, Guyane 175 000 habitants 4 000 000 euros. Quant au médico social nous sommes très loin de l’offre possible de soins. Aujourd’hui les familles en sont réduites à trouver elles même  les solutions pour prendre en charge leurs enfants autistes, dyslexiques ou ayant des pathologies qu’on a qualifié de psychologiques et psychiatriques. La France a le plus fort taux de psychologue de toute l’Europe, alors au lieu d’avoir des intervenants sur le psy, on pourrait aussi avoir des intervenants directs, qui feraient un travail direct, et les familles en ont besoin. Si nous n’étions pas une île certaines associations n’existeraient pas, et pourtant nous avons un taux de pondération de 1 point en plus. La Guyane, la Guadeloupe ont 15 points en plus pour l’hospitalisation et les soins."

Jean-Jacques Coiplet : "Beaucoup de choses à mettre en place"

Réponse du directeur de l'ARS, Jean-Jacques Coiplet : "Sur l’autisme il y a beaucoup de travail et de réflexion à apporter, la situation est on le sait difficile. J’ai donné l’engagement vis-à-vis de l’Etat et de l’ARS d’être à vos cotés, à coté des familles, à coté de celles et de ceux qui sont confrontés quotidiennement à ce problème et y apporter des réponses. Nous en avons déjà apporté mais il y en a encore beaucoup par rapport à la création de services de soins à domicile, du centre de ressource autisme (CRA). Je vous rappelle tout de même que ce dernier  est dans une dynamique de partenariat que la convention constitutive du CRA est une convention partenariale, et je rappelle l’intérêt de travailler ensemble sur ce sujet. Nous avons la perspective de création de maisons d’accueil pour les adultes, de conforter encore d’autres services de soins à domicile. J’entends que nous avons encore beaucoup de choses à mettre en place, mais il faut vraiment que vous soyez certains les uns et les autres que l’ARS, comme l’ensemble des autres services de l’Etat, collectifs et territorial,va essayer effectivement de répondre le plus possible à ces besoins. Sur le champ du handicap et des adultes nous avons apporté des réponses et nous continuerons à en apporter."

Jean-Christophe Pietri parent d'enfant autiste et auteur du livre "Qu'on t-ils fait de Florian?"

éLa France a été condamnée par l’union européenne en 2003 pour non prise en charge des enfants autistes (http://www.autismeurope.org/files/files/tribunes-parlementaires-europeennes-autisme-avril-2012.pdf page 15). Mardi, Arlette Carlotti ministre déléguée, en charge des personnes handicapées a déclarée publiquement que la totalité des directeurs d’ARS en France n’appliquait pas du tout les directives de la haute autorité de santé sur le problème. Ma question va être courte : seriez-vous prêt à ce que nous discutions du problème des enfants différents et que nous abordions le sujet d’une façon totalement différente par rapport à ce qui se fait actuellement et en restant bien sur dans le cadre de la loi ? Ce qui est proposé aujourd’hui par vos services ne pourra pas marcher et ne marchera pas. Il faut faire autrement et mon intervention et ma question ne son pas polémiques, mais se veulent constructives."
 


"Ne pas opposer approches psychanalytiques et comportementalistes"

Nouvelle intervention du directeur de l'ARS : "Concernant l’autisme, oui je suis d’accord, nous en avons parlé avec la CTC, mais également avec le recteur, pour travailler avec les associations et peut-être trouver d’autres modalités de travail. Les réponses qui sont aujourd’hui apportées pour certaines doivent être développées et pour d’autres maintenues. Je ne crois pas qu’il faille fondamentalement opposer les approches psychanalytiques et comportementalistes, mais en tout cas il faut permettre de laisser, à chaque fois, la possibilité d’avoir des réponses adaptées à aux besoins sans opposer aucune méthode. Je suis en effet prêt à travailler avec la CTC, avec le rectorat, avec tous les professionnels et avec les associations sur la prise en charge des enfants autistes."




Dans la même rubrique :
< >

Samedi 10 Décembre 2016 - 10:00 Bastia : Téléthon au collège Simon-Vinciguerra

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85554 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40958 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 348