Corse Net Infos - Pure player corse

Jacques Salomé : "Pas de conseils mais des chemins que chacun prend ou ne prend pas"


Rédigé par Vanina Bruna le Samedi 15 Mars 2014 à 21:59 | Modifié le Mercredi 19 Mars 2014 - 14:53


La conférence tenu par Jacques Salomé*, récemment à Ajaccio, sera bientot mise en ligne en vidéo sur le site du CNFPT. En attendant nous avons fait un retour avec lui sur l'œuvre de sa vie.


- Vous parler de la nécessité d'instaurer la communication comme matière à part entière dans les écoles, avez vous eu des discussions à ce sujet avec les autorités compétentes en la matière?

Jacques Salomé : "Pas de conseils mais des chemins que chacun prend ou ne prend pas"
J'ai eu de nombreux échanges bien sûr, tout d'abord avec les enseignants qui sont sur le terrain en primaire ou secondaire et dont certains d'ailleurs mettent en pratique quelques règles d'hygiène relationnelle, utilisent le bâton de parole (pour réguler les échanges avec les enfants mais qui malheureusement sont marginalisés trop souvent par leurs propres collègues, j'ai eu non seulement des échanges avec quelques personnes décisionnelles au Ministère de l'Education Nationale, mais échanges qui se terminent par des promesses vagues et qui ne se traduisent jamais par un décret ou une circulaire qui serait un soutien important aux directeurs d'établissement scolaires pour utiliser par exemple les heures dégagées dans le programme sous le non de TAP (Temps)
Mes contacts ont été parfois appréciés : j'ai été nommé Chevalier, puis Officier dans l'Ordre national du Mérite par un Président de gauche et un Président de droite, sur proposition de deux ministres de l'EN  "pour mes travaux sur la communication à l'école..." Mais les ministres changent chaque 24 mois et cela fait 40 ans que je travaille sur cette utopie "qu'on enseigne un jour la communication à l'école comme une discipline à part entière !

- Dans une société ultra libérale, comment apprendre à nos enfants à être autre chose que des consommateurs?

Cela est parfaitement possible, en leur faisant découvrir qu'ils sont de redoutables consommateurs pour tout ce qui touche à leurs désirs et des affamés, des laissés pour compte, pour tout ce qui touche à leurs besoins relationnels. C'est cela l'immense escroquerie que nous propose la société de consommation, de nous donner l'illusion que nous pouvons être comblés dans l'espace de nos désirs, en croyant nous faire oublier l'immense pauvreté relationnelle vis à vis de nos besoins les plus profonds
 

- Vous dites que vos ouvrages sont en fait les chapitres d un même livre, quel aurait été le titre de ce livre?

Le titre générique de mon œuvre pourrait être: La liberté d'être ou comment agrandir la vivance de notre VIE.

Dans la conférence que vous avez tenue à Ajaccio, vous dites que le besoin de créer et de rêver ont été tué dans notre société, pensez vous qu'il y a une volonté des dirigeants de nous faire oublier notre statut d'être humain au profit de la consommation?

Je ne prête pas  nos dirigeants des pensées machiavéliques, ni d' intentions malsaines ou malignes, je crois plus simplement que la plupart sont des escrocs sincères. Escrocs vis à vis d'eux mêmes pour avoir accepter des postes de responsabilités sociales, citoyennes sans avoir entrepris un travail personnel pour accéder à plus de conscientisation sur les conséquences de leurs décisions.

Quels conseils donneriez vous à nos lecteurs pour qu'ils se reconnectent à la part essentiel de l'Etre, afin de pouvoir transmettre le meillleur d'eux mêmes au générations à venir?

Je ne propose pas de conseils, je tente de montrer des chemins possibles, que chacun prend ou ne prend pas. Des chemins qui visent à 
* apprendre à s'aimer (non pas de façon narcissique, mais de façon bienveillante, respectueuse de ses possibles)
* apprendre à se respecter en restant le plus souvent possible en accord avec soi même (accord entre ses pensées et ce qu'il dit, entre ce qu'il sent et ce qu'il fait)
* apprendre à se responsabiliser, à sortir de la victimisation et de l'assistanat. Mieux entendre que nous sommes chacun responsable de ce que nous allons faire avec ce qui nous arrive (rester dans la plainte et l'accusation ou continuer à nous positionner, à nous définir,à nous confronter avec notre environnement)
* apprendre à rester fidèles aux valeurs qui ont tissées notre propre histoire individuelle.

- Et comment apprend-on l'intolérance à la frustration selon vous?

On ne l'apprend pas, elle s'inscrit cette intolérance à la frustration très tôt dans notre existence.
Si nous sommes intolérants à la frustration, cela veut dire que notre seuil de tolérance à la frustration est très bas et que le moindre refus, la moindre différence dans l'accueil ou l'écoute de l'autre, la moindre déception, réveille une vieille blessure en nous. 
Cette blessure archaïque  peut être liée à des humiliations précoces (tu n'as pas bien fait, tu  n 'as pas été gentil donc tu seras privé de désert ou de sortie), à un ressenti ancien d'injustice,  (pourquoi c'est lui  ou elle qu'on embrasse et pas moi !) à la non écoute, au rejet et souvent à l'abandon ressenti comme une agression.

- Vous faites une distinction entre vie et vivance? Pourriez vous expliquer à nos lecteurs ce qu'est la vivance?

La Vie est l'équivalent d'une graine, d'un germe qui a été déposé en nous au moment de notre conception et qui nous accompagnera tout le long de l'existence.
La vivance de quelqu'un est liée à la façon dont cette personne dynamise, vivifie, énergétise sa VIE.
Vous avez autour de vous, des personnes dont la vivance est basse, quasi inexistente et d'autres dont vous sentez la vivance présente, qui vous dynamisera vous même.

) Quel à été votre propre déclic? Qu'est ce qui a déclenché la "conscientisation" de votre propre responsabilité?

ll y a eu plusieurs déclics dans mon existence
* le fait d'avoir été malade (cinq ans dans le plâtre, de 10 à 15 ans) qui m'a fait découvrir la lecture, le pouvoir de l'imaginaire et l'importance de la relation avec des communications en réciprocité
* le réveil, les prises de conscience que j'ai eu après une rupture amoureuse, qui m'a beaucoup interrogé
* la confrontation avec chacun de mes cinq enfants, qui m'a beaucoup appris. Ce sont mes enfants qui m'ont fait grandir…

 

La video de la conférence "Etre parents aujourd'hui d'enfants qui seront les adultes de demain" sera bientot disponible sur le site du CNFPT. (http://www.cnfpt.fr) 
-----
*Jacques Salomé diplômé de l'École des hautes études en sciences sociales et a débuté sa carrière dans l'éducation spécialisée (directeur d'un centre pour jeunes délinquants) puis dans la formation aux relations humaines. Il a formé plus de 80 000 personnes durant sa vie, à travers le Centre de formation aux relations humaines Le Regard fertile (Quétigny 1972- Roussillon 1984)
Il est l'auteur de 64 ouvrages, consacrés à la communication au sein du couple et de la famille, notamment Parle-moi, j'ai des choses à te dire et Jamais seuls ensemble. publiés aux Éditions de l'Homme.
Il a cherché à poser les bases pour une meilleure communication à l'école avec Minuscules aperçus sur la difficulté d'enseigner et a développé l'idée d'une Charte relationnelle à l'Ecole et il a proposé une méthodologie pour apprendre des règles d'hygiène relationnelle dans tout le cursus scolaire avec Pour ne plus vivre sur la planète taire paru aux Ed Albin Michel.

bruna.corsenetinfos@gmail.com




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 00:26 Derby : Notion obsolète ou rivalité bien réelle?

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85506 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40932 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 348