Corse Net Infos - Pure player corse

Internet : Après des sites .paris et .bzh des sites en .corsica


Rédigé par le Lundi 13 Mai 2013 à 21:40 | Modifié le Mardi 14 Mai 2013 - 02:01


Des sites en.paris et.bzh verront bientôt le jour, après l’autorisation donnée vendredi par l’organisme chargé de réglementer les noms de domaine internet, ont annoncé la ville de Paris et la région Bretagne, qui avaient déposé des candidatures pour ces deux extensions. .corsica ne devrait pas tarder à suivre…


Internet : Après des sites .paris et .bzh des sites en .corsica
Il s’agit des deux premières entités françaises dont la candidature pour l’attribution de nouvelles extensions a été retenue par l’Icann (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers), l’agence indépendante chargée de réglementer au niveau mondial les noms de domaine internet.
À l’instar de.paris et.bzh, les nouvelles extensions internet, qui doivent permettre à de nouveaux suffixes, comme.book, de côtoyer les classiques.org ou.com, doivent être lancées à partir de mi-2013.
Quelque 1 900 dossiers de demandes pour de nouvelles extensions avaient été déposés en juin 2012, dont 54 en France, au terme d’un appel d’offres.
Parmi les 54 dossiers français, une trentaine émane d’entreprises, dont L’Oréal (14 demandes à lui seul), Airbus, Alstom, Club Med, Leclerc, Hermès, Canal+ ou la Maif.
Cinq ont été déposés par des villes ou collectivités (.paris,.bzh, mais aussi.corsica,.alsace et.aquitaine).

Depuis Février 2005
Rappelons que le dossier .corsica remonte au Le 25 février 2005, quand l’Assemblée de Corse adoptait par délibération sa politique en matière de nom de domaine sur Internet.
L'enjeu était simple  : L’obtention d’un nom de domaine sur Internet .corsica est en mesure d’assurer une forte visibilité de la Corse au niveau de l’Internet mondial au bénéfice de l’ensemble de la société insulaire. Et en disposant d’un .corsica, la CTC offre à l’ensemble des structures économiques, sociales et culturelles le moyen de s’identifier sur Internet autour d’une dénomination commune du type :  MonHotel.tourisme.corsica, monentreprise.corsica, tourisme.corsicalingua.corsica, asso.corsica, Nomprenom.perso.corsica, label.corsica …
Cette démarche permettait aussi à la CTC de s’assurer d’une forme de dépôt de marque pour se constituer un patrimoine immatériel relevant du domaine public sur 
Internet.
D'autres l'ont fait bien avant la Corse.
La Catalogne à déjà ouvert son extension « .cat » pour promouvoir ses activités, sa langue et sa culture. En France, les Dom Tom disposentdéjà de leurs extensions de premier niveau la Guadeloupe « .gp », la Guyane « .gf», la Martinique « .mq » et la Réunion « .re ». La Bretagne a quant à elle créée une association pour obtenir son extension « .bzh » et la ville de Paris a abouti dans son dossier d’acquisition de l’extension « .paris ».
Le dossier .corsica ne devrait donc tarder à suivre.
Pour info, pour avoir un tel domaine il faut débourser près de 140 000 euros en déposant sa candidature, puis 100 000 euros de frais de conseil afin de monter le dossier et enfin 20 000 euros par an en cas de validation.
Un sacré budget donc que ne décourage pas de nombreuses collectivités et marques ayant fait de même. .paris et .bzh ne sont donc que les premiers… 




A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85481 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40915 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 347