Corse Net Infos - Pure player corse

Intercommunalité : La fronde s'amplifie dans la vallée du Golu


Rédigé par Nicole Mari le Samedi 29 Novembre 2014 à 23:07 | Modifié le Samedi 29 Novembre 2014 - 23:19


Nouvel épisode sur le front des Intercommunalités du Golu. Le mois dernier, la Commission départementale de la coopération intercommunale a voté à l'unanimité en faveur du retrait des communes de Campile, Penta Acquatella, Prunelli di Casaconi, Croccicchia et Ortiporio de l'intercommunalité de Marana – Golu. Celle-ci a, également, accepté la sortie de Volpajola. C’est, au tour, des communes de San-Lorenzo, Aiti, Bisinchi, Saliceto, Valle-Di Rostino, Gavignano, Carticasi, Lano de faire sécession de l’Intercommunalité de la vallée du Golu. Les maires de sept des huit communes ont démissionné de leur mandat de délégué communautaire et invitent les habitants à une réunion publique dimanche 30 novembre à la mairie de San-Lorenzo à partir de 15 heures.


Intercommunalité de la vallée du Golu, commune de San-Lorenzo.
Intercommunalité de la vallée du Golu, commune de San-Lorenzo.
Voici le communiqué des communes sécessionnistes :
« L’intercommunalité avait suscité un grand espoir dans nos petites communes.
La mutualisation des moyens allait améliorer leur cadre de vie. Il n’en est rien, le prix des OM (ordures ménagères) s’envole sans que le service ne soit amélioré. Les taxes suivent le même chemin tout cela pour la seule compétence OM dévolue à la CCVG. Qu’en sera-t-il quand les autres compétences suivront ?
Cette dérive  des coûts  est causée par :
1 - La gouvernance mise en place : l’application stricte de la proportionnelle permet que trois communes aient  la majorité absolue au conseil communautaire : Morosaglia, Moltifao et Castello di Rostino ont 18 délégués sur les 33 qui composent le conseil.  Cette situation permet donc une hégémonie totale de ces trois communes. Les décisions étant prises à la majorité, les autres communes ne peuvent que s’incliner de bonne ou de mauvaise grâce.
2 - Les communes de Morosaglia, Asco, Castello di Rostino et Moltifao, qui ont transféré du personnel et du matériel à la régie des OM, sont les grandes gagnantes de ce système : elles ont pu alléger leur budget général, ce qui leur a permis d’alléger les taxes communales. En définitive, c’est la population des petites communes qui ont financé ce transfert vers les grandes communes par la hausse de leurs taxes OM.
3- Le produit de la redevance ne couvre que 50% des dépenses totales de la Régie OM. De ce fait, la CCVG est obligée de verser 81 % de son budget pour équilibrer les comptes de la Régie. Ce système permet de masquer le prix réel de la redevance, et il s’avère être profondément injuste.
Il est donc urgent que les populations et leurs élus de nos petites communes prennent en main leurs destinées et montrent leur détermination à ne pas mourir.
On vous informe qu’afin de compléter votre information et de décider ensemble de la suite à donner à ce problème crucial, il sera organisé une réunion publique dimanche 30 à la mairie de Saint-Laurent à partir de 15 heures ». 
 



A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85316 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40799 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 345