Corse Net Infos - Pure player corse

Inéligibilité : Paul-Marie Bartoli s'explique


Rédigé par le Samedi 1 Juin 2013 à 00:26 | Modifié le Samedi 1 Juin 2013 - 03:20


Paul-Marie Bartoli maire de Propriano et président de l’Office des transports a décidé de réagir, et de s’expliquer, lors d’une conférence de presse, sur le contentieux électoral portant sur ses comptes de campagne qui l’a rendu inéligible pour une année. « On a voulu me mettre hors jeu politiquement, mais je suis maire, président de l’Office des Transports et Conseiller Exécutif et je le resterai. Je veux convaincre l’opinion publique « qu’on » a apporté des éléments à la commission, et qu’elle a été influencée.


Photo Marilyne SANTI
Photo Marilyne SANTI
"Les comptes de campagne, tenus par Gérard Mari, lors des dernières législatives, ont été transmis dans les délais, le 12 août,  après avoir été validés par un expert comptable", assure le maire de Propriano. "Ils étaient accompagnés de tous les justificatifs demandés. Mais depuis le contradictoire posté le 4 décembre et arrivé le 7, tout n’a été que lenteur, refus de délais et perte de temps."
Au final, le seul grief retenu, une somme de 10 000 euros émanant du compte de la tante de Paul-Marie Bartoli, dont il est le gestionnaire depuis 30 ans et pour lequel il a reçu procuration.
Début février, la commission, bien qu’ayant reconnu la procuration, déclare que le maire de Propriano aurait bénéficié du don d’un tiers, supérieur à 4 600 euros et que ce n’était donc pas un apport personnel mais le don d’une personne physique.
« Outre cette erreur de droit manifeste, le Conseil Constitutionnel aurait pu, comme pour d’autres, me demander de m’expliquer. Il y a là une rupture d’égalité de traitement. Finalement le dossier sera examiné le 23 mai et non en février, car il fallait dépasser la date de mars ! »
Paul-Marie Bartoli est sûr qu’il gagnerait s’il assignait la France devant la Cour européenne des droits de l’homme, mais il n’est pas" procédurier", cela lui couterait cher et la décision ne serait prise que sous deux à trois ans.
Il a donc décidé de faire face, devant cette situation "injuste". En mars 2014, pour les municipales, il soutiendra une liste qui sera conduite par sa femme pour une transition qui ne durera pas plus de deux mois. Son épouse et ses colistiers se démettront ensuite, déclenchant ainsi une élection partielle fin mai, début juin. Il sera donc candidat par personne interposée.
« La minorité voulait se réjouir, mais les réjouissances auront été de courte durée. Entre travail et transparence nous gagnerons les deux élections ».
« A  travers moi on a certainement voulu atteindre le président de la CTC. Des réseaux se sont crées dans le but d’enlever la béquille des transports à Paul Giacobbi. »
Mais Paul-Marie Bartoli tient à rassurer les concitoyens, il restera « à la barre », il gardera sa fonction de conseiller exécutif en charge de la DSP aérienne, maritime, terrestre.
Soutenu par le collège des maires de droite et de gauche, "cette décision inique du Conseil Constitutionnel" a eu un effet de solidarité, y compris de la part des proprianais.





Dans la même rubrique :
< >

Corse | Entretiens | Elections | Institutions


Les plus récentes
Corse
Nicole Mari | 11/09/2013 | 5936 vues
00000  (0 vote) | 1 Commentaire
Corse
Charles Monti | 22/08/2012 | 4417 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 11