Corse Net Infos - Pure player corse

Incendie de la Conca d’Oru : Le témoignage des maires de Barbaghju et d'U Poghju d’Oletta


Rédigé par Nicole Mari le Lundi 29 Août 2016 à 00:07 | Modifié le Lundi 29 Août 2016 - 01:19


Les deux communes de Barbaghju et d'U Poghju d’Oletta ont payé un lourd tribut à l’incendie qui a ravagé la Conca d’Oru quatre jours durant et plongé la population dans l’effroi. Une véritable catastrophe écologique avec plus de 540 hectares ravagés, 30% du territoire de Poghju, 15 % du vignoble AOC Patrimoniu avec des vignes soumises à rude épreuve alors que les vendanges débutent, une exploitation de ruches entièrement calcinée, un réseau d’eau malmené, mais le pire a été évité : ni mort, ni blessé, ni habitation détruite. Etienne Marchetti, maire de Barbaghju, et Antoine Vicenti, maire d’U Poghju d’Oletta, livrent, à Corse Net Infos, leurs témoignages sur ces heures d’angoisse, font un premier bilan des dégâts et reviennent sur la polémique concernant l’intervention des canadairs déroutés sur d’autres feux naissants au moment le plus critique. Ils en appellent à l’Etat et aux collectivités territoriale et départementale pour prendre les mesures de protection du massif qui s’imposent.


Antoine Vicenti, maire d’U Poghju d’Oletta, et Etienne Marchetti, maire de Barbaghju, samedi, lors de la visite sur site de Gilles Simeoni, président de l'Exécutif de Corse. @Photo Jean-Baptiste Andreani.
Antoine Vicenti, maire d’U Poghju d’Oletta, et Etienne Marchetti, maire de Barbaghju, samedi, lors de la visite sur site de Gilles Simeoni, président de l'Exécutif de Corse. @Photo Jean-Baptiste Andreani.

Etienne Marchetti : « Par deux fois, le feu est descendu vers le village. A un certain moment, nous avons eu très chaud ! »

Au PC du SDIS à Teghime, Jean-Baptiste, maire-adjoint de Patrimoniu, et Etienne Marchetti, maire de Barbaghju.
Au PC du SDIS à Teghime, Jean-Baptiste, maire-adjoint de Patrimoniu, et Etienne Marchetti, maire de Barbaghju.
- Quels dégâts avez-vous constaté sur la commune de Barbaghju ?
- Le problème au niveau des dégâts directs est, bien sûr, écologique. Près de 200 hectares ont été détruits dans la commune, le reste sur U Poghju d’Oletta. Nous avons, également, eu des dégâts matériels au niveau du réseau d’eau puisque une partie de ce réseau, qui était dans le maquis, a été lourdement endommagé. Samedi matin, les gens de la commune ont donné un coup de main pour permettre à l’eau d’arriver au moins jusqu’au village. L’eau est revenue dans la soirée. Heureusement, le village n’a pas été touché. Il faut dire que les pompiers se sont battus pour ça.
 
- Avez-vous craint le pire ?
- Oui ! Nous l’avons évité de justesse. Par deux fois, le feu est descendu vers le village. C’était vraiment dangereux ! Les pompiers ont réussi à l’arrêter, mais ils ont mis deux jours pour ça. Le troisième jour, le feu, après avoir fait le tour de la Conca d’Oru, menaçait de nouveau de revenir vers les maisons. Nous avons eu très chaud ! A un moment donné, j’ai même cru que le village serait touché. Heureusement cette année, nous avons mis en place une politique environnementale, beaucoup d’habitants ont fait de gros efforts de débroussaillement. Mais vu la taille des murs de feu de 30 mètres de haut, je ne pense pas qu’on aurait pu lutter. La chaleur dégagée était telle qu’on ne pouvait pas rester à 500 mètres des flammes ! Aucun pompier ne pouvait intervenir, seulement des moyens mécaniques et aériens. Et même ! A un certain moment, le nuage était tellement épais que les Canadairs ne pouvaient plus descendre lancer l’eau. On était très mal !
 
- Est-ce enfin fini ?
- Non ! Ce n’est pas fini ! Même si les pompiers contrôlent, depuis samedi après-midi, à 100 % la situation, il suffit qu’un vent violent se lève pour que la situation change radicalement.
 
- Qu’allez-vous faire maintenant ?
- Il y a toute une politique à mettre en marche au niveau du site classé. Nous allons voir ce que nous pouvons faire pour limiter la chasse et le pâturage. Il n’est pas question de laisser pâturer sur les terres qui ont brûlées ! Il n’est pas question qu’on laisse chasser sur le peu de terrain qui reste, alors que toutes les bêtes sont venues s’y réfugier !
 
- Espérez-vous que le classement du vignoble vous permettra d’obtenir des moyens supplémentaires ?
- Au niveau du site classé, la région et le département siègent. Nous espérons des moyens, mais l’impact ne sera ni direct, ni à très court terme. Ce qu’il faut surtout, c’est mettre en place une organisation et une politique de protection pour éviter que tout ça se renouvelle.
 
Propos recueillis par Nicole MARI.

Antoine Vicenti : « Sur 2 kilomètres, il y avait des murs de feu de 40 mètres de haut ! On ne pouvait pas s’approcher à 500 mètres. Le feu n’était plus arrêtable ! »






Dans la même rubrique :
< >

Samedi 10 Décembre 2016 - 10:00 Bastia : Téléthon au collège Simon-Vinciguerra

Vendredi 9 Décembre 2016 - 23:13 National Le CAB victime d'un doublé de Sangaré

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
Faits divers
Marilyne SANTI | 14/10/2016 | 41496 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Faits divers
Charles Monti | 14/08/2016 | 37503 vues
00000  (0 vote) | 38 Commentaires
Faits divers
Charles Monti | 17/08/2016 | 33696 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 37