Corse Net Infos - Pure player corse

I Soldi Corsi : Une monnaie corse en circulation dès septembre pour favoriser l’économie locale


Rédigé par Nicole Mari le Mercredi 13 Avril 2016 à 17:17 | Modifié le Mercredi 13 Avril 2016 - 17:33


Dès les mois de septembre, la Corse devrait, dans le cadre de l'économie sociale et solidaire, disposer d'une monnaie locale, comme il en existe déjà 20 en France et 5000 dans le monde. L’association Corsica Prumozione a été choisie par l'ADEC (Agence de développement économique de la Corse) pour mener à bien le projet et procéder à une expérimentation sur le Grand Bastia avant son extension en 2017 dans toute l’île. Le but est de recentrer l'économie sur le territoire et de favoriser le commerce de proximité qui pâtit de la concurrence d’Internet. Explications, pour Corse Net Infos, de Paul Pierinelli, responsable de l’association Corsica Prumozione, suivies en vidéo, de celles de Jean-Christophe Angelini, président de l'ADEC et conseiller exécutif de la Collectivité territoriale de Corse (CTC).


Paul Pierinelli, responsable de l’association Corsica Prumozione, et Jean-Christophe Angelini, président de l'ADEC et conseiller exécutif de la Collectivité territoriale de Corse (CTC).
Paul Pierinelli, responsable de l’association Corsica Prumozione, et Jean-Christophe Angelini, président de l'ADEC et conseiller exécutif de la Collectivité territoriale de Corse (CTC).
- Qu’est-ce qu’une monnaie locale ?
- C’est une monnaie qui est l’équivalent de l’euro, mais qui est faite pour le territoire et pour les citoyens de ce territoire. C’est un outil qui booste l’économie locale puisqu’elle favorise le commerce de proximité et incite les gens à dépenser sur place. Il en existe déjà, depuis de nombreuses années, environ une vingtaine en France et 5000 dans le monde. Pour la première fois, nous disposerons, en septembre ou en octobre, de la monnaie locale corse : I soldi corsi.
 
- Comment va-t-elle booster le commerce ?
- Il faut savoir que l’euro tourne, selon des statistiques nationales et européennes, environ 2 fois et demi, sur le marché local. Les monnaies locales, déjà disponibles, tournent entre 8 et 10 fois, c’est-à-dire que l’argent reste sur place et circule uniquement sur le territoire entre les particuliers, les commerçants et leurs fournisseurs. Ainsi, l’argent ne dort pas sur un compte bloqué, il ne part pas sur le continent ou à l’étranger et ne se perd pas dans des opérations de spéculation. Il est utilisé dans le commerce et l’artisanat local, dans le cadre également d’institutions et d’associations. L’obligation de dépenser cette monnaie sur place donne automatiquement un coup de fouet à l’économie locale.
 
- Est-ce que les monnaies locales, déjà lancées, marchent ailleurs ?
- Oui ! Certaines très bien, d’autres moins bien. C’est pourquoi nous avons structuré notre démarche pour travailler doucement, mais bien, en suivant trois étapes. Notre objectif est d’ancrer cette monnaie dans le tissu économique corse d’ici 3 à 5 ans. Pour cela, nous avons besoin que tous les citoyens corses, tous les commerçants, toutes les associations et toutes les institutions jouent le jeu. Il faut vraiment que la Corse économique et citoyenne s’approprie cette monnaie.
 
- Quelles sont ces trois étapes ?
- Aujourd’hui, nous inaugurons la première étape avec le lancement de la future monnaie. Notre association a été retenue lors de l’appel à projets lancé par les services de la CTC et de l’ADEC dans le cadre de l’économie sociale et solidaire. Notre projet a été validé. La deuxième étape sera la mise en circulation des premiers billets édités et l’installation des premiers bureaux de change, en octobre prochain, dans une zone test : le Grand Bastia. La troisième étape sera la dématérialisation et le paiement électronique de la monnaie corse.
 
- Quels seront les montants des billets et des pièces ?
- Nous allons, pour commencer, éditer 5 billets d’un montant de 1 soldi corsi, 2, 5, 10 et 20 soldi corsi. Il n’y aura pas de pièces, mais juste une édition limitée de pièces en or collector. Ces billets seront dessinés par des artistes corses. Nous lançons une prospection sur l’île et même en direction de la diaspora pour que des artistes corses nous proposent des visuels. Ils ont jusqu’au 31 mai pour nous envoyer, via notre page Facebook, cinq visuels différents symbolisant la Corse moderne, la Corse qui avance.
 
- Quel sera le taux de change d’1 Soldi corsi avec l’euro ?
- Le taux de change est nul puisque 1 euro = 1 soldi corsi. Il n’y aura, dans l’opération de change, aucune perte, ni aucune fonte de la monnaie.
 
- Comment donner aux Corses confiance en cette monnaie ?
- Pour donner confiance dans la monnaie, notre priorité est la sécurité. Les billets auront huit points de sécurité, ce qui est supérieur aux points du billet euro. Les billets soldi corsi seront, ainsi, infalsifiables. Ils seront mis en circulation après avoir obtenu toutes les habilitations nécessaires auprès de l’ACPR (Autorité de contrôle prudentiel et de résolution). Cet organisme, qui régule la monnaie en France sous l’égide de la Banque de France, donne une garantie. Lorsque nous éditerons une somme en soldi corsi, nous aurons l’obligation de bloquer, en garantie, la même somme en euro. Quoi qu’il arrive, que ce soit les citoyens, les commerçants ou les fournisseurs, tous auront la garantie de retrouver leur argent.
 
- Pourra-t-on utiliser cette monnaie en grande surface ou son usage sera-t-il limité aux commerces de proximité ?
- Pour commencer, nous allons favoriser les produits locaux et les petits commerces. Si la monnaie fonctionne bien, nous pourrons, peut-être, imaginer, dans un second temps, l’étendre à la grande distribution. Mais, ce n’est pas notre priorité.
 
- Pourquoi débutez-vous par une zone test ?
- Nous avons préféré démarrer par une zone test pour expérimenter la monnaie pendant 4 à 6 mois. Nous avons choisi le Grand Bastia où notre association est bien implantée. Cela nous semble indispensable parce que nous allons, certainement, au début, commettre des erreurs. Il faut tester la réaction de la population et attendre le retour d’analyse du Comité de pilotage, qui est présidé par le président de l’ADEC, pour rectifier et finaliser la mise au point. Une fois celle-ci validée, si les tests sont bons, nous mettrons la monnaie en vigueur sur tout le territoire de la Corse.
 
- Et si les retours des tests ne sont pas bons, que ferez-vous ?
- Nous persévèrerons. Nous ferons plus de communication et d’information pour que ça marche. Nous savons que la mise en place d’une monnaie demande beaucoup de travail et de temps. Nous avons une équipe de bénévoles très motivés et nous concentrons autour de ce projet toutes les associations et les partenaires économiques et institutionnels. Nous y croyons fortement !
 
Propos recueillis par Nicole MARI.
 

Jean-Christophe Angelini : « La monnaie locale est un outil de valorisation des échanges commerciaux de proximité »


Autour de Paul Pierinelli et de Jean-Christophe Angelini, tous les partenaires du projet monnaie locale : la CTC, la CCI, la Chambre des métiers, la ville de Bastia, la CAB, l’ODARC… et le sculpteur Gabriel Diana, président du Comité chargé de sélectionner les dessins des billets.
Autour de Paul Pierinelli et de Jean-Christophe Angelini, tous les partenaires du projet monnaie locale : la CTC, la CCI, la Chambre des métiers, la ville de Bastia, la CAB, l’ODARC… et le sculpteur Gabriel Diana, président du Comité chargé de sélectionner les dessins des billets.




Dans la même rubrique :
< >

Samedi 10 Décembre 2016 - 17:26 Au Rallye de Balagne Pascal Trojani est intouchable

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85578 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40972 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 348