Corse Net Infos - Pure player corse

Guillaume-Olivier Doré : "Corse croissance va investir 15 à 20 millions d'€ par an sur l'Île"


Rédigé par le Vendredi 26 Décembre 2014 à 22:06 | Modifié le Samedi 27 Décembre 2014 - 01:42


Nous vous le disions récemment : OTC agregator, spécialiste du financement des PME de croissance s’appuyant sur une communauté de plus de 500 entrepreneurs-investisseurs, est entré au capital de Sages Informatique, une société ajaccienne de services informatiques à travers son FIP insulaire Corse Croissance. Un investissement de 600 000 €. Guillaume-Olivier Doré, président de OTC agregator et de Corse Croissance, nous en dit plus après cette opération qui ne restera pas sans lendemain sur l'île...


Guillaume-Olivier Doré : "Corse croissance va investir 15 à 20 millions d'€ par an sur l'Île"
- Votre fonds d'investissement ?
- Il s'agit de Corse croissance. Il est destiné à financer les entreprises corses familiales qui veulent développer leur chiffres d'affaires et leurs activités et les entrepreneurs  qui veulent réinvestir dans les sociétés qu'ils ont créées.

- Pourquoi la Corse ?
- Parce que c'était la seule région qui n'était pas couverte par ma société. Je fais ce métier d'accompagner les entrepreneurs depuis 20 ans. Nous avions des implantations un peu partout en France y compris dans les Dom-Tom sauf en Corse. Nous avons donc décidé de créer un fonds dédié à l'Île et j'ai décidé de m'occuper moi-même de son implantation.

- Son fonctionnement ?
- Il est collecté auprès de tous les Français. Notre écosystème c'est aujourd'hui 550 dirigeants de PME de croissance qui nous ont confié une partie de leur argent pour être réinvesti dans des entreprises. S'ajoute a cela une trentaine de milliers de personnes physiques - des particuliers donc - qui nous ont confié de l'argent à travers de produits qui leur permettent de bénéficier d'avantages fiscaux. Ce sont des fonds en général régionaux - ceux dédiés à la Corse sont ceux de Corse croissance mais il en est aussi qui le sont plus particulièrement pour la Réunion, l'Ouest de la France ou Paris - ou sectoriels comme le cinéma ou la Santé.

- Tout cela est chapeauté par quelle société ?
- OTC agregator. C'est l'un des plus grands investisseurs français. Aujourd'hui nous gérons 500 millions d'euros. Nous sommes une équipe d'une trentaine de personnes. En fait notre métier principal est de financer les projets entrepreneurs en région. Seule la région Corse échappait à notre couverture. J'ai lancé le projet et l'implantation est maintenant effective.

- Comment progresse votre fonds ?
- Nous avons commencé à réaliser quelques investissements qui vont être annoncés dans les jours qui viennent. Le premier fonds fait une taille de 10 millions d'euros. Nous investissons en moyenne entre 500 000 à 1 million d'euros dans les projets que nous sélectionnons. Nous sommes actuellement sur un rythme d'un projet financé tous les mois ou tous les deux mois. A terme, nous allons investir en moyenne 15 à 20 millions d'euros par an en Corse pour une trentaine de projets. Avec une particularité forte : nous réinvestissons beaucoup dans des projets que nous avons, déjà, financé. A OTC agregator on part du principe qu'un projet d'entreprise n'évolue jamais comme il est prévu qu'il évolue au départ. Comme nous sommes bien plus des entrepreneurs que des actionnaires financiers, nous sommes capables de comprendre qu'il faille réinvestir parce que on a changé ou les choses ont changé. Dès lors la moitié de l'investissement que nous effectuons c'est du réinvestissement, de l'accompagnement d'entreprises, déjà, soutenues. 

- Dans des secteurs précis ?
- Il s'agit de secteurs assez généralistes. Ils concernent aussi bien l'informatique, les services aux entreprises, le transport, l'agroalimentaire. Mais il est des secteurs que l'on évite parce qu'on les connaît mal : l'immobilier, l'hôtellerie.

- Quels sont les critères d'éligibilité à votre fonds ?
- Les critères de taille sont à la fois importants et peu importants : on finance avant tout un homme et une équipe.  Ce qui nous intéresse, c'est l'ambition de l'homme qui porte le projet. Notre objectif c'est de financer des hommes ambitieux ou des entreprises familiales qui sont en phase de transition. Mais si on voulait donner un chiffre en terme de taille, disons que l'on commence à regarder des investissements à partir de 1 millions d'euros de chiffre d'affaires, mais à condition que les porteurs de projet aient un objectif de croissance fort puisque nous sommes là pour cela.

- Votre positionnement par rapport aux autres fonds : Femu Quì par exemple ?
- Nous sommes dans les mêmes cas de figure que dans nos autres implantations régionales. On considère aujourd'hui que notre métier n'est pas d'aller faire le même que celui de Femu Quì ou le même que celui de Viveris. Nous sommes situés aux deux extrêmes du spectre. Nous sommes dans un mode de "coopétition", c'est à dire que nous sommes pas un compétiteur mais bien plus un coopérateur avec ces gens-là. Nous les connaissons très bien. Nous faisons des co-investissements avec eux. Nous nous sommes notamment rapprochés de Femu Quì il y a quelques mois  et nous travaillons avec eux parce que les montants qu'ils investissent sont plutôt d'une centaine de milliers d'euros et les projets qu'ils défendent ont besoin de "carburant" supplémentaire : nous sommes là pour les accompagner. Et pour les gros projets de financement et d'accompagnement on travaille en symbiose avec Viveris qui investit des montants plus importants que Femu Quì. En fait, nous nous positionnons entre les deux.

- Une autre particularité de Corse croissance ?
- Il est organisé autour du même concept initial d'OTC agregator. On crée autour de notre fonds un réseau d'entrepreneurs parce que nous partons du principe que notre terreau ce sont les entrepreneurs corses et que ce sont eux qui ont la clef de l'indépendance économique de l'Île. Comme dans tous les territoires, ont fait en sorte qu'ils se parlent et qu'ils échangent. Et pour ce faire, nous sommes en train de créer autour de notre investissement un club de dirigeants. Ils sont une dizaine aujourd'hui et nous avons pour objectif de les fédérer autour d'un club qui sera piloté par un entrepreneur corse qui fait ses affaires sur le continent mais qui revenu s'installer en Corse  : Christian Mons-Catoni. Il co-investit aujourd'hui avec nous dans les entreprises insulaires et les accompagne dans leurs projets de croissance. C'est un modèle de fonctionnement que j'ai créé et que l'on développe depuis une quinzaine d'années  : il consiste à être investisseur et entrepreneur à la fois. C'est une différence forte parce que chaque entrepreneur que nous accompagnerons,  aura non seulement de l'argent mais il aura, aussi, accès à un réseau de dirigeants à travers ce club spécial à l'Île, mais aussi à travers le réseau national. Nous avons un club de 550 dirigeants tous patrons de PME dans tous les secteurs d'activités français qui pourront accompagner et supporter toutes entreprises insulaires.  D'ailleurs 20% des sommes que nous investissons en Corse sont le fait de ces entrepreneurs.

- Le lien de Guillaume-Olivier Doré avec la Corse ?
- Je n'ai aucun lien personnel avec la Corse. Mais de la même manière que je n'ai pas de lien avec les autres régions françaises j'ai une grande admiration pour les régions qui ont une forte identité parce que, sans doute, je suis moi-même originaire de l'une d'entre elles de l'Est de la France. C'est notre rôle d'accompagner les éco-systèmes locaux parce que toutes les petites entreprises que nous accompagnerons deviendront probablement des champions demain… C'est en tout cas vers ce but que tendent tous nos efforts.
 



A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85494 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40928 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 348