Corse Net Infos - Pure player corse

Gilles Simeoni : "Il y a urgence à désamorcer la situation de tension"


Rédigé par le Mardi 7 Mars 2017 à 19:18 | Modifié le Mardi 7 Mars 2017 - 23:35


"Après les interpellations à répétition de jeunes Corses, il y a urgence à désamorcer la situation de tension" estime Gilles Simeoni, président du Conseil exécutif de Corse dans un communiqué diffusé mardi en fin de journée.


Gilles Simeoni : "Il y a urgence à désamorcer la situation de tension"
"Ce jour, mardi 7 mars 2017 à l'aube, 19 très jeunes garçons et filles ont été interpellés manu militari en divers points de Corse et transférés aux fins de placement en garde à vue dans diverses casernes de gendarmerie et commissariats.
Les informations recueillies ont permis d'apprendre qu'il s'agissait en fait d'interroger ces jeunes sur leur engagement, sur leur environnement amical ou familial, voire de prélever leur ADN. Dès après ces interpellations, a fortiori après avoir été informé de leur motivation, j'ai exprimé publiquement mon refus d'une logique répressive et de méthodes incompatibles avec la nécessité de consolider la paix. Je me suis également rendu devant le camp militaire de Borgu pour exprimer ma solidarité avec les jeunes interpellés et leurs familles. Aux plans politique, syndical, associatif, citoyen, la mobilisation et la solidarité ont été fortes et spontanées, ce qui montre bien que les Corses, dans leur grande majorité, et toutes opinions confondues, refusent la logique de tension et d'affrontement.
Cette mobilisation, large et pacifique, a payé : tous les gardés à vue ont été remis en liberté au bout de quelques heures, sans qu'aucune charge n'ait été retenue contre eux. Ces mesures d'élargissement sont certes un facteur d'apaisement dont il faut se féliciter. Mais elles confirment aussi avec éclat combien les interpellations initiales et leur forme étaient disproportionnées et infondées. Le problème reste donc entier, et ce d'autant mieux qu'il s'inscrit dans un contexte global inquiétant.
En quelques mois, ce sont plus de 70 jeunes qui ont été soumis à des mesures coercitives : gardes à vue, contrôles judiciaires, incarcérations. Il faudrait être aveugle, ou inconscient, pour ne pas comprendre que cette situation porte en elle un potentiel important de dégradation et de risques politiques, et conduit à une spirale d'affrontement que la Corse ne connaît que trop et dont elle ne veut plus. Il y a urgence à désamorcer cette situation de tension, sans attendre un nouveau dérapage ou un nouvel incident. Le Gouvernement et l'Etat en ont tous les moyens. En ont-ils la volonté ?"




Dans la même rubrique :
< >

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie









Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 89071 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 45980 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Charles Monti | 05/03/2017 | 39255 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 405