Corse Net Infos - Pure player corse

Finale de la coupe de la ligue : Pérégrinations et nuit blanche pour des dizaines de supporters


Rédigé par (Jean-Paul-Lottier) le Dimanche 12 Avril 2015 à 13:58 | Modifié le Dimanche 12 Avril 2015 - 18:42


Ainsi que nous l’avons annoncé dès la nuit dernière, certains supporters ont vécu ne situation pour le moins ubuesque : très longue attente au milieu des supporters parisiens avant que les autocars prévus puissent les ramener dans les différents hôtels et nouvelle déconvenue lorsque déposés devant les établissements concernés, aucun listing des noms des clients ne correspondait. Il a donc fallu se mettre en quête d’autocars et tenter de trouver les bons hôtels pour chacun. Les plus chanceux ont pu se mettre au lit vers 1h30 – 2 heures, les autres à … 4 heures du mat, bref après une douche, il a fallu reprendre le bus pour un décollage à 8h15 ! Qui est à l’origine de ce gigantesque bazar ? C’est ce nous nous avons tenté de savoir au cœur de la nuit


Finale de la coupe de la ligue : Pérégrinations et nuit blanche pour des dizaines de supporters

Comment transformer une journée de finale qui s'annonçait magnifique en une véritable galère?
On l'a dit; tout avait bien débuté à l'aéroport de Bastia-Poretta où la Chambre de Commerce et d'Industrie avait mis de gros moyens en place pour ventiler avec le moins de désagréments possibles pas moins de 2 500 supporters partis à l'assaut de la Capitale. Parkings gratuits et navettes également gratuites pour vous conduire à l'aérogare, des panneaux indicatifs très lisibles et un personnel très disponible. Dur pur bonheur quoi.


Le dernier avion à décoller à 16 heures, devait être celui des lauréats du jeu-concours organisé par par la CTC et le SCB, relayé par les médias insulaires. Au total il y avait 165 packs à gagner avec acheminement par avion avec Air Corsica,, transfert en autocar, billet de stade et hébergement. L'avion était complété par quelques médias et invités.
Sur place dans l'aérogare un responsable du projet "Bastia Capitale" et Marc-Ange Ingrand, chargé de communication à la Collectivité Territoriale de Corse.
Pour être certain que tout se passe pour le mieux, chaque groupe se voyait remettre un bracelet aux couleurs différentes.
Celui des gagnants du jeu-concours était d'un vert très fluorescent.
A l'arrivée à Orly, le représentant de "Bastia Capitale" prenait le temps d'expliquer  le déroulement, avant d'énoncer les noms des passagers pour chaque hôtel.
Il précisait que le timing était trop court pour aller déposer avant les bagages à l'hôtel mais que sur place, au stade de France un véhicule camionnette était prévu pour garder les dits bagages.
Dernière recommandation: en sortant du stade "Rejoignez rapidement les  autocars car ils n'attendront pas longtemps"!"

Autocars bloqués par les CRS finalement  empruntés par d'autres
Au stade de France, à la 19e mn, on le sait M. Bastien a décidé de gâcher la fête mais on le sait aussi, jusqu'à la dernière minute,  la vague bleue n'a pas ménagé ses encouragements.
Au coup de sifflet  final, chacun a accéléré le pas pour rejoindre les bus. Si ceux des supporteurs de Roissy étaient bien là, en revanche aucun signe  de ceux pour Orly, dont bien entendu celui du groupe "Bastia Capitale".
Interminable, cette attente durera pas moins de 1 h 20 mn. " Durant ce laps de temps, avec seulement quelques CRS autour de nous, les supporteurs de PSG remontaient le boulevard en nous provoquant au passage. Heureusement personne n'a répondu. Finalement on apprenait que plusieurs bus étaient bloqués beaucoup plus bas par des CRS" commentait un membre du groupe.


Finalement, initialement prévu pour l'aéroport d'Orly,  un autocar arrivait sur place et était pris d'assaut pour le groupe qui souhaitait rejoindre les différents hôtel prévus.
Sans le savoir, c'était pour tous le début d'une longue nuit. La chauffeur d'autocar, footballeur vétéran, conduisait un bus super vétéran, se permettait quelques entorses au code de la route, et déposait chaque groupe devant les hôtels, avant de disparaître dans la nuit, non sans avoir au préalable effectué plusieurs fois le tour d'Orly.
Là, chacun allait avoir sa dose de surprises. Pour certains, les noms des réservations ne correspondaient pas, pour d'autres, tout simplement compte tenu de l'heure tardive il n'y avait plus personne à l'accueil pour remettre les clés.
Du coup, tout le monde se trouvait à la rue. Certains avec des enfants, ou las de subir cette situation ubuesque décidait de mettre la main à la poche et de payer une nouvelle chambre.
Pour les autres, plus tard on apprenait que c'était la"bérézina" !

Aucun listing valide
Malgré les bracelets de couleurs, chacun avait pris le bus qu'il pouvait. Du coup, certains sont partis à Roissy, avant de revenir au stade de France ou ont effectué la tournée des hôtels alors qu'ils n'en avaient pas réservé!
Marc-Ange Ingrand, a pris alors les choses en main pour tenter de sortir de cet imbroglio incroyable. Méticuleusement il reprenait nom et date de naissance de chacun pour tenter avec l'aide de l'organisateur "Bastia Capitale" de trouver des chambres de libres pour une quinzaine de personnes restant à la réception d'un hôtel.
La délivrance arrivait vers 2 h 45 quand un nouveau bus arrivait avec au volant un conducteur visiblement agacé de toujours conduire alors qu'il avait déjà effectué son quota d'heures !
Dans le bus, il y avait déjà un groupe et au fond quelques jeunes qui attendaient qu'on les conduisent à l'aéroport.
La encore, les tours gratuits autour d'Orly se multipliaient.
Finalement, c'est à 7 km de l'aéroport que tout le monde débarquait dans un hôtel. Il était 3h40 !
Le temps de faire les formalité, de prendre une douche et s'assoupir une heure, il fallait repartir.
Pour l'anecdote, l'employée de l'hôtel à eu une "panne d'oreiller", il a donc fallu prendre le P'ti Dej" à l'hôtel voisin et à l'heure du laitier  filer à l'aéroport, dans un bus qui ressemblait à un bus!
Il convient de préciser dans cette histoire rocambolesque que "Bastia Capitale" n'est en rien responsable. La gestion des bus et les réservations des chambres d'hôtels devaient être traitées par la société "Séminaire.com" qui n'a pas daigner se déplacer pour résoudre les problèmes, laissant ce soin à des intérim employées pour la soirée!
M. Bastien aurait sans doute lieux fait de distribuer le carton rouge à ce directeur de société plutôt qu'à  notre "Toto" !
Il faut également souligner que malgré cette situation où plus d'un aurait perdu patience, les supporters ont pris ça avec beaucoup d'humour et de philosophie.
Respect à eux.

 





Dans la même rubrique :
< >

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85531 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40946 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 348