Corse Net Infos - Pure player corse

Fièvre catarrhale : "Un mensonge d'Etat " pour les agriculteurs


Rédigé par le Jeudi 3 Octobre 2013 à 23:45 | Modifié le Samedi 5 Octobre 2013 - 02:06


La chambre régionale d'agriculture de la Corse a décidé, jeudi, d'interpeller le président de la République avant son voyage ce Vendredi en Corse. Joseph Colombani a notamment demandé que François Hollande s'explique sur "le mensonge d'Etat auxquels ses plus haut représentants se sont livrés" dans la crise de la fièvre catarrhale qui après s'être installée dans l'Extrême-Sud et dans la Plaine Orientale, menace à présent la Balagne.


Fièvre catarrhale : "Un mensonge d'Etat " pour les agriculteurs
Entouré des représentants de Roger Choix, Antoine Ottavy et Mathieu Filidori, Joseph Colombani, qui a associé à sa démarche les deux présidents des chambres départementales de Haute-Corse et de Corse-du-Sud, Jean-Marc Venturi et Stéphane Paquet en l'occurrence, a commencé par rappeler qu'il y a quelques jours à la préfecture de Corse "il a été déclaré par le préfet que l'Italie n'avait pas notifié la fièvre catarrhale ovine aux instances européennes. Le document en notre possession atteste du contraire" a déclaré le président de la chambre régionale d'agriculture.
"Sur le site officiel www.europa.eu, à la rubrique des différentes déclarations de leurs maladies, que chaque Etat membre doit notifier à Bruxelles, on retrouve chronologiquement la déclaration de la France le 11 Septembre 2013 pour la fièvre catarrhale en Corse, et un peu plus loin, le 11 Avril 2013 la déclaration de l'Italie  pour la fièvre catarrhale en Sardaigne, soit 4 mois avant".
Face à ce qu'il qualifie de "mensonge d'Etat' le président de la chambre, et tous ceux qui l'entourent, ont estilmé qu'ils ne pouvaient "pas rester sans réagir."
Ils veulent pour commencer des" explications et le rétablissement de la vérité" et posent la question de savoir comment on peut commémorer "le soulèvement des anciens contre l'arbitraire et avoir aussi peu de considération, voire même du mépris, pour leurs enfants?"
Dans un deuxième temps ils entendent demander au président Hollande, "pourquoi cette absence de réaction : s'agit-il de l'erreur d'un fonctionnaire ou cela correspond-ilà uen stratégie de l'Etat pour la fièvre catarrhale en Corse?"

"Ne pas rater le rendez-vous avec les agriculteurs"
La suite du propos de Joseph Colombani est sur notre vidéo.
Mais lors de la conférence de presse, on a appris que la fièvre catarrhale était sur le point d'atteindre la Balagne - 70 troupeaux ont été recensés depuis le début de l'épizootie sur l'ensemble de l'île -, que du fait de la maladie 700 ovins de plus étaient morts par rapport à la même période de l'année précédente et que rien n'avait encore décidé ni pour le sort des agneaux et pas davantage pour l'indemnisation des éléveurs.
Bref, aujourd'hui c'est la colère qui domine. Vendredi à l'heure où le président de la République arrivera en Corse les éleveurs, qui ont le soutien de la chambre régionale d'agriculture, s'installeront à la DRAF à Ajaccio et à la DTM à Bastia. Pour, en occupant les lieux, protester contre le sort qui leur est fait.
Dans le même temps, Joseph Colombani et les représentants des agriculteurs insulaires espèrent rencontrer François Hollande. Pour lui exposer les problèmes qui sont les leurs.
"S'il loupe son rendez-vous avec les agriculteurs, il loupera également son premier rendez-vous avec la Corse" prédisent les agriculteurs.




Via Campagnola interpelle le président Hollande sur la FCO

Via Campagnola interpelle également le chef de l'Etat sur la FCO :"Pourquoi l'Etat Français n'a-t-il pas anticipé en prenant toutes les mesures nécessaires (vaccination/désinsectisation/blocage d'entrée d'animaux en provenance de la Sardaigne) alors que la Sardaigne avait bien réellement déclaré la présence de la maladie sur son territoire, comme l'atteste ce document * POURQUOI ?

Pourquoi les services de l'Etat laissent ils mourir après une longue période d'agonie les brebis frappées par la maladie ?

Pourquoi à aujourd'hui, les éleveurs n'ont ils aucune garantie sur l'indemnisation des animaux morts et des pertes économiques (lait/agneaux/surcoût veto et alimentaire) induites par le passage de la fièvre ?

MAIS QUE FAIT L' ETAT ?

* en fichier joint

http://ec.europa.eu/food/committees/regulatory/scfcah/animal_health/presentations/1011042013_bt_italy.pdf
 





1.Posté par Lecci le 04/10/2013 11:40
Vivement que la Corse soit indépendante et qu'ainsi les éleveurs s'occupent eux même de leur problème sans être assistés par l'Etat qui ne fait de toute façon pas son travail nest-ce pas ???

2.Posté par HECKMANN Marie-Roe le 04/10/2013 14:20
De toute façon la souffrance animale ne dérange personne et surtout pas le président et sa suite !! mais les sous, là oui tout le monde se bat pour en avoir pfffff quelle mentalité !!
j'imagine que mon commentaire va encore être supprimé comme d'hab, la vérité personne n'aime à part les courageux défenseurs des animaux et il faut en avoir car on finit par être considérés comme des moins que rien !! pire que les voleurs, violeurs et autres bien pensants !! Lamentable !!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 5 Décembre 2016 - 22:25 Aleria célèbre a Festa di a nazione

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85338 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40809 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 345