Corse Net Infos - Pure player corse

Femu a Corsica et le PADDUC : Acte politique majeur et choix de société


le Mercredi 5 Novembre 2014 à 17:35 | Modifié le Mercredi 5 Novembre 2014 - 17:44


C’est aussi et surtout un acte de responsabilité a expliqué le groupe Femu a Corsica à l’occasion d’une conférence de presse. Le mouvement a rappelé avoir éclairé les enjeux et contribué à édifier un compromis en mesure d’engager la Corse vers un développement durable. Peuple corse, protection des ZNIEFF, sauvetage d’espaces remarquables et des sites inscrits, Femu a Corsica a détaillé point par point sa contribution à l’élaboration du document et la prise en compte de ses amendements. Sur les 51 déposés, 34 ont été adoptés. Raison pour laquelle ce PADDUC est un véritable choix de société


Femu a Corsica et le PADDUC : Acte politique majeur et choix de société
Tous les responsables du mouvement étaient réunis à la CTC pour rappeler le rôle joué par Femu a Corsica dans l’adoption du PADDUC. Le groupe n’a en effet rien cédé mais bien au contraire gardé sa ligne avec un esprit constructif et beaucoup de responsabilité.
 
Le meilleur compromis possible…
Dans son intervention, Fabienne Giovannini a souligné les enseignements majeurs : « C’est une autre Corse que nous projetons aujourd’hui. Nous tournons résolument le dos à l’ancien PADDUC, c’est cela qui est important. Deux messages ont été lancés. Le premier à l’adresse du peuple corse et de tous ceux qui convoitent notre île. Elle ne se sera pas désanctuarisée. Notre île peut faire du développement, peut faire de la construction et créer de l’emploi pour les jeunes sans avoir à bâtir des villes à grand luxe et des hôtels sur le littoral. Cela est déjà un message très fort. Le deuxième message s’adresse à l’Etat ; c’est un acte de responsabilité, de maturité politique. En assumant clairement ses propres choix de société, c’est bien un acte d’autodétermination qu’à posé là l’Assemblée de Corse. L’Etat doit entendre ce massage et ne plus fermer la porte comme il le fait de toutes les délibérations de l’Assemblée de Corse. »
Femu a Corsica estime n’avoir rien cédé de ses fondamentaux et s’est montré particulièrement constructif afin de trouver les moyens du meilleur compromis possible : « Ce bras de fer a duré 10 heures. Il est important de souligner que les nationalistes se sont montrés solidaires et complémentaires, aussi bien dans la défense de leurs objectifs que dans la gestion de la négociation » a souligné Agnès Simonpietri.
En ce qui concerne la question des espaces stratégiques agricoles, on se rappelle que celle-ci avait cristallisé un blocage qui semblait insurmontable. Inconstructibles lors du vote du PADD le 31 janvier dernier, 4000 hectares de ces espaces se retrouvaient potentiellement urbanisables : « Pour Femu a Corsica cette question était non négociable. Le débat de notre groupe a consisté à offrir collectivement un maximum de garanties pour ne pas sacrifier à la construction privée de ces terres à fort potentiel agricole. C’est ce qui fut fait. Nous sommes passés de 4000 hectares à 400, avec toutes les limitations citées. Le concept a été entièrement encadré afin d’éviter toute dérive préjudiciable à l’un des objectif du PADDUC. »
Pour ce qui est des espaces urbanisés, autre source d’inquiétude pour le mouvement (densification des zones mitées), l’Exécutif y a répondu en réécrivant largement ce chapitre. Maria Giudicelli a concédé le risque de dérives et tenté de le contenir au mieux, sachant par ailleurs que le nombre de définitions et de règles sur l’organisation urbaine devaient permettre de maîtriser le concept.
 
34 amendements adoptés
Sur les 51 amendements déposés par Femu a Corsica, 34 ont été adoptés, 12 ont été substitués par des amendements de l’Exécutif qui a modifié sa vision des choses afin de prendre en compte les demandes du mouvement : « Nos amendements modifient considérablement le document présenté. Les autres groupes nationalistes ont également pesés dans le bon sens avec une dizaine d’amendements retenus
Voici d’ailleurs le rappel des points obtenus par Femu a Corsica :
  • Peuple Corse : intégration de l’entier livret « projet de société » au PADD ; « Ce point est notre victoire politique »
  • Protection du ZNIEFF : l’amendement a consisté a reprendre la rédaction du schéma d’aménagement de la Corse de 1992. Femu a Corsica y a ajouté une référence à la loi littoral qui va certainement freiner les projets d’aménagement dans ces espaces fragiles
  • Sauvetage des espaces remarquables : Pinède de Calvi, Testa Ventilegne, réintégration de la Znieff de Portigliolu dans les ERC.
  • Sauvetage des sites inscrits : blocage des sites inscrits dans la « trame verte et bleue » du fait de la nécessité d’une expertise. L’amendement de Femu a Corsica a inversé les choses. Ainsi, 21 000 hectares sont intégrés dans la carte des enjeux environnementaux.
  • Carbonite : Avant toute décision définitive, l’amendement de Femu a Corsica  permet de prendre en compte les études en cours.
  • Protection contre le nucléaire : après les objectif zéro OGM et Zéro pesticides obtenus par Femu, l’Assemblée de Corse a adopté l’amendement réclamant la vigilance de la CTC pour toute installation ou stockage nucléaire, maritime ou terrestre.
  • Risque amiante : La CTC doit pouvoir imposer des contrôles. Le texte ne prévoyait qu’une possibilité, c’est désormais un devoir.
  • Renforcement de la gouvernance : deux amendements : l’un pour intégrer ce livret au PADD (projet de société), l’autre, une mission de veille de la CTC sur l’application des préconisations et orientations règlementaires du PADDUC.
  • Cartes conformes : Mise à jour de la cartographie et légende sur la carte de la destination générale des sols et du SMVM à propos des « tâches urbaines. »
  • Filière bois : Six amendements sur l’utilisation des bois locaux, la certification, la valorisation et la structuration de la filière.
  • Schéma touristique : dix amendements sur la prévention de l’artificialisation des sols, les impacts financiers, la vigilance sur les projets golfiques, l’activité « neige » des gîtes d’étapes.
Tour à tour, Jean Biancucci et Jean-Christophe Angelini se sont exprimés sur le nouveau PADDUC, sur son contenu économique et son indication forte, sur l’emploi et l’évolution de la région : « On ne peut que se féliciter de la bonne marche en avant de dernières décisions. Le débat a été constructif. »
Est-ce que la campagne des territoriales est lancée ?
J. F.
 
 



A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85224 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40771 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 345