Corse Net Infos - Pure player corse

Fablab d’Ajaccio-Fundazione Crédit Agricole de la Corse : Une autre dimension


Rédigé par Jean-François Vinciguerra le Mercredi 9 Mars 2016 à 22:25 | Modifié le Mercredi 9 Mars 2016 - 22:52


Le fablab, que l’on peut traduire par « fabrication laboratory » est un endroit qui sent la magie. Les machines peuvent sortir des objets conceptualisés par un ordinateur, tout simplement. Une façon comme une autre de créer son jardin extraordinaire avec toutefois un peu d’imagination. A Ajaccio, dans les locaux du Crédit Agricole de l’avenue Napoléon III, parrain de l’association, le Fablab a été créé en juin dernier avec à sa tête Simone Amber, présidente de l’association et co-fondatrice de la structure avec le Fundazione du Crédit Agricole de la Corse. Campuplex et le Centre de la Jeunesse et des Sports en sont les partenaires. Mardi, le véritable lancement a été donné au siège avec la première assemblée générale


Fablab d’Ajaccio-Fundazione Crédit Agricole de la Corse : Une autre dimension
La Corse est plus que jamais à la pointe de l’innovation, cette fois avec le Fablab d’Ajaccio et celui de Corte. Deux institutions qui accueillent de plus en plus de monde. Mardi matin, au siège du Crédit Agricole de la Corse, l’association présidée par Mme Simone Amber s’est réunie en présence de nombreux invités parmi lesquels des membres de la région, les partenaires et des jeunes, beaucoup de jeunes attirés par ces nouvelles technologies qu’ils maîtrisent d’ailleurs fort bien.


Un outil révolutionnaire
En s’adressant au public, les responsables ont fait la démonstration que l’on était véritablement en présence de quelque chose d’important pour la Corse, à savoir le développement de l’économie numérique. M. F. Romei nous en dit plus :
« Avec ce Fablab, nous avons les moyens d’aborder cette révolution. On peu s’en apercevoir tous les jours depuis l’installation de notre association en juin dernier avec une forte fréquentation des jeunes qui viennent régulièrement avec leurs projets de plus en plus intéressants. Nous allons mettre tout cela en place pour véritablement avancer et développer la structure. Nous disposons en effet de machines nouvelles, des projets sont d’ores et déjà en œuvre et notre relation s’étend avec le monde entier, qui compte une centaine de Fablab, lesquels fonctionnent, sans parler des nombreuses relations avec de jeunes créateurs d’entreprise. Avec, cela va de soi, une osmose qui se crée autour de cela. On sent vraiment que quelque chose s’est mis en marche et c’est réconfortant. »
Il faut savoir que l’investissement est très important, ne serait-ce que le siège du Fablab Ajaccio avec une surface de plus de 350 M² mis gracieusement à la disposition des membres par A fundazione Crédit Agricole de Corse. Des conditions de travail idéales dans un cadre reposant.
En clair, la phase 2 va commencer par l’installation de machines nouvelles (certaines sont déjà en place) et de projets bien ficelés. La phase 2 c’est aussi la relation avec les écoles qui travailleront avec les imprimantes laser pour la construction d’objets. Le Fablab dispose de différentes manettes pour réussir ce développement.


Les chiffres avancés
Simone Amber, la présidente, nous a parlé du fonctionnement de ces technologies : « nous avons ouvert une phase de construction qui succède à une phase d’opérations au cours des derniers mois. La recherche et le développement font partie de nos travaux. A nos côtés, un jeune ingénieur Danois, fabricant de robots industriels, participe à nos travaux et fait la démonstration de cette machine que l’on espère acquérir un jour prochain pour y apporter, qui sait, des améliorations futures. Chacun peut apporter sa pierre à l’édifice. »
Côté chiffres,  l’association d’Ajaccio compte 62 membres, avec, au niveau de la fréquentation, de nombreuses visites. Plus de 300 pour le seul mois de février, mais si l’on remonte aux débuts, le chiffre est bien plus important. 37% d’ateliers avec les moins de 25 ans, 14% de visites abonnés, 17% de visites scolaires. Des chiffres encourageants qui vont augmentant au fil des semaines et des mois. Voilà donc le fabalb Ajaccio lancé.
J.-F. V. 

Des machines sortiront des objets conceptualisés par ordinateur. Un vrai tour de magie.

Fablab d’Ajaccio-Fundazione Crédit Agricole de la Corse : Une autre dimension
Dans le fablab cortenais, on trouvera notamment un espace de conception, des ordinateurs et logiciels, des logiciels de modélisation et de codage, d'une part. Et pour donner vie à tout cela, des machines de prototypage et fabrication viennent compléter le dispositif : imprimante 3D, découpe laser, fraiseuse numérique, brodeuse numérique, découpe vinyle... Bref, largement de quoi faire.

Donner corps aux idées
Le but ? Que les personnes avec des idées trouvent les moyens de leur donner corps sous forme de prototype. "Le principe que nous voulons appliquer est celui de se remettre à fabriquer des choses, que les gens ne restent pas dans une théorie, mais au contraire qu'ils puissent voir concrètement à quoi l'objet qu'ils ont en tête peut ressembler", développe Vannina Bernard-Leoni, directrice de la Fondation universitaire, qui est à l'origine du projet.
Le fablab cortenais n'est pas encore tout à fait opérationnel. Il le sera "en version bêta" d'ici un petit mois, et sera accessible gratuitement à tous les publics jusqu'en début d'année. Ensuite, il sera toujours ouvert à tous les publics, mais selon certaines modalités. "La semaine du Fablab, sur six jours, sera découpée en trois parties : deux jours pour les étudiants et enseignants, deux pour les professionnels et artisans et enfin, deux pour le grand public." L'outil sera payant à partir de février, mais avec des tarifs abordables : "En fait, on pourra louer le temps d'utilisation des machines et le designer".


Car Lucia Simeoni, qui pilote les engins pour le moment, est designer. Mais pas que. Dans le jargon, elle est même "fabmanager", autrement dit la personne qui fait fonctionner les machines. Bien plus qu'en appuyant sur un simple bouton. "Nous avons voulu quelqu'un qui sache aussi créer, qui ait cette culture. Ce qui n'est pas vraiment la norme dans les fablabs".
Son rôle dans le fablab ? Guider les visiteurs, leur expliquer comment utiliser tel ou tel outil. "Ce profil était important pour faire le lien entre l'idée et la main qui la réalise. Cela nous tenait à coeur"
, insiste Vannina Bernard-Leoni.





Dans la même rubrique :
< >

Lundi 5 Décembre 2016 - 23:37 I soldi corsi… C’est pour bientôt !

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85327 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40804 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 346