Corse Net Infos - Pure player corse

Eglise de Corse : Encore quelques jours pour participer au denier du culte


Rédigé par le Vendredi 26 Décembre 2014 à 13:55 | Modifié le Vendredi 26 Décembre 2014 - 18:48


Le denier du culte reste aux yeux de l’Eglise un don indispensable de la part de chaque paroissien pour soutenir sa mission. Contribution volontaire des fidèles, il représente 35% des ressources de l’Eglise. Le diocèse de Corse sans autre subvention, en appelle aujourd’hui à l’engagement et à la foi de chacun pour aider l’Eglise qui manquerait encore aujourd’hui de 400 000 euros pour mener à bien tous ses projets et permettre aux curés de nos paroisses de nous offrir encore et toujours leurs services et leur accompagnement jusqu’au plus profond de nos micro régions. Une nouveauté cette année, l’édition par l’Association Diocésaine d’Ajaccio d’un CD « Des voix pour la terre de l’Eglise de Corse » qui sera envoyé à chaque contributeur.


Eglise de Corse : Encore quelques jours pour participer  au denier du culte
Dans notre Corse ou la foi et la ferveur religieuse sont bien plus qu’une image d’Epinal, l’Eglise  a encore besoin de l’engagement financier de ceux qui ne l’auraient pas encore fait. Le chiffre de l’année dernière  bien qu’ayant été dépassé (405 000  euros au lieu de 403) ne concerne à cette heure que 4 000 donateurs au lieu de 4 500 l’année dernière. Une différence de 500 contributeurs qui ont encore jusqu’à fin janvier 2015, date de clôture de l’enregistrement des dons de la campagne, pour participer à ce denier du culte 2014. Certaines paroisses reverseront leur collecte en janvier, d’autres qui ont des traditions et une campagne du denier différente de celle organisée sur le diocèse de Corse, reverseront la leur courant septembre prochain.
 

Publication d’un CD du denier pour remercier les contributeurs.

Offrir aux donateurs un cd original qui exprime le concentré des racines chrétiennes de l’île : c’est une innovation cette année. Il est à la fois une incitation pour que les gens participent au denier, mais surtout une forme de remerciement donné au contributeur. Quelque soit la somme versée chacun recevra son CD par voie postale détaille Philippe de Casabianca chargé de la communication du diocèse.
5 000 unités ont été éditées, 20 titres interprétés par des groupes ou des chanteurs corses dans la pure tradition des chants corses revisités ou non. Nous sommes là dans une modernisation d’une campagne du denier du culte qui entend dépasser l’image un peu veillotte de l’église qui peut encore résider dans certains esprits.
Chants religieux de Haute-Corse et de Corse-du-Sud ont été choisis librement par les interprètes qui ont répondu présents et qui interpréteront quatre morceaux chacun. De nombreux contacts avaient été pris, mais les disponibilités de chacun n’ont pas permis à tous de prendre part à cette initiative.

Spartimu, une seconde participation

Ce groupe détient un répertoire directement issu d’une tradition populaire et chrétienne. Répondre à cet appel de part notre répertoire mais aussi de part notre foi était une évidence. Nous travaillons pratiquement toujours en église, messes, célébrations liturgiques tout au long de l’année. Cette participation reste cohérente avec les objectifs de notre groupe et de notre association qui se situe autour de la défense polyphonique insulaire. Le groupe explore depuis plusieurs années les traditions orales de la Corse.
Frédéric Vesperini, Philippe Loret, Laurent Boulet, Pierre Do et Gregory Innocenti qui composent le groupe ont un répertoire constitué aux 2/3 de chants sacrés, de chants religieux qu’ils soient en latin ou en corse,  comme le Suda Sangue qui est un chant entre le corse et le toscan.
Les quatre chants qu’ils ont choisis représentent un tour de Corse du patrimoine de l’ïle. Des chants en latin, en corse, de la semaine sainte, de l’ordinaire de la messe.
En même  temps on y retrouve des chants des micro-régions du nord de l’île comme L’Alleluia Non Nobis des templiers de la région bastiaise, Le Stabat Mater du Nebbio, le Salutaris Hostia du centre Corse et le Suda Sangue de Patrimonio.
Les autres groupes et chanteurs du CD complètent ce tour des régions.

Le denier du culte une participation indispensable

"La moyenne des dons a été d’un peu plus de 100 euros au lieu de 90 l’année dernière. Nous sommes les petits derniers par rapport au continent dont le don moyen est à 180 euros. Un peu plus de 1,30 euro par habitant là où la moyenne nationale est à 3 euros. Sans compter avec des diocèses qui sont à 7 ou 8 euros par habitant. On espère que tout catholique baptisé et en âge d’avoir des revenus donnera au denier. Il y a aussi tous les projets que l’église aimerait mener en Corse. Pour l’entretien des bâtiments, on devrait consacrer par an 1 à 1,5 millions d’euros ce dont on est incapable actuellement. Parmi les projets menés à terme il y a la réhabilitation du presbytère Saint Jean Baptiste à Ajaccio ou la création d’un lieu pour les sœurs clarétaines de Bastia. Pour ceux à venir on peut prendre pour exemple la rénovation de la maison des œuvres à Bastia, la réhabilitation de saint Théophile de Corte ou l’affectation du premier étage du bâtiment de L’île Rousse à des projets pastoraux…détaille Patrick Bouis, l’économe diocésain.
Une église corse qui a donc besoin du soutien de ses fidèles et qui veut être présente en menant une campagne de terrain, en allant au plus près des paroissiens parler du denier, de son utilisation et les aider à faire des actions plus spécifiques pour aller chercher plus d’argent.
Un rôle de proximité à redécouvrir pour reconquérir le paroissien et sensibiliser les plus jeunes. Une étude faite par les évêques sur l’ensemble du territoire montre que le denier est un réflexe chez les personnes de plus de 70 ans mais pas chez celles entre trente et cinquante ans. Beaucoup de savent pas comment ça marche, même pour ceux qui sont chrétiens.
Alors plusieurs solutions s’offrent aux donateurs : l’option du prélèvement qui semble être une solution contre l’oubli du denier et pour un don régulier voire mensuel et sans contrainte. Parler autour de vous de l’utilité et de la nécessité du denier qui permet de payer les prêtres, les assurances des presbytères... Organiser de petites fêtes du denier...
"Des dons jusqu’à 15 000 euros ont été faits par les plus argentés à répartir sur les projets et le denier. Mais pour bien faire, il faudrait doubler le denier c'est-à-dire arriver à 800 000 euros.
 
Pour donner au denier sur internet :
http://www.corse.catholique.fr/don/




A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85360 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40823 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 346