Corse Net Infos - Pure player corse

Des inspecteurs du Rina suspectés d'avoir établi de faux certificats de sécurité pour trois navires de Corsica Ferries


Rédigé par Michela Vanti le Lundi 3 Octobre 2016 à 18:26 | Modifié le Mardi 4 Octobre 2016 - 00:52


Les certificats de sécurité concernant trois navires de Corsica Ferries auraient été "truqués" par des employés du Rina (Registre italien Naval), qui font, aujourd'hui, l'objet d'une enquête poussée de la part du parquet de Gênes pour "faux en actes publics". Selon quotidien italien Il Secolo XIX, le magistrat italien, qui enquête sur l'accident qui s'est produit en 2013 dans le port gênois, estime qu'il y aurait eu des irrégularités dans la délivrance de trois certificats sécurité. A la Corsica Ferries on estime qu'il s'agit là "d'allégations qui ressemblent plus à des rumeurs qu'à des infos"


Des irrégularités dans la délivrance de trois certificats sécurité : selon le quotidien italien Il Secolo XIX, c'est ce qu’il ressort de l’enquête du procureur de Gênes, Walter Cotugno, qui, en charge de l’enquête sur l'accident survenu en mai 2013 ayant coûté  la vie à plusieurs personnes dans le port italien, a poussé ses investigations plus loin jusqu'à aboutir à ces soupçons sur le Rina.


Plusieurs employés du Rina, le Registre Naval Italien, qui délivre les visas des certificats de sécurité des navires assujettis au code international ISPS, sont, en effet, soupçonnés de "faux en actes publics". Selon ce que rapporte le site du quotidien italien, trois navires de la flottille jaune seraient concernés par ces certifications qui fixent les exigences minimales spécifiques prévues par la réglementation internationale de la sécurité maritime, en vigueur depuis 2005.

Les inspecteurs du Rina, qui étaient déjà dans le collimateur de la justice à la suite de  l’enquête sur le tragique effondrement, en 2013, de la tour des pilotes dans le port de Gênes*, sont, donc, aujourd’hui suspectés d'avoir délivré trois fausses certifications de sécurité à trois "Mega" de la Corsica Ferries.
Elles concerneraient le SMC (Safety Management Certificate) qui est un élément fondamental pour le respect du Code Maritime International (ISM) et qui est appliqué à tous les navires au-dessus d'un certain tonnage. Et est indispensable pour naviguer. 
Le document visé par l’enquête du magistrat italien est obligatoire sur tout navire : il certifie le respect des normes fondamentales de la sauvegarde de la vie en mer et de la protection du milieu marin. 

La direction de la Corsica Ferries affirme pour sa part n'avoir pas "plus d'informations" sur cette affaire "que la lecture de cet article."
"Il nous est impossible de commenter ces allégations qui ressemblent plus à des rumeurs qu'à des infos" précise Pierre Mattei,  président du directoire Lota maritime.

---

*
Le porte-container du groupe  Messina, Jolly Nero, avait heurté le 7 Mai 2013 à la sortie du port de Gênes, la tour abritant le personnel de la capitainerie et tué neuf personnes.





Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 20:25 Bastia : La première rencontre CAB-MAC

Jeudi 1 Décembre 2016 - 21:33 Coup d'envoi de "Natale in Calvi 2016"

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85085 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40732 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 344