Corse Net Infos - Pure player corse

Des dispositifs départementaux en faveur des activités sportives de pleine nature


Rédigé par le Jeudi 14 Novembre 2013 à 20:31 | Modifié le Jeudi 14 Novembre 2013 - 22:01


Le plan départemental et la commission des espaces, sites et itinéraires (PDESI et CDESI) ont été installés Jeudi, sous la présidence de Jean-Jacques Panunzi, président du conseil général de la Corse-du-Sud. La loi de 2004 rendant compétents les conseils généraux pour favoriser le développement maîtrisé des sports de nature, cette commission permettra une réflexion sur la préservation d’un patrimoine naturel riche et varié tout en permettant la continuité des pratiques sportives dans cet environnement. La CDESI sera une instance de concertation, conciliation et consultation pour tout projet d’aménagement d’un espace d’un site ou d’un itinéraire préalablement inscrit au PDESI.


PDESI et CDESI pour protéger et dynamiser

Des dispositifs départementaux en faveur des activités sportives de pleine nature
Ce dispositif concernera les activités terrestres nautiques et aériennes, tous les sports de nature qui pourront s’exercer sur des domaines publics ou privés, ainsi que sur les cours d’eaux domaniaux ou non. Il permettra de favoriser la pratique de ces activités tout en sensibilisant le public à la qualité et à la diversité environnementale, mais aussi de dynamiser et aménager les territoires, tout en prenant en compte l’enjeu économique qui concerne l’impact socio professionnel.
Le PDESI sera articulé autour de cinq axes prenant en compte l’existant, les offres, l’atout touristique, les liens entre les différents acteurs et le développement durable.
Le CDESI 2a mettra en place des groupes de travail qui mèneront des réflexions sur les problématiques existantes, afin de trouver des solutions opérationnelles. Il inclura le Plan Départemental des Itinéraires de Promenade et de randonnée (PDIPR).

Le développement durable au cœur du sujet

L’expansion ainsi maitrisée des activités physiques et sportives de pleine nature sera au cœur même des préoccupations de développement durable, et prendra en compte les dimensions sociales, économiques et environnementales. En effet, les APN, sportives ou de loisirs, devenues phénomènes de société, sont pratiquées part un nombre croissant de personnes qui activent de nouveaux modes de fréquentations des naturels ruraux ou forestiers, montagnards ou citadins. D’où l’intérêt de prendre en compte dès maintenant ce patrimoine naturel et rural qui risque de se fragiliser.
C’est en cela que le projet territorial, fondé sur le développement durable, alliera conservation du patrimoine, bénéfice économique et concertation avec les usagers et les acteurs locaux.

Un projet territorial cohérent

Des dispositifs départementaux en faveur des activités sportives de pleine nature
Les APN - activités de pleine nature - concernent les touristes aussi bien que les populations locales, et au-delà des enjeux évident de santé, cohésion sociale d’éducation de développement sportif, leur organisation constitue un enjeu économique puisqu’elles sont créatrices de métiers, d’emplois et de formations ; un enjeu de développement durable en développement l’attractivité départementale tout en conciliant la préservation du patrimoine naturel en sensibilisant tous les publics aux risques de dégradation, de pollution, voire de destruction ; un enjeu d’aménagement et de développement du territoire surtout dans les milieux ruraux où les APN génèrent une activité économique locale qui concernent le monde agricole, les associations, les services publics avec des emplois directs ou induits ; un enjeu de valorisation du territoire de la Corse du Sud qui possède des atouts indéniables en matière de lieux de sites et d’itinéraires, qu’il faut valoriser et promouvoir, en mettant en valeur les possibilités dans un environnement riche et préservé.

Etat des lieux de la filière des sports de nature : quelques freins

Si, nombreux sont les points forts, quelques points faibles résident dans le développement des APN. Parmi eux le manque d’emplois qualifiés, de promotion globale de la filière, des conflits d’usage, une gestion non concertée… Une étude commandée par l’Agence du Tourisme de la Corse en 2007 avait fait ressortir un certain nombre de freins : l’accessibilité juridique et matérielle des sites, une gestion environnementale parfois néfaste (dégradations, pollution…), le manque d’ingénierie, les pratiques concurrentielles déloyales…
Les attentes sont pourtant fortes de la part des acteurs de terrain et notamment en ce qui concerne l’ouverture de nouveau sentiers de randonnée, pistes VTT ; la préservation de l’environnement ; la gestion rationnelle et la mise à disposition des sites (aménagements, ouverture, entretien et sécurisation) et enfin la prise en compte d’impératifs sectoriels spécifiques comme les conflits d’usage pédestres et équestres ou motorisés.

Un plan de développement durable des APN en cinq axes

Le Plan de Développement Durable des APN palliera aux faiblesses qui empêchent tout essor des APN et se développera autour de cinq axes : entretenir, conforter et protéger l’existant ; diversifier et enrichir l’offre en APN, mieux mettre en avant la pleine nature comme atout touristique majeur du territoire, renforcer les liens entre les acteurs ; permettre une économie durable des APN sur l’ensemble du territoire.




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 00:26 Derby : Notion obsolète ou rivalité bien réelle?

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85523 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40944 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 348