Corse Net Infos - Pure player corse

Déchets : Le plan du Syvadec pour éviter une nouvelle crise


Rédigé par le Mercredi 13 Avril 2016 à 22:35 | Modifié le Mercredi 13 Avril 2016 - 23:21


Le problème a été évoqué par tous les élus communautaires qui se sont exprimés, mardi, avant le vote du budget de la communauté des communes de Bastia. La gestion des déchets préoccupe, en effet, au plus haut les édiles de Bastia et sa région qui ne veulent plus revivre les moments engendrés par la dernière crise où les rues de Bastia et plusieurs communes ont été trop longtemps jonchées d'immondices. Et comme tout indique que nous sommes à la veille d'une nouvelle crise… Cependant pour François Tatti, président de la communauté d'agglomération de Bastia et du Syvadec la Corse peut faire face.


Les élus de la CAB ne veulent plus connaître une telle situation
Les élus de la CAB ne veulent plus connaître une telle situation
Pour lui il faut, avant toute chose, intensifier le tri. Le tri qui est devenu indispensable aujourd'hui peut seul à l'avenir permettre à la région d'absorber ses déchets.
On sait que la Collectivité de Corse travaille dans ce sens et que les premiers effets de la prise de conscience régionale ne devraient pas tarder.
Pour autant ce ne sont ces travaux qui au cours des premières semaines permettront à la Corse de faire face à la crise annoncée.
En effet, les capacités de stockage autorisées dans les 3 sites actuels ne permettent pas d'absorber toute la production.
Les pistes sont de trois types pour François Tatti.

La première consiste à réussir à ouvrir un 4eme site de stockage. On sait que celui de Tallone est autorisé mais le projet est bloqué par la loi littorale et qu'il y a un problème d'acceptabilité politique. On sait, aussi, que la conformité du projet de Giuncaggio n'est pas démontrée.
Aujourd'hui tout le monde travaille d'arrache pied mais sans aucune certitude sur ce 4me site.

L'autre solution qui ne ferait pas davantage l'unanimité consisterait à augmenter les capacités administratives de l'île. Il s'agit de la responsabilité des autorités de l'Etat. " Avec l'augmentation des capacités autorisées nous pourrions absorber une grande partie des déchets" précisait notamment le président du Syvadec.

Enfin si l'on y était contraints il y a, bien sûr, celle de l'exportation. Mais à raison de 280€ la tonne cela risque de faire cher. Et de surcroït il n'est pas évident que l'on accepte ailleurs les ordures ménagères que l'on ne veut plus chez nous…

"Il s'agit là des mesures que nous avons prévu  de mettre en œuvre au Syvadec. Une note va être adressée au président des communautés de communes membres du Syvadec et aux autorités compétentes pour mettre en débat notre proposition. Peut-être il y en aura t-il d'autres, et il faut le souhaiter, qui  viendront enrichir ce débat. Pour notre part c'est l'option que nous préconisons" soulignait François Tatti.
Il faut l'espérer la Corse en a un énorme besoin
 




Dans la même rubrique :
< >

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85600 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 41024 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 349