Corse Net Infos - Pure player corse

Corte : Toujours pas de déblocage des centres d'enfouissement ...


le Vendredi 25 Septembre 2015 à 00:06 | Modifié le Vendredi 25 Septembre 2015 - 01:13


"Je considère que nous avançons". C'est pourtant ce que François Tatti a exprimé, en off, après la longue journée de négociations de ce jeudi à Corte. Les représentants des collectifs de Viggianellu et de Prunelli, qui bloquent les centres d'enfouissements situés sur leurs communes, étaient présents, ainsi que de nombreux élus venus de toute l'île, répondant à l'invitation lancée par le président du Syvadec.


"Je considère que nous avançons" estimait à Corte François Tatti
"Je considère que nous avançons" estimait à Corte François Tatti
Et deux réunions ont eu lieu ce jeudi, l'une le matin de 10 à 14 heures et l'autre en début de  soirée , de 18 à 20 heures. Au sortir de cette seconde réunion, il a été annoncé que seuls les représentants des collectifs prendraient la parole publiquement. Pour l'instant une seule décision émerge : pas de déblocage des sites . Mais une rencontre est prévue avec le préfet ce vendredi matin à Ajaccio. 
Explications avec Pierre-Siméon de Buochberg, le maire de Prunelli di Fiumorbu  : " La situation du moment nécessite que le blocage soit maintenu. Évidemment nous avons travaillé toute la journée pour dégager des solutions à court et moyen termes pour la Corse. Cependant, pour la mise en place de ces solutions, nous souhaitons rencontrer l'Etat afin qu'il puisse valider administrativement la mise en place. "

- Qu'attendez vous de l'Etat ?
- Nous avons rédigé un précédent protocole dans le courant du mois de juillet, il contenait plusieurs conditions. La première des conditions, qui n'a pas été remplie, c'est l'ouverture du nouveau site de Tallone avec un amendement de la loi Littoral. Aujourd'hui la Ministre a reculé, et nous ne voulons pas nous retrouver dans la même situation où les élus prennent des décisions, demandent des solutions et l'Etat recule. A présent nous souhaitons nous entretenir avec le Préfet de région, et lui proposer ce qui a été décidé aujourd'hui par les élus. Nous voulons que ces décisions soient entendues, que l'Etat les valide pour que nous ne nous retrouvions pas dans un phénomène de blocage comme c'est le cas aujourd'hui.
L'avenir est dans les mains des politiques, l'effort a été reconnu, il faut que les décisions soient validées administrativement. On peut aller vers une sortie de crise très rapidement. "

- Quelles sont ces solutions ?
-Il y a différentes propositions, mais aujourd'hui je ne peux pas vous dire dans l'ordre quelles sont les propositions, tout simplement parce que ni le Syvadec, ni nous, ne sommes d'accord sur l'ordre des choses. Donc, nous allons essayer de remettre les choses dans l'ordre avec Francois Tatti calmement. Nous, aujourd'hui en tout cas, ce que l'on n'acceptera pas c'est de réouvrir et qu'aucune décision ne soit prise pour l'avenir. Donc il faut attendre que certaines choses soient validées.


Si l'on ne connaît pas encore la réelle teneur de ces discussions, ni surtout les points d'achoppement, les objectifs du Syvadec qui auraient été exprimés au cours de cette longue journée, seraient les suivants :
 - Concentrer les moyens financiers et humains, existants et exceptionnels, de la CTC et de l'État sur le tri sélectif, en privilégient les fermentiscibles. Et définir un calendrier de mise en œuvre avec des objectifs chiffrés sur chaque territoire, pour atteindre le plus rapidement possible l'objectif de réduction de moitié des tonnages enfouis en 2020 par rapport à 2014.
 -Faciliter et soutenir la réalisation d'un 4ième centre de stockage de déchets non dangereux dans les meilleurs délais, aux fins de traiter la partie des déchets excédant les autorisations des centres de Prunelli, de Viggianello et de Vico.
 -Évaluer dès à présent la faisabilité technique, administrative, politique et financière de l'export sur le continent des tonnages de déchets excédentaires qui n'auraient pu être réduits ou traités en Corse, afin d'être prêts à la mettre en œuvre dans le cas où les deux solutions privilégiées ne permettraient pas de respecter les engagements souhaités.
Et enfin, constituer un comité de suivi avec le SYVADEC, les collectifs locaux, les principales collectivités productrices de déchets, l'État, la CTC, et les associations des maires de Corse.

 L'ensemble de ces informations fait partie d'un document qui finalement n'a pas été adopté. Des modifications lui ont néanmoins été apportées lors de ces négociations, mais il s'agit donc des propositions et objectifs  du Syvadec et non des décisions prises au cours de cette réunion. Pour connaître la réalité d'application de ces mesures, mais surtout la décision finale, il faudra attendre la fin de la réunion qui aura lieu ce vendredi à 10 heures à Ajaccio avec le Préfet de Région.
Et en attendant les usagers sont invités à garder leurs déchets chez eux...
Une bonne occasion pour tester le compost en ville  ?




Dans la même rubrique :
< >

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85360 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40823 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 346