Corse Net Infos - Pure player corse

Corsica Libera et Sulidarità dénoncent la situation faite à Pierre Paoli


Rédigé par le Vendredi 24 Juillet 2015 à 01:35 | Modifié le Mardi 16 Février 2016 - 15:13


Corsica Libera et l’Associu Sulidarità tenaient conférence de presse jeudi matin à Ajaccio, afin de dénoncer le refus de libération conditionnelle dont est victime Pierre Paoli. Le secrétaire national du parti, mis en examen dans le cadre des nuits bleues de 2012, est en effet placé en détention provisoire depuis cinq mois alors qu’il n’existerait pas le moindre élément à charge contre lui, selon le mouvement politique


Corsica Libera et Sulidarità dénoncent la situation faite à Pierre Paoli
Voilà cinq mois que Pierre Paoli, militant nationaliste corse et secrétaire national de Corsica Libera, a été mis en examen et placé en détention provisoire dans le cadre d’une enquête portant sur les nuits bleues de 2012. Ce jeudi matin, Corsica Libera et l’Associu Sulidarità ont tenu une conférence de presse afin de dénoncer la situation connue par le militant nationaliste. En effet, ils déplorent que l’homme ait été mis en examen « en l’absence du moindre élément matériel, sur la base exclusive de « on dit » ». Pis encore, Jean-Guy Talamoni a tenu à rappeler que l’enquête n’avait permis d’apporter aucun élément contre le secrétaire national de Corsica Libera : « L’accusation n’a pas apporté le moindre élément à charge. Au contraire, la défense s’est attachée à démontrer l’aveuglement de l’accusation, à la lumière des faits et de la personnalité de Pierre Paoli ».
 
Il y a quelques jours, devant la vacuité des charges retenues contre Pierre Paoli, le magistrat instructeur de l’affaire avait cependant ordonné sa libération. Mais aussitôt le procureur de la République de Paris faisait appel de cette décision, qui devait être bientôt annulée par la cour d’appel. « Pierre Paoli est donc maintenu en détention provisoire contre l’avis du juge d’instruction, malgré l’absence de charges et la stérilité de l’instruction », souligne ainsi Jean-Guy Talamoni.
 
Une décision pour le moins surprenante, qui relève d’un acharnement politique pour le parti : « Comment expliquer qu’après une mise en liberté décidée par un juge du siège, celui qui instruit seul le dossier- et qui par conséquent est supposé en avoir la meilleure connaissance-, le Parquet ait décidé de s’opposer à cette mise en liberté ? », ajoute Jean-Guy Talamoni, avant d’avancer : « A la différence du juge d’instruction, juge du siège, le Parquet est en droit français hiérarchiquement soumis à la chancellerie, donc au gouvernement ».
 
Appelant à la mise en liberté immédiate de Pierre Paoli, le parti indépendantiste et l’Associu Sulidarità ont par ailleurs profité de la conférence de presse pour exiger une nouvelle le vote d’une loi d’amnistie conformément au vote de l’Assemblée de Corse.

Manon PERELLI




Dans la même rubrique :
< >

Lundi 5 Décembre 2016 - 23:37 I soldi corsi… C’est pour bientôt !

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85338 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40809 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 346