Corse Net Infos - Pure player corse

Corse-du-Sud : Le dispositif de lutte contre les feux de forêts en place


Rédigé par le Vendredi 19 Juillet 2013 à 00:27 | Modifié le Vendredi 19 Juillet 2013 - 02:30


Christophe Mirmand, préfet de Corse, préfet de la Corse-du-Sud, a présenté jeudi matin, sur le site de Campo dell'Oro à Ajaccio le dispositif opérationnel de lutte contre les incendies, en présence de Xavier Bonhomme procureur de la république, François Colonna, président du du SDIS et du colonel Pierre Salinesi son Directeur départemental. Des dispositifs terrestres et aériens qui rassemblent les moyens de l'Etat, militaires et de la Sécurité civile, ainsi que ceux de la réserve Territoriale, du conseil général de Corse-du-Sud, SDIS et Forestiers sapeurs. Ces moyens sont comparables à ceux qui avaient été mis en place l’année dernière, et qui ont déjà montré leur efficacité. L’année dernière 59,5 hectares avaient brûlé (93 feux) du 1er juillet au 30 septembre, contre 89,9 en 2011.


Photo Marilyne SANTI
Photo Marilyne SANTI
Le Service départemental d’incendie et de Secours (SDIS), est un dispositif interservices de 406 sapeurs-pompiers (dont la réserve territoriale), de services extérieurs nationaux : le CCASC (5 personnes du C.O.Z), l’UIISC (3 SIFF + 1SMI, soit 108 militaires) et le M.A.S (10 militaires). 
On y compte aussi les services extérieurs départementaux, dont font partie les Forestiers-Sapeurs (76 personnes) et l'ONF/DDTM (8 agents). Soit un potentiel maximum interservices de 610 personnes.
Deux canadairs sont basés sur Ajaccio, avec la possibilité d’un renforcement par un troisième appareil si cela s’avérait nécessaire.  Deux  trackers sont basés à Bastia depuis le 28 juin. Un hélicoptère bombardier d’eau, a été affrété par le Conseil général de la Corse-du-Sud et cette année un aéronef type Air tractor, habituellement utilisé pour l’épandage agricole, sera expérimenté.
Des moyens nationaux supplémentaires seront mobilisés en cas de besoins.
258 feux couvrant une superficie de 174 ha ont été recensés en 2012. Depuis le 1er janvier, 66 feux ont été actifs sur une superficie de 3,17 ha. 

Dispositifs de prévention

Photo Marilyne SANTI
Photo Marilyne SANTI
Les dispositifs de prévention et de lutte sont deux axes fondamentaux  contre les incendies. Ils nécessitent un partenariat efficace entre tous les acteurs. Leur action est coordonnée au travers l’ordre d’opération départemental.
La prévention, c’est l’anticipation des évènements, des outils et des structures nécessaires. Une veille et une alerte permanente, basées sur l’occupation terrestre et aérienne de l’espace opérationnel, permettent une surveillance dissuasive, une détection précoce des départs de feux. 
Les capacités de lutte pré-positionnées sur le terrain sont intégrées à la surveillance et peuvent ainsi intervenir très rapidement. Une action immédiate sur des feux naissants, rassemblant les moyens terrestres et aériens, limitera au maximum le risque de développement des grands incendies.
Ce dispositif préventif est conditionné par une analyse des risques et des menaces comme les indicateurs météorologiques (température, vitesse du vent, humidité…), ceux de sécheresse du végétal et la pression incendiaire.

Une participation de l’Etat sur tous les aspects de la lutte contre les incendies

Photos Marilyne SANTI
L’expertise : assurer une réactivité en fonction des dangers évalués par rapport aux données météorologiques (état de la végétation, pression incendiaire), renforcer le commandement, pour améliorer l’organisation et la gestion opérationnelle, éditer des cartes de vigilance pour une analyse du risque journalier (relevés de l’ état de végétation..), apporter un soutien technique et opérationnel.
 
La prévention : guet aérien et terrestre, prise en compte des Zones d’Appui à la Lutte, et autres ouvrages DFCI (Pistes..), dans la stratégie de lutte contre les feux de forêts; Une collaboration étroite avec les Forestiers Sapeurs et les Unités militaires dans le maillage du dispositif préventif; la présence sur le terrain, par des patrouilles et des contrôles rigoureux (gendarmerie, police nationale, DDTM, ONF... )
 
La réponse opérationnelle : attaque rapide des feux naissants par le pré-positionnement des moyens de lutte et l’engagement précoce des moyens aériens ; l’armement d’une équipe de pionniers pour lutter contre les feux de forêts dans les milieux inaccessibles ; le renforcement des effectifs en CIS (volontaires) pour réagir rapidement ; la constitution H/24 des 2 groupes feux de forêts de la Réserve territoriale.
 
La cellule pyroscope : ce dispositif spécialisé d’observation et de collecte des données en temps réel, a été mis en  place en 1999. Elle est composée d’agents DDTM et ONF, et est intégrée à l’ordre d’opération départemental des feux de forêts. Son rôle est d’analyser à posteriori des sinistres, afin de valider/modifier les choix techniques relatifs à la préparation du terrain, à la lutte (ZAL) ou aux aménagements de protection passive (débroussaillement légal, autoprotection des peuplements, zone de confinement…) et de permettre une localisation précise du point d’éclosion ainsi qu' une cartographie sommaire du contour du feu.
 
La cellule technique d’investigation sur les incendies de forêt (CTIIF) : cette cellule pluridisciplinaire (gendarmes, pompiers et forestiers ) est réquisitionnée lorsque des doutes sur l ’origine du feu apparaissaient, ou qu’aucun élément ne permet de trancher pour l ’une ou l’ autre des causes de feux possibles. Elle a été réquisitionnée 7 fois entre le 19 juin et le 2 septembre 2012, enquêtant sur 9 feux (9 ,5% des feux de la saison). Elle est constituée des personnels formés à la recherche des origines des incendies, et est activée par le procureur.



A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85278 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40791 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 345