Corse Net Infos - Pure player corse

Conseil municipal d’Ajaccio : On prend les mêmes… Et on prend la porte


le Mardi 25 Février 2014 à 17:54 | Modifié le Mercredi 26 Février 2014 - 00:46


Décidément, il ne se passe pas une séance du Conseil municipal sans accrochage. Pour cette avant dernière réunion des élus avant les élections, nous avons eu droit à un échange véhément entre l’opposition et la majorité. Rien de bien méchant certes, mais de quoi alimenter une polémique qui n’a pas lieu d’être. Mais, la politique c’est aussi cela…


Conseil municipal d’Ajaccio :  On prend les mêmes… Et on prend la porte
Les conseillers municipaux travaillent généralement pour aller de l’avant, faire avancer les choses et améliorer le quotidien des habitants. Majorité et opposition oeuvrent pour la même cause et sont parfois d’accord comme on a pu le constater à travers les séances. Même si de temps à autres quelques escarmouces viennent « perturber » le bon déroulement de la séance. Mais cela aussi est supportable et fait partie du quotidien d’un conseil municipal. Un peu d’animation n’a jamais fait de mal à personne. 
Pourtant ces échanges aigres-doux ont de nouveau perturbé la séance du conseil municipal, alors même qu’on abordait les derniers dossiers de la mandature en place. L’avant-dernière séance.

Règlement de compte et manipulation politique…
Alors que Paul-Antoine Luciani donnait lecture de son rapport sur l’annulation de la délibération relative à une voie de liaison devant relier la résidence Mont Thabor au Stiletto, Stéphane Sbraggia est intervenu pour souligner les « conditions difficiles ne permettant pas aux représentants de l’opposition de travailler en toute sérénité. Surtout dans un contexte de campagne électorale » a lancé le conseiller, estimant « ces séances à la publicité trop souvent inexacte de vos actions accomplies dans le plus grand désordre et en toute déconsidération de l’intérêt communal : convocation de conseils municipaux à la hâte, ordres du jour modifiés, séances reportées, transmission tardive de documents à caractère incomplet. »
Le conseiller de l’opposition a parlé de « braderie hivernale » faisant allusion à ce dossier de liaison des quartiers de la résidence Mont Thabor au Stiletto que la municipalité a annulé à la suite d’une intervention de l’association de défense du quartier. La municipalité avait précisé : « être attentive aux attentes de la population. Le projet est donc arrêté jusqu’au jour où peut-être, la grande majorité des habitants évaluera l’intérêt d’une voie permettant d’accéder au Stiletto sans avoir à effectuer un grand détour… » Stéphane Sbraggia a rappelé que ce sujet a fait l’objet de trois délibérations en deux mois : « Ce rapport, transmis comme d’habitude de manière tardive, est retiré de l’ordre du jour. Vous réglez vos comptes avec les habitants du quartier en sous-entendant une manipulation politique. Ne rougissez pas de votre capacité à la manipulation. Quelle est la vérité sur ce dossier ? Nous passerons sur les délibérations relatives aux emplois budgétaires aux allures clientélistes, sur la précipitation à délivrer des baux, sur les délibérations de principe et la ritournelle des poses de première pierre et de feu d’artifice des travaux de dernière minute. Ces méthodes d’un autre temps fragilisent la nécessaire sérénité qui doit gouverner aux affaires de la ville ? »

Les mots pour le dire…
Il va sans dire que ces quelques réflexions ont jeté un froid au sein de  l’assemblée communale avec notamment une intervention de Paul di Giacomi qui a rappelé « qu’il était impossible de passer des marchés dans la précipitation car ce qui a été fait actuellement fait partie d’une programmation. Il ne s’agit certainement pas de travaux d’avant élection. Vous avez passé votre temps à critiquer et à partir de la séance… » François Casasoprana a rappelé « qu’il ne fallait pas confondre les orientations politiques avec les dispositifs techniques. Vous évoquez le thème de la moralité alors même que le travail du conseil municipal c’est de travailler… »
Paul-Antoine Luciani s’est étonné des propos tenus par le conseiller de l’opposition : « Vous ne les mesurez pas, j’enregistre la violence avec laquelle vous critiquez le conseil municipal. Votre vocabulaire est indigne d’une assemblée d’élus. Vous tenez un langage d’extrême droite ! »
Les deux élus de l’opposition, Stéphane Sbraggia et Jean-Jacques Ferrara ont aussitôt quitté la salle avec ce commentaire de Simon Renucci : « Ils ne sont pas seuls responsables… » 
J. F.


Plan local pour l’insertion et l’emploi : 612 800 euros pour 2014

Il s’agit d’un service municipal qui favorise la participation au développement des actions existantes en faveur de l’insertion afin d’impulser la mise en place de nouveaux outils et pratiques innovantes, mais aussi de mobiliser l’ensemble des acteurs concernés par l’insertion sociale et professionnelle et de s’engager sur des objectifs quantitatifs et qualificatifs suivis et évalués en permanence. Ceci dans le but d’insérer ou réinsérer durablement dans le circuit de l’emploi des populations qui en sont exclues ou n’y ont jamais accédé.

Ce projet s’articule autour de trois axes stratégiques :

1. Gérer les parcours d’insertion avec les référents, à savoir la Mission Locale (jeunes)  Cap Emploi (handicapés), le GEIQ (tout public), ID Formation-ID Entreprise (tout public) et Chambre de métiers (tout public)

2. Développer l’offre

3. Associer les acteurs économiques

En 2013, les résultats ont été satisfaisants avec 269 bénéficiaires en accueil et 100 sorties en emploi. 

Pour gérer les parcours d’insertion : action de formations complémentaires (3 bénéficiaires) action permis solidaires (6 bénéficiaires), action « qui fait quoi » avec la Maison de l’Emploi et action « ateliers de communication) avec l’association « la Récrée.

 

Un manager pour le centre-ville

Il s’agit en effet de relancer la fréquentation des commerces du centre ville tout en participant à la

mise en œuvre d’un plan de développement et de dynamisation.

En juin 2013, il a été créé l’Association « Associu Cummerciu è Sviluppu inAiacciu » avec une gouvernance partagée entre la Ville d’Ajaccio et la Chambre de Commerce et d’Industrie de la Corse-du-Sud.

En Septembre de la même année, il a été recruté un « Manager Centre Ville » avec pourmissions d’effectuer l’interface entre les commerçants, l’Association et lesÉlus, promouvoir et valoriser le commerce du territoire. L’Association s’est également dotée d’un comitéde pilotage en charge de l’élaboration d’un plan stratégique et d’un plan annuel d’actions

La Ville d’Ajaccio et la CCI 2A entendent, grâce à cette organisation novatrice, redynamiser le centre-ville et le commerce de proximité qui constituent une part importante de son identité.

Le PLIE poursuit ainsi son activité en renforce son cœur de métier avec un financement de 612 803 euros pour 2014assuré par la commune essentiellement, avec mobilisation de crédits CTC. et d’Etat (politique de la ville). 

 

 

D’autres dossiers ont été présentés et votés

O, citera la  passation d’un bail à un jeune agriculteur sur le site de Saint Antoine, le classement de voies et réseaux, classement dans le domaine public d’une voie desservant le lotissement de la Confina II, mise à disposition de matériel (pont) pour la Confina II, l'extension de la rocade rond-point d’Alata-Vittulo, projet urbain du centre ville, la transformation d’emplois budgétaires, voyages scolaires, achat de véhicules, convention de développement culturel Mairie-CTC, la  semaine Napoléonienne et le projet de restructuration du musée de l’hôtel de ville. Dossiers adoptés. 

J.F.

 





Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 15:57 Appietu a fêté la Sant’Andria

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85481 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40915 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 347