Corse Net Infos - Pure player corse

Communauté des communes de la vallée du Golu : La mise au point des élus


Rédigé par le Jeudi 4 Décembre 2014 à 18:55 | Modifié le Jeudi 4 Décembre 2014 - 20:04


Jean-Baptiste Tafanelli, président de la communauté des communes de la vallée du Golu, entouré de plusieurs membres du bureau du conseil communautaire, a tenu une conférence de presse pour faire le point sur les soubresauts qui ont affecté la communauté au cours des derniers jours.


Communauté des communes de la vallée du Golu : La mise au point des élus
"La création et la définition du périmètre de la communauté de communes de la Vallée du Golo ont résulté d’une volonté et d’une décision de l’État qui s’est imposée à tous, selon les arrêtés préfectoraux des 21 et 28 octobre 2013 pour une application au 1er janvier 2014" a expliqué d'emblée Jean-Baptiste Tafanelli,
"La représentation des communes au sein du Conseil Communautaire, proportionnelle à la population" est l'un des principes établi par les règles de composition de l'organe délibérant d'un établissement public de coopération intercommunale a encore rappelé le président de la communauté des communes de la vallée du Golu.

"Si ce principe peut paraître à tout un chacun pertinent et garant de la représentativité de chaque commune, il est, semble t-il, parmi nous des élus qui demeurent historiquement et viscéralement opposés à cette notion" a-t-il ajouté à l'attention des maires qui ont décidé de se retirer de la communauté.
Pour preuve, la CCVG a été l'une des dernières intercommunalités à voir le jour tant les règles de représentation et de gouvernance étaient inacceptables voire inenvisageables pour certains élus. D'ailleurs, c'est contraints par les services de l’État que nous avons finalement réussi à constituer la CCVG en janvier 2014.
Aujourd'hui rien n'a changé, ces mêmes élus n'écoutant que leur rancœur de n'avoir pas accédé à l'exercice d'un pouvoir plein et entier, tentent de jeter le discrédit sur notre action"
a expliqué Jean-Baptiste Tafanelli

"Des règles et des lois qu'i s'imposent à tous "
"Il n'en reste pas moins qu'il y a des règles et des lois qui s'imposent à tous, que l'assemblée délibérante a été élue selon celles-ci, et qu'en ma qualité de président j'entends faire respecter ces règles et ces lois"  a affirmé, déterminé, Jean-Baptiste Tafanelli. 
"J'ajoute que les services de l’État exercent un contrôle sans faille sur l'ensemble des actes de la CCVG, et qu'à ce titre les accusations d'illégalité formulées par ces élus sont la preuve soit d'un réel niveau d'incompétence soit d'une volonté délibérée de porter atteinte au fonctionnement de la CCVG. Dans les deux cas je ne peux que déplorer un tel comportement, et surtout un tel niveau d'irresponsabilité, vis-à-vis de l'engagement pris auprès des populations de ces communes, qui aujourd'hui ne sont plus représentées au sein de notre intercommunalité."

"Je l'ai dit, je suis le président de l'ensemble des administrés du territoire intercommunal, à ce titre et au regard de la mission qui m'a été confiée, je m'engage plus que jamais sur le terrain de la concertation et de l'écoute.
Le sort de ces communes dépourvues de représentants, fera donc l'objet de la plus grande attention de ma part dans l'élaboration de l'ensemble des projets initiés sur le territoire, ainsi que dans la mise en œuvre des politiques publiques appliquées sur l'ensemble des communes qui composent la CCVG."

 

Après quoi le président de la CCVG a repris un par un les griefs formulés par les maires, "dont le seul objectif est de jeter le discrédit sur l’action des élus au service de la communauté, et le résultat de dresser les unes contre les autres les populations des différentes communes qui composent la CCVG" qui ont décidé de quitter la communauté des communes il y a quelques jours : gouvernance, démission des délégués communautaires maires de 6 communes, fiscalité, redevance d'enlèvement des ordures ménagères, mise en place du tri sélectif et convocations au conseil communautaire.

"Pour conclure, nous ne pouvons que regretter et déplorer que s’appuyant sur des critiques infondées et parfois
mensongères, des collègues maires adoptent de telles postures contestataires et protestataires, rarement constructives, au lieu de s’atteler avec nous à la tâche au service de l’intérêt communautaire, tant en commission qu’en assemblée plénière.
C’est précisément ce à quoi nous les invitons à nouveau en espérant que notre message aussi sera entendu.
Quant à notre collègue de Bisinchi ,qui au terme d’un scénario bien huilé a finalement quitté notre Communauté de communes, nous aurions apprécié qu’il eût l’élégance, après avoir fait à sa demande toutes facilités au retrait de sa commune, de ne pas alimenter davantage une situation conflictuelle qui lui doit beaucoup et de s’abstenir de nous traiter, pour finir, d’autocrates. Sans doute s’exprimait-il là en connaissance de cause !"

Les explications en vidéo de Jean-Baptiste Tafanelli, président de la CCVG, et Antoine Orsini, président de la commission des finances devant les caméras de Forza communication





A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85256 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40786 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 345