Corse Net Infos - Pure player corse

Commémoration de la mort de Napoléon à Ajaccio


Rédigé par le Mardi 6 Mai 2014 à 00:17 | Modifié le Mardi 6 Mai 2014 - 00:41


Le 5 mai 1821, l’Empereur Napoléon 1er décédait à Longwood, sur l’Ile de Saint-Hélène, au milieu de l’océan Atlantique. Une messe commémorative s’est déroulée à la cathédrale d’Ajaccio lundi en fin d’après midi, en présence des membres du Comité central bonapartiste et d’André Villanova son président, de Solange Desanti, présidente régionale du Souvenir Napoléonien, de Laurent Marcangeli député-maire de la ville accompagné de Jean-Pierre Aresu adjoint au maire en charge du patrimoine napoléonien, des membres du conseil municipal et des associations.


Commémoration de la mort de Napoléon à Ajaccio
Précédé par la garde napoléonienne, le cortège a pris ensuite la direction de la maison Bonaparte, afin de se rendre en face, sur la petite place dédiée au Roi de Rome et d’y déposer les gerbes.
Ce buste en bronze de l’héritier de Napoléon, que l'on doit sculpteur marseillais Jean-Elie Vezien, a été installé lors du centenaire de la mort de Letizia en 1936.
Une commémoration lourde de sens autour d’un décès non vraiment encore élucidé à ce jour.
A 51 ans, après de violents maux d’estomac qui le faisaient souffrir et agoniser depuis plus de huit semaines, Napoléon meurt. Le lendemain, le 6 mai 1821, Francesco Antommarchi, chirurgien corse, légiste expérimenté, et médecin traitant de Napoléon depuis près de deux ans procède à une autopsie à sa demande, afin que son fils, le roi de Rome, soit averti si une tumeur héréditaire était décelée.

Plusieurs autopsies concordantes

Le médecin légiste relèvera de nombreuses anomalies au niveau gastrique, parlant même « d’ulcère cancéreux fort étendu avec perforation ». Cinq autres médecins anglais, auront des conclusions concordantes à quelques nuances près avec celui d'Antommarchi. Pourtant, aujourd’hui encore, bien que la thèse de l’empoisonnement à l’arsenic soit écartée, des doutes persistent quant aux raisons du décès de Napoléon.
Alain Goldcher, auteur de Napoléon Ier, l'ultime autopsie (éditions SPM, 2012) écrira : "Ce qui l'a tué, c'est une anémie due à des saignements répétés, dont la cause est un ulcère de l'estomac, probablement dû à un syndrome dépressif et à une infection ancienne à Helicobacter pylori".

Un grand homme reconnu même par ses énemis

Napoléon n’avait aucune peur de la mort. Vivant pour l’honneur et la gloire il disait même que : « la mort n’est rien, mais vivre vaincu et sans gloire, c’est mourir tous les jours. »
Le lendemain, le gouverneur de l'île, sir Hudson Lowe, vint visiter la dépouille et constater le décès de Napoleon. En repartant, il déclara son admiration à ce grand homme : « Hé bien, Messieurs, c'était le plus grand ennemi de l'Angleterre et le mien aussi ; mais je lui pardonne tout. À la mort d'un si grand homme, on ne doit éprouver qu'une profonde douleur et de profonds regrets. »

Photos R.Scholler

santi.corsenetinfos@gmail.com





Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 13:23 Ajaccio : Un semi-remorque se couche au rond-point !

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85409 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40854 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 346