Corse Net Infos - Pure player corse

Comémoration du Sacre de Napoléon à Ajaccio


Rédigé par le Mercredi 4 Décembre 2013 à 21:46 | Modifié le Jeudi 5 Décembre 2013 - 00:43


Lundi a eu lieu en la Cathédrale d’Ajaccio la messe anniversaire du Sacre de Napoléon, suivie d’un dépôt de gerbe place Fosch au pied de la statue de Napoléon. La flamme du souvenir à été ravivée au même endroit. En présence de Simon Renucci maire d’Ajaccio, Jean-François Colonna d’Istria et Raphaël Lahlou, anciens délégués régionaux du Souvenir Napoléonien, entouraient Solange Desanti, présidente régionale du Souvenir Napoléonien. Dans son discours, entre émotion et histoire, elle nous a rappelée un grand moment de l'épopée napoléonienne.


Photo Marilyne SANTI
Photo Marilyne SANTI
Napoléon Bonaparte, fut proclamé Empereur des Français par le Sénat le 18 mars 1804, et finalement sacré avec Joséphine, le 2 décembre 1804, en présence du Pape Pie VII, à Notre-Dame de Paris… Mais, depuis le 16 mai 1803, le roi George III d’Angleterre à nouveau en guerre contre la France, mobilise son argent, ses vaisseaux et coalise l’Europe. Napoléon le sait. Il regarde l’Angleterre, depuis Boulogne et l’ensemble des côtes de l’Atlantique : il a formé un camp militaire et une flottille immense.
Observant silencieusement, méthodiquement, les manœuvres et les coups sur l’échiquier diplomatique. Il ne livre aucune de ses intentions. Napoléon, devenu Empereur et garant de la République française, protecteur d’une large partie de l’Europe et Médiateur de la Suisse, mobilise en silence.
Renonçant à frapper directement l’Angleterre, il veut la vaincre sur le continent, soit que la Grande-Bretagne agisse directement avec ses armées, soit qu’elle le fasse par d’autres monarchies ou empires interposés. Pour frapper d’une manière foudroyante la coalition qui s’est formée contre lui, Napoléon a 300 000 hommes. L’essentiel est formé par la Grande Armée, avec ses 200 000 soldats, commandés par des officiers jeunes, portés par un véritable esprit national, les soldats français, forment le corps d’infanterie, ils vont déferler dès le 28 août 1805, en « sept torrents, vers le Rhin » qui sera franchi le 25 septembre. Les cavaliers, composent quant à eux le huitième torrent. L’Empereur commande personnellement, directement, sa Grande Armée.
L’Armée autrichienne, avec près de 200 000 hommes, a passé l’Inn. Deux armées russes nous menacent aussi, ainsi que des corps anglais et russes, Le 20 octobre, Napoléon obtient la capitulation d’Ulm. Face aux 200 000 Français de la Grande Armée, les alliés coalisés, qui comptent désormais sur l’apport des Prussiens, peuvent aligner 400 000 soldats. Napoléon arrive en Moravie, à Brünn, le 20 novembre.
Il n’est pas possible, ce soir, Mesdames et Messieurs, de rappeler les reconnaissances, les préparatifs et les manœuvres faites par Napoléon et son Etat-major pour piéger complètement l’ennemi, le faire monter vers l’appât : le plateau de Pratzen.
Napoléon lancera le gros de ses forces contre le flanc droit et l’arrière ennemi, et Davout, brisera leur flanc gauche…, l’ennemi sera alors écrasé…
La nuit Napoléon 1er regagne son bivouac : un grenadier, tordant une brassée de paille, lui éclaire le chemin. Et le geste, répété par les hommes provoque une illumination générale sur ses pas : c’est aux cris enthousiastes de : "Vive l’Empereur", qu’arrêté à chaque pas, Napoléon éclairé par des brandons improvisés, salue et parle à chaque homme avec douceur. Cet enthousiasme général trompe les Russes, convaincus que les Français brûlent leurs bivouacs et masquent leur fuite. Le 2 décembre, Napoléon leur démontrera qu’ils se trompent. Pendant de longues heures les armées s’opposeront, mais c’est bien l’armée française au 2 décembre, Napoléon, confiant qui fera du soleil d’Austerlitz un souvenir pour l’Histoire.
Le 2 décembre, journée du Sacre, journée d’Austerlitz, est aussi à l’origine du Second Empire.
Louis-Napoléon Bonaparte a dû recourir, dans la nuit du 1er pour assurer son pouvoir à la tête de la République française, et deviendra, sans sacre, Napoléon III, porté comme l’écrit un Corse de l’époque, « vers l’Empire par un mouvement électrique » de la Nation, le 2 décembre 1852… A Austerlitz, comme pour les autres 2 décembre impériaux, les Corses furent présents en nombre : ils furent, avec nombre de Français, des acteurs de l’épopée…
Journée mémorable de deux Empires, le 2 décembre est une date que nous ne pouvons pas, en Corse comme ailleurs, oublier… au 2 décembre 1851, à un coup d’Etat





Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 00:26 Derby : Notion obsolète ou rivalité bien réelle?

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85487 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40919 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 347