Corse Net Infos - Pure player corse

Collectivité Unique : Piqué au vif, Pierre-Jean Luciani entend rétablir les équilibres…


Rédigé par José FANCHI le Jeudi 22 Juin 2017 à 19:09 | Modifié le Jeudi 22 Juin 2017 - 19:43


Il y a quelques jours, les réunions relatives à la préparation de la future collectivité unique se sont tenues à Corte, mais il manquait un tiers des membres, à savoir les représentants du Département de la Corse-du-Sud. Cela a fait polémique et chacun s’est exprimé. Sauf Pierre-Jean Luciani, le président du Conseil Départemental de la Corse-du-Sud. Jeudi il tenait conférence et a fait le point. Explications


Collectivité Unique : Piqué au vif, Pierre-Jean Luciani entend rétablir les équilibres…
Bien que n’étant pas du tout opposé à la nouvelle collectivité unique, Pierre-Jean Luciani avait demandé aux fonctionnaires de ne plus participer aux réunions préparatoires pour une seule et unique raison : Il pensait qu’au vu des proportions que ces réunions prenaient, que sa mise en place pourrait être trop dirigée et  trop orientée par Jean-Louis Santoni, chargé de cette fusion auprès de la collectivité territoriale. Il s’en est d’ailleurs expliqué d’entrée :


Chaque chose à sa place…
« Monsieur Santoni n'est pas le nouveau chef de service du département de la Corse-du-Sud. Jusqu'à maintenant, c'est moi qui dirige le Conseil départemental. On va rétablir les équilibres. S'il n'est pas content, il change d'auberge ! »
 Le ton est sérieux et le président du Département de la Corse-du-Sud persiste et signe. Il demeure plus que jamais dans son rôle de président et ne fait aucune allusion à de quelconques joutes politiques. Il a été clair sur ce point : « Dans mes propos, je ne fais aucune allusion ni à l’élection législative ni aux prochaines élections territoriales. Ce dossier n’a rien à voir avec la politique que nous ferons lorsque nous serons véritablement en campagne. Aujourd’hui, je suis toujours dans mon rôle de président du conseil Départemental de la Corse du SudJe défends non seulement mes agents, mais tous les agents, c'est-à-dire 4500 personnes qui sont concernées. »


A chi ni pighja…
Le ton de la conférence est donné. Et Pierre-Jean Luciani de jeter un premier pavé dans la mare :
« Les crapauds coassent, les corbeaux croassent et certains média jacassent ! C’est pour mieux situer ce qui s’est passé cette semaine. En clair, je n’ai rien dit. Tout ce remue-ménage n’a profité à personne et l’on m’a jeté en pâture. Je me demande encore pourquoi. Sans doute parce que j’avais dis que mes agents et mes cadres n’iraient plus à ces réunions. La vérité ? Je n’ai jamais été contre la collectivité unique. Il y a une loi, cela fait plus d’un an que l’on travaille pour que la collectivité unique réussisse. Pourquoi voulez-vous que j’arrête subitement la marche en avant ?  Ce n’est pas une raison politique, je vous rassure. La raison ? Il y a le comité des présidents, nous sommes quatre comme chacun sait, et au dessous de nous, il y a le secrétariat permanent formé par les trois DGS des collectivités  qui doivent se réunir pour établir le planning des réunions.
Aujourd’hui, cette commission permanente ne se réunit plus. La représentante de la Haute-Corse n’étant pas disponible, celui du Département de la Corse-du-Sud n’est pas convoqué régulièrement, le seul qui dirige ces réunions c’est M. Jean-Louis Santoni. La personne avec laquelle j’ai discuté et décidé dans la foulée de ne plus envoyer mes cadres…Pour la simple raison que MM. Santoni et Polifroni dirigent tous les travaux, mais aussi et surtout se permettent de faire des réflexions. Tout cela parce que nous avons semble-t-il changé de méthode, à savoir que ce sont ces deux messieurs qui se permettent de tout diriger en lieu et place des autres cadres. J’ai donc prévenu M. Santoni que cette comédie à assez duré, qu’il fallait y mettre un terme. Est-ce que ce monsieur a répété mes propos à MM. Talamoni et Simeoni ? Je ne sais, en tout cas il continue de s’exprimer sur les ondes avec des propos qui sont des contre-vérités
. »


Et le président du Conseil Départemental de rappeler les propos tenus :
  • Si aucun changement n’intervient, la situation pourrait se dégrader  et engendre de sérieux problèmes pour janvier 2018
  • Si des données ne sont pas harmonisées, les agents de Corse du Sud pourraient rencontrer des problèmes au niveau de leur salaire, de leur mutuelle, des tickets restaurant
Et d’ajouter aussitôt : « Tout cela est faux, archi faux ! Tout a été fait à ce niveau et sera harmonisé. On ne peut pas faire croire aux gens que cela ne fonctionne pas. C’est M. Armani, notre DGS, qui préside cette AMO pour mettre tout cela en place. »
 

Retour aux fondamentaux ?
Cette mini-crise, si on peut l’appeler ainsi, semble à présent terminée. Pour preuve, Pierre-Jean Luciani va retourner auprès des autres présidents poursuivre le cycle des réunions de préparation à l’assemblée unique : 
 « J’ai fait le serment d’y aller, je continuerai d’y aller. Je vais d’ailleurs les appeler mais je précise une chose en passant, il vaut mieux ne pas me marcher sur les pieds ! Cet après-midi ou ce soir, s’ils veulent me rencontrer, je serai au rendez-vous. On discutera des moyens et de la façon dont on a nous, à donner des directives à nos cadres et agents, afin qu’ils continuent à assister aux réunions. Je m’y engage. Mais nous allons revoir le mode de fonctionnement de tout cela et surtout de la commission permanente. »

Gilles Simeoni soutient les deux fonctionnaires

Le Président du Conseil Départemental de Corse-du-Sud est un élu expérimenté et est lui-même, comme il le souligne souvent, un ancien syndicaliste. Il ne pouvait donc pas ignorer le caractère déplacé et blessant de ses propos et la légitime émotion qu’ils allaient susciter, aussi bien auprès des deux fonctionnaires concernés que de l’ensemble de leurs collègues des trois collectivités.


La situation regrettable ainsi créée me contraint donc à la présente mise au point, effectuée en ma qualité de chef des personnels de la Collectivité Territoriale de Corse. Je souligne à ce titre le caractère inacceptable de ce procédé, tant sur la forme que sur le fond, et je réaffirme publiquement aux deux personnes mises en cause, lesquelles sont placées sous mon autorité hiérarchique et fonctionnelle, mon soutien et ma totale confiance.


Le Président du Conseil Départemental de Corse-du-Sud ayant, par sa mise en cause publique à leur égard, créé une situation de tension et de crispation, il lui appartient de prendre les initiatives susceptibles de rétablir la confiance et l’apaisement. Je forme pour ma part le vœu que le travail engagé depuis plusieurs mois entre les élus, fonctionnaires et agents des trois collectivités appelées à fusionner reprenne et se poursuive normalement : c’est dans l’intérêt des agents. C’est aussi l’intérêt de la Corse et des Corses, au service desquels sera placée la Collectivité de Corse à naître le 1er janvier 2018.

Gilles Simeoni
Presidente di u Cunsigliu Esecutivu di Corsica"




Dans la même rubrique :
< >

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie


Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 89509 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 46744 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Charles Monti | 05/03/2017 | 39318 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 417