Corse Net Infos - Pure player corse

Citadelle d’Ajaccio : Le protocole Etat-mairie signé, la reconversion patrimoniale est en marche…


le Vendredi 17 Avril 2015 à 18:54 | Modifié le Vendredi 17 Avril 2015 - 19:10


Les Salons Napoléoniens avaient une toute autre allure vendredi. Et le député-maire d’Ajaccio un ton qui fleurait bon la satisfaction de voir le vieux projet prendre forme. Moment clé du projet pour la ville et mise en valeur du patrimoine historique et culturel, ce protocole tant attendu a pris forme hier entre le député-maire, le préfet de Région et le Chef de la Mission pour la réalisation des actifs immobiliers des, rattachée à la direction de la mémoire, du patrimoine et archives du Ministère de la Défense. Un 17 avril historique en quelque sorte


Citadelle d’Ajaccio : Le protocole Etat-mairie signé, la reconversion patrimoniale est en marche…
C’est en effet une étape non négligeable qui s’est jouée hier à la mairie d’Ajaccio dont le premier magistrat a aussitôt mis l’accent sur la prudence et la patience. Une première étape qui a nécessité un long travail mais qui permet à la nouvelle municipalité de pouvoir se réjouir pleinement de l’avancée obtenue.
Laurent Marcangeli a été ferme sur ce point spécifique : « Nous avons démontré que lorsqu’on travaille avec sérieux et application, même les situations complexes peuvent être réalisables. La Citadelle d’Ajaccio, on en parle depuis longtemps, très longtemps. Combien de projets, combien de rêves et d’utopies ? Mais peu d’avancées si l’on s’en réfère à la réalité et à ce qui s’est réellement passé… »
La citadelle était en effet une emprise militaire et était occupée par l’armée. Bon nombre d’Ajacciens y ont effectué leur service militaire, d’autres ont pratiqué longtemps des activités physiques, notamment les élèves du Collège Forcioli-Conti dans les années soixante, sans parler des fossés, utilisés pour diverses manifestations sportives et culturelles, sans oublier le centre de formation professionnelle d’Ajaccio. En fait, dans l’ensemble, la citadelle et sa caserne Miollis sont restées régulièrement fermées au public.
 
Reprise du dossier et marche en avant…
Le jour où l’armée a commencé à prendre du recul, on a commencé à se poser la question de savoir quel serait l’avenir de ces importantes installations du centre historique de la ville.  
Depuis le mois d’avril 2014, la nouvelle mandature a commencé à travailler sur ce dossier avec les services de l’Etat notamment, afin d’établir un calendrier et ouvrir la porte à une acquisition par la mairie d’Ajaccio de cette parcelle que représente la citadelle.
Le député-maire précise : « Nous avons travaillé avec les services de l’Etat à une méthode qui aujourd’hui nous conduit vers la signature d’une convention qui porte sur un calendrier et sur des règles bien spécifiques, à savoir : respect du patrimoine architectural et historique du site, ouverture des possibilités sur les projets. Ce sont d’ailleurs les facettes de ce projet qui fixeront le montant de la transaction. Il n’est pas question aujourd’hui de faire état d’un montant. Un calendrier est donc en place et nous ferons en sorte de le respecter car en 2017, si rien n’a été fait, cette convention deviendra caduque. Nous avons ainsi prévu de faire beaucoup de choses à ce niveau. Une fois les études avancées par les services de la direction régionales des Affaires Culturelles et en étroite collaboration avec les autres services, nous disposerons d’un diagnostic réel des lieux. Cela permettra de savoir ce qui est faisable et ce qui ne l’est pas. Nous serons particulièrement transparents pour lancer un dialogue compétitif, à savoir la constitution d’un jury, un appel à candidature et une sélection pour pouvoir établir un dossier complet et qui soit respectueux des lieux… »
 
Un projet ambitieux pour la ville
La citadelle ne sera plus un lieu fermé à la ville, bien au contraire et le projet est ambitieux si l’on en croit le maire de la ville qui a précisé notamment que le projet sera en parfaite adéquation avec ce que la municipalité entend réaliser. Une signature historique qui met en valeur le travail de la nouvelle équipe municipale qui n’avait jamais été aussi loin dans la réalisation de ce projet.
Sur ce point bien précis, Laurent Marcangeli a d’ailleurs rassuré l’ensemble de son équipe, les partenaires et les personnalités présentes : « Il faut savoir garder la tête froide et il reste beaucoup de choses à faire. Je tiens d’ailleurs à remercier celles et ceux qui ont participé à ce travail qui n’a pas été une sinécure, bien au contraire. Les services de la ville ont apporté leur compétences à ce long travail, notamment M. Joseph Matraja qui a respecté scrupuleusement toutes les consignes. C’est un projet très ambitieux pour notre ville, mais je vous le rappelle, il faudra continuer à travailler sur ce dossier et à ce niveau, j’en suis persuadé, tout sera fait dans les meilleures conditions. Aujourd’hui, je suis un maire particulièrement heureux et fier de cette avancée. »
 
Un enjeu de grande importance pour la ville
Christophe Mirmand, préfet de la Région Corse, a pris la parole à son tour pour saluer cette belle avancée du volumineux dossier de la citadelle et plus encore de la signature de cette convention qui apporte un souffle nouveau à la ville et à son développement: « C’est un moment tout aussi important pour les services de l’Etat. Vous avez souhaité, monsieur le maire, donner une certaine solennité à cette manifestation qui constitue un moment important pour la ville. La citadelle d’Ajaccio est au cœur de la cité depuis le quinzième siècle, c'est-à-dire depuis la fondation de la ville en 1492. Elle constitue un trait d’union entre la ville et la mer. A ce jour, les Ajacciens n’ont pu contempler la citadelle que de l’extérieur. Elle a beaucoup compté dans l’histoire de la ville mais aussi de la Corse et du pays. C’est un ouvrage emblématique, symbolique, qui témoigne d’un passé mais aussi et surtout d’un avenir important pour la ville. Nous voulons tous ensemble réussir ce projet, et les services de l’Etat participent activement à cette démarche qui vise à donner aujourd’hui le coup d’envoi d’un processus qui nécessitera des mois et sans doute des années. Quelques années seront en effet indispensables car nous devrons ensemble partir  non pas d’une simple opération de cession patrimoniale mais bien d’identification des enjeux patrimoniaux. C’est d’ailleurs l’enjeu de cette convention que nous allons signer aujourd’hui… »
J .F.





Dans la même rubrique :
< >

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85122 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40737 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 344