Corse Net Infos - Pure player corse

Christophe Mirmand, préfet de Corse: "Ma méthode est celle du dialogue"


Rédigé par le Lundi 8 Juillet 2013 à 23:56 | Modifié le Mercredi 10 Juillet 2013 - 00:26


Chistophe Mirmand, a reçu la presse lundi matin dans les jardins de la préfecture. A 52 ans, il entame avec cette nouvelle affectation son quatrième poste de préfet. Depuis 1988, au sein du ministère de l’intérieur, il a alterné des postes en territorial y compris en outremer, et en administration centrale au sein de la direction générale de la police nationale, et comme Secrétaire général, adjoint du ministère de l’Intérieur. Après un poste - le premier- de préfet en Haute-Loire, puis en Savoie et dans les Alpes Maritimes le voilà en Corse. Venu en famille, avec sa femme et sa fille, Christophe Mirmand désire au plus tôt, découvrir l'Île pour mieux y inscrire ses actions.


Christophe et Catherine Mirmand / Photo Marilyne SANTI
Christophe et Catherine Mirmand / Photo Marilyne SANTI

Christophe Mirmand, préfet  de Corse: "Ma méthode est celle du dialogue"
 « Ma méthode est celle du dialogue, un dialogue impartial, un dialogue avec tous. Des relations simples directes et franches avec  tous mes interlocuteurs. Je suis attaché à la proximité de l’action de l’Etat car c’est un gage de crédibilité. »
Christophe Mirmand s'est présenté comme "un homme d’écoute et de dialogue dont la préoccupation est d’être un interlocuteur très accessible, à l’écoute des collectivités territoriales et de leurs élus."  
Sa façon de  travailler sera la même que cellle qui était la sienne sur ses précédents postes, c'est-à-dire de façon très directe et très simple avec l’ensemble des partenaires de l’Etat et donc les élus nationaux et territoriaux.
Les sujets dits prioritaires concerneront les  questions de développement (PEI), de sécurité, les déclinaisons de toutes les politiques publiques dont l’Etat a la responsabilité, notamment le logement (social) et l’emploi qui constituent deux priorités au niveau national et « qu’il incombe au préfet de mettre en œuvre, avec des sous-titres décidés par le gouvernement. »
Feuille de route immédiate : le développement économique, la lutte contre le chômage en favorisant l’emploi, en partenariat en particulier avec les collectivités. Le nouveau préfet souhaite encore veiller à ce que les services de l’Etat soutiennent l’élaboration du PADDUC.
« L’Etat est présent en Corse, malgré un contexte budgétaire défavorable, pour accompagner les politiques de développement et d’aménagement du territoire, comme en témoigne dernièrement la signature par le Ministre Manuel Valls, de la troisième tranche du Plan exceptionnel d’Investissement. »
Christophe Mirmand a déjà rencontré il y a une quinzaine de jour Paul Giaccobi, président de la Collectivité Territoriale de Corse, Simon Renucci, maire d’Ajaccio, Nicolas Alfonsi sénateur et un certain nombre d’élus. Il appuiera une logique d’approfondissement, dans les actions mises en place par son prédécesseur. « Nous sommes dans une continuité. C’est sur les bases qu’a posées Patrick Strzoda que j’entends poursuivre le travail entrepris, en partenariat avec chacun. »

Christophe Mirmand, préfet  de Corse: "Ma méthode est celle du dialogue"
Et la violence ?
 « Comme sur le continent les questions de sécurité, comme celles de l’emploi, sont une priorité. La délinquance générale est globalement maîtrisée en Corse. Le grand banditisme, l’affairisme doivent être combattus pour éviter de les banaliser.
Cette situation anormale au regard des lois de la République et du Citoyen doit mobiliser les services de l’Etat. La lutte doit être contre la violence sous toutes ses formes.  
Les attentats et les homicides liés à la grande criminalité sont un fléau qui inhibe la société et entrave son développement. Comme vous le savez, le 22 octobre 2012, le Gouvernement a lancé une stratégie globale de lutte contre la criminalité organisée. Des moyens ont été mobilisés à cet effet. Les interpellations dans les affaires d’homicides ont été nombreuses ces six derniers mois. L’attentat du 26 mai contre les services du GIR démontre que l’action de l’Etat dérange. Le travail engagée s’inscrit sur du long terme. Personne ne peut douter de la volonté du gouvernement que la situation évolue. L’Etat a confirmé son engagement pour le PEI et pour un retour à la normale au sujet de la violence.
Je n’ai aucune appréhension ni inquiétude pour ma famille et moi-même. Nous sommes affectés dans une région accueillante, hospitalière qui nécessite d’être rapidement découverte, pour en connaitre les dossiers, les préoccupations, mais surtout les projets
."
Le Préfet de Corse qualifiera de "sereine et positive" sa présence sur l’île. 




Dans la même rubrique :
< >

Samedi 10 Décembre 2016 - 11:10 Après les incidents : ACA, une décision courageuse

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85569 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40967 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 348