Corse Net Infos - Pure player corse

Cérémonies en hommage à Michel Bozzi et Jean Nicoli


Rédigé par le Samedi 27 Août 2016 à 23:48 | Modifié le Dimanche 28 Août 2016 - 00:27


Mardi, les Résistants et les Amis de la Résistance Anacr 2A se souviendront de Michel Bozzi et de Jean Nicoli, des valeurs qu’ils nous ont transmises. Un hommage leur sera rendu ainsi qu’à toutes celles et tous ceux qui, avec eux, ont mobilisés et organisés les patriotes Corse pour préparer l’insurrection dès la capitulation italienne et qui ont fait don de leur vie pour la liberté et la lutte contre le fascisme.


Michel Bozzi et Jean Nicoli
Michel Bozzi et Jean Nicoli

L'hommage à Michel Bozzi sera rendu à Ajaccio à  Mardi 30 août à11 heures devant le gymnase qui porte son nom, rue Achille PerettiI, au niveau de la plaque qui lui rend hommage.
L'hommage à Jean Nicoli sera à 19 heures devant la plaque qui se trouve, sur le lieu où il a été arrêté avec ses compagnons, à l’angle du boulevard Mme Mère et de la rue Solferino. 

"Le Comité de la Corse du Sud de l’Association nationale des anciens combattants et Amis de la Résistance  (Anacr 2A) appelle la population, toutes générations confondues, à participer à ces commémorations et à  rendre hommage aux héros et martyrs de la Résistance afin de ne pas les oublier" souligne dans un communiqué la présidente de l'association  Jacqueline Wroblewski-Arrii.

 

Jean Nicoli demeure un personnage exemplaire, un humaniste, un symbole de la Résistance corse contre le fascisme. Il en fut l’un des nombreux martyrs et c’est le 30 août 1943 qu’il périt, décapité par les  fascistes italiens parce qu’il refusait d’être fusillé dans le dos. Il accepte son sort tragique avec courage et dignité. Dans la nuit précédent sa mort  dans sa dernière lettre il demandera à ses enfants de porter pour tout  deuil : « un œillet rouge et une tête de Maure ».

 

Michel Bozzi, l’adjudant chef Michel Bozzi (alias Bianchi), de la mission Pearl Harbour, est débarqué clandestinement par le sous-marin Casabianca dans la nuit du 5 au 6 février 1943, sur la plage d’Arone  (Piana), avec poste-radio, armes et munitions. Les renseignements transmis à l’état-major d’Alger permettront, entre autre, de couler deux bateaux ennemis. Traqué par l’OVRA, la police politique italienne, il sera arrêté le 16 juin 1943, emprisonné dans la citadelle d’Ajaccio, torturé sans que jamais l’ennemi lui arrache ses secrets, et fusillé le 30 août sur la place Saint Nicolas à Bastia.




A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85277 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40791 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 345