Corse Net Infos - Pure player corse

Cérémonie du 11 novembre Franco-Américaine à Calvi


Rédigé par (Jean-Paul-Lottier) le Dimanche 11 Novembre 2012 à 18:51 | Modifié le Dimanche 11 Novembre 2012 - 22:20


A Calvi, les cérémonies de la Commémoration de la victoire et la paix du 11 novembre, jour de l'anniversaire de l'Armistice de 1918 et l’hommage à tous les morts pour la France se sont déroulées en présence de l’ambassadeur des Etats-Unis en France, son excellence M. Charles H. Rivkin et une délégation de l’équipage du USNS Grapple qui effectue actuellement en collaboration avec le commandement de la Défense (JPAC) une mission de récupération d’un artilleur-mitrailleur, mort le 17 février 1944 en baie de Calvi, après que le bombardier B17 à bord du quel il se trouvait ait été abattu


Cérémonie du 11 novembre Franco-Américaine à Calvi
Depuis 1948, c’est la première fois que l’ambassadeur des Etats-Unis en France et principauté de Monaco se rend en visite officielle en Corse.  C’est aussi le premier déplacement de son son Excellence Charles H. Rivking depuis la réelection du président Barack Obama.
A 11 heures, alors que la pluie venait tout juste de cesser, au monument aux morts étaient rassemblés un piquet d’honneur du 2e REP de Calvi avec son drapeau et sa garde et un piquet d’honneur du UNSS Grapple avec le drapeau américain, une délégation d’officiers et sous-officiers du 2e REp et les différentes associations d’anciens combattants et leurs drapeau que les anciens de l’amicale des légionnaires parachutistes.
Les autorités civiles et militaires : M. Ange Santini, maire de Calvi, conseiller territorial et membre du Conseil national économique et social, M. Louis Lefranc, préfet de Haute-Corse, son Excellence Charles H. Rivkin, ambassadeur des Etats-Unis en France et principauté de Monaco, M. Jean-Toussaint Guglielmacci, maire adjoint de Calvi, conseiller général de Calvi-Lumio, M. Claude Deceninck, président des Anciens combattants de Calvi-Galeria et le Colonel Benoît Desmeulles, chef de corps du 2e REP de Calvi saluaient le drapeau, avant que le Colonel Desmeulles et son adjoint le Colonel passent les troupes en revue.
M. Claude Deceninck devait ensuite lire le message des anciens combattants.

Souvenir, mémoire, immortalité

Son Excellence l’ambassadeur des Etats-Unis a dit combien il était honoré de participer à cette cérémonie du souvenir. Il rappelait aussi le lourd tribut payé par les soldats américains  durant ce conflit, dont bon nombre figurent dans les cimetières français. « Frank Buckles, dernier vétéran à avoir  combattu lors de cette guerre pour les États-Unis est mort le 27 février 2011. En 2014, pour le centenaire de cette première guerre mondiale, sans témoins, c’est à nous que reviendra le travail de mémoire ».
L’ambassadeur poursuivait en rendant hommage à tous les morts et plus particulièrement à ces soldats tués en Afghanistan, dont leurs noms figureront sur le monument aux morts de Calvi. «  Ces militaires, morts au combat,  n’auront pas eu la chance de vivre aussi longtemps que Frank Buckles ».
Il concluait en soulignant «  C’est une journée du souvenir, de mémoire et d’immortalité mais aussi de l’amitié et l’alliance de la France et des Etats-Unis ».
M. Louis Lefranc, préfet de Haute-Corse remerciait le maire de Calvi, le conseil municipal et la population de l’accueil réservé à la délégation américaine, avant de donner lecture du message de M. Kader Arif, ministre délégué auprès du ministre de la défense, en charge des anciens combattants : « Le 11 novembre 1918 à 11 heures, les clairons sonnaient le cessez-le-feu tout au long de la ligne de front, mettant fin à quatre ans d'une terrible guerre.
Premier conflit mondial, qui marque par son ampleur et par le nombre de victimes, militaires et civiles, l'entrée brutale dans ce 20eme siècle sanglant, la Grande Guerre marquera à jamais les esprits. Car malgré la joie de la victoire, les familles pleuraient leurs morts.
Une hécatombe venait de se produire et, bientôt, chacun ressentait l'impérieuse nécessité que la Nation tout entière, pour se reconstruire, reconnaisse son malheur et s'y associe.
Plusieurs étapes favoriseront cette résilience.
– L'inhumation sous l'Arc de Triomphe, le 28 janvier 1921, du corps d'un soldat inconnu, pour symboliser tous les morts de la Grande Guerre.
– Le vote par le Parlement, il y a eu 90 ans cette année, le 24 octobre 1922, d'une loi fixant au 11 novembre la "commémoration de la victoire et de la paix".
– L'allumage, par André Maginot, ministre de la guerre et des pensions, le 11 novembre 1923, d'une flamme sur la tombe du Soldat Inconnu, qui, depuis lors, ne s'est jamais éteinte.
– La réalisation de monuments aux morts dans presque toutes les communes, pour porter les noms de leurs enfants "morts pour la France", auxquels s'ajouteront, ultérieurement, ceux des victimes des autres conflits.
La disparition des témoins de la guerre de 1914-1918 et l'inéluctable déclin du nombre des acteurs des conflits suivants appelaient une évolution pour maintenir la portée symbolique de cette journée. C'est le sens de la loi du 28 février 2012, qui élargit la portée du 11 novembre à l'ensemble des morts pour la France tout en conservant les autres journées nationales commémoratives. C'est donc la reconnaissance du pays tout entier à l'égard de l'ensemble des Morts pour la France tombés pendant et depuis la Grande Guerre qui s'exprime aujourd'hui, particulièrement envers les derniers d'entre
eux, ceux qui ont laissé leur vie en Afghanistan.
Elle s'inscrit dans une politique commémorative ambitieuse qui vise à transmettre la mémoire, à favoriser la compréhension de notre histoire nationale commune et son appropriation par les jeunes générations.
Les parlementaires du début des années vingt avaient voulu que la journée nationale du 11
novembre soit placée sous le double signe de la Victoire et de la Paix.
Ce dernier but semblait alors bien aléatoire, comme allaient le démontrer les décennies suivantes.
Mais finalement, ces parlementaires étaient des précurseurs. En volant la loi instituant une "Journée de la victoire et de la paix", ils espéraient que soit célébrée dans l'avenir une "Journée de la victoire de la paix".

L’œuvre du sculpteur Emmanuel Frémiet

M. Ange Santini, maire de Calvi  saluait la présence de son Excellence, l’ambassadeur des Etats-Unis et de l’équipage du USNS « Grapple » et rappelait que son conseil municipal avait décidé à l’unanimité d’inscrire sur le monuments aux morts de Calvi les noms des militaires du 2e REP morts en Afghanistan.
Avec beaucoup de précision, il précisait que la statue de bronze du sculpteur Emmanuel Frémiet, faisait partie à l’origine  d’un groupe de deux statues, ‘Les Gloires’ pour l’aménagement de la place du Carousel, dans le jardin des Tuileries à Paris. En  1908 : les bronzes sont commandés mais ile projet n’aboutit pas. En 1922 c’est l’un de mes illustres prédécesseurs, M.  Adophe Landry,  alors ministre de la Marine et député-maire de Calvi, qui a eu la bonne idée de récupérer l’une des statues à l’administration des Beaux-Arts . Baptisée « La Victoire », pour aménager le monument aux morts de Calvi, ».
M. Santini devait ensuite dévoiler sur le monument aux morts, la plaque aux côtés du préfet, de l’ambassadeur des E-U, du chef de corps et du conseiller général où figurent désormais les noms des militaires du 2e REP Cpl Robert Hutnick, S/C Konrad Rygiel, Cpl Gerhardus Jansen et Cpl/c Kisan Dahadur Thapa morts pour la France en Afghanistan.
Un dépôt de gerbes devait suivre.
Outre les personnes déjà citées, on notait la présence de M. Gilles Brun, président de la communauté de communes du bassin de vie de Calvi, une grande majorité d’adjoints et conseillers municipaux de Calvi, Stéphane Donnot, sous-préfet de Calvi,  colonel Didier Rahmani, commandant le Groupement de gendarmerie de Haute-Corse, une délégation de la préfecture maritime….

Une plaque à la mémoire des disparus du B17 américain dévoilée à la citadelle

En marge de cette cérémonie du 11 novembre, son Excellence Charles H. Rivkin, ambassadeur des Etats-Unis en France se rendait dans la citadelle de Calvi, où il était invité à dévoiler une plaque en hommage à l’équipage du Bombardier B17 abattu le 17 février 1944.
Ainsi que nous l’avons relaté, la marine américaine effectue depuis le début du mois d’octobre des  recherches pour retrouver les restes d’une des victimes victimes du B-17 flying fortress , le mitrailleur arrière Tony Duga qui n’avait pu s’extraire de la carlingue, avant que celle-ci ne sombre dans les eaux, au pied de la citadelle de Calvi
Cette opération  s’inscrit dans un vaste programme de recherche de disparus  américains sur différents site de conflits du passé. Cette mission de récupération et d’identification  sous-marine est orchestrée par  le Joint POW/MIA Accounting Command du Département de la Défense.
Rappelons les conditions dans lesquelles ce bombardier a été   abattu. C’était un  B-17 Serial 42-31044  qui repose aujourd’hui  par 27 mètres de fond, au pied de la citadelle de Calvi et qui fait l’objet de ces fouilles.
Alors qu’il arrivait sur son objectif, la forteresse volante avait été prise pour cible par la chasse allemande,  avant d’être sévèrement touchée. Avec deux moteurs en feu et un troisième fortement endommagé, il n’y avait plus grand-chose à faire. L’opérateur radio et le mitrailleur de sabord ont été tués durant l’attaque.  Sérieusement touchés, le mitrailleur arrière devait lui aussi décéder.
Malgré cette situation dramatique, le navigateur a réussi à descendre un avion de chasse allemand.  Dans le même temps des avions américains arrivaient à la rescousse . L’un d’eux escortait le B-17 jusqu’à Calvi pour tenter de se poser sur la piste de l’aéroport militaire. Mais, la piste n’était pas faite pour recevoir un appareil tel que le B-17 et qui plus est en mauvais état.
Il ne restait plus qu’à tenter l’amerrissage.
7 membres d’équipages réussissaient à s’extraire de la carlingue. Deux corps étaient récupérés. En revanche, celui de Tony Duga restait coincé dans le fuselage arrière du bombardier qui se détachait de l’appareil et s’enfonçait dans les eaux.
Un bateau de la marine américaine, le USNS Grapple avec à sa tête le Capitaine Curt Smith est depuis le début de l’opération ancré à proximité du site. A son bord 7 membres d’équipage, une équipe de plongée avec John Sullivan comme officier de plongée et 4 plongeurs, une équipe de personnel de sécurité, une équipe du Joint Pow/Mia Accounting command avec le Dr Andrew Pietruszka, docteur en archéologie et chef de travail accompagné de 5 techniciens dont un photographe sous-marin.
 Les Etats-Unis ont fait une promesse solennelle à chaque membre des forces armées américaines qu’ils ne seront jamais oubliés. Le JPAC s’est engagé a tenir cette promesse et c’est la raison pour laquelle ces moyens sont déployés.
Juste avant de dévoiler la plaque , Pierre Lejeune, directeur de la Station océanographique de Calvi (STARESO) expliquait à l’ambassadeur que cette plaque avait été réalisée en 1995 lors de la visite d’un des rescapés, le mitrailleur Armand Sedgeley et qu’il avait été décidé que cette plaque serait immergée et apposée sur la carlingue du Bombardier B17.
Cette dernière qui faisait l’objet de convoitise de la part de plongeurs peu scrupuleux était remontée à la surface quelques temps plus tard et conservée à la Stareso. Aujourd’hui, enfin elle a trouvé sa place.
M. Ange Santini, maire de Calvi a souligné une nouvelle fois la grandeur des Etats-Unis qui tient sa promesse de tout mettre en œuvre pour ramener à la maison ses soldats tombés au champ d’honneur.
Son Excellence Charles H. Rivkin a adressé ses plus chaleureux remerciements au maire de Calvi, au conseil municipal et à la population de Calvi pour l’accueil réservé à la mission, le sous-préfet de Calvi, représentant de l’Etat et la préfecture maritime qui ont œuvré pour que cette mission puisse se réaliser.
Une réception devait suivre à l’hôtel de ville de Calvi.
Au cours de celle-ci, avant le traditionnel échange de cadeaux, M. Ange Santini remettait la médaille de la ville de Calvi à son Excellence, l’ambassadeur des Etats-Unis.
Sur le livre d’or, ce dernier inscrivait ces quelques mots : «  Maintenant je sais pourquoi on appelle la Corse île de beauté. Je n’oublierai jamais, cette terre d’homme, de fierté et de liberté. I hope to return again one day soon »





Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 1 Décembre 2016 - 21:33 Coup d'envoi de "Natale in Calvi 2016"

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85060 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40724 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 344