Corse Net Infos - Pure player corse

Cellule de veille économique dans le BTP : Le grand recul du logement


le Jeudi 4 Juin 2015 à 19:52 | Modifié le Vendredi 5 Juin 2015 - 00:38


Analyser, anticiper, proposer un plan d’action dans le secteur du bâtiment, voilà à quoi s’est attelée la Cellule de Veille Economique du BTP depuis sa mise en place l’année dernière. Jeudi, elle a tenu conférence de presse en présence du préfet, du président du Conseil Exécutif et des différentes institutions de l’île. A l’ordre du jour, la conjoncture économique, le recensement de la commande publique et la proposition de sa charte, ainsi que le financement des entreprises et maîtres d’ouvrage et la dynamisation du marché de l’entretien et de la rénovation du bâtiment


Cellule de veille économique dans le BTP : Le grand recul du logement
A la lecture des chiffres de 2014, sur l’ensemble de l’île, la conjoncture du BTP n’est guère reluisante. La situation à fin 2014 affiche un chiffre négatif de l’ordre de 22%. On constate certes une reprise pour le premier trimestre 2015 de l’ordre de 3%.
En Corse-du- Sud, le total de logements autorisés affiche moins 20,6% pour l’année 2014 (1ers trimestre plus 4,3%) et en Haute-Corse, la baisse est de 23,1 % (plus 1,6% au premier trimestre 2015).
Pour ce qui est de l’emploi, on note une progression du nombre de demandeurs d’emploi de 180% exerçant une activité antérieure dans le BTP.
 
Trouver des pistes…
Depuis 2013, les chiffres sont beaucoup moins favorables que par le passé. Le travail de la cellule a consisté à dégager des pistes pour améliorer la situation, augmenter la commande publique privée. Les chiffres sont là pour le prouver, le constat est sévère : le recul du logement est significatif. La crise économique sera-t-elle réellement évitée ? Rien n’est moins sûr. !
« La Corse connaît des difficultés réelles qui se sont traduites par des suppressions d’emplois. Un cri d’alarme a été lancé. Depuis plusieurs mois, nous organisons des réunions de concertation avec les professionnels pour améliorer ce qui peut l’être et éviter la persistance d’une crise économique » a notamment déclaré Christophe Mirmand Préfet de la Corse.
Raison pour laquelle a été organisée cette réunion d’hier pour d’abord actualiser les chiffres, de faire ensuite une proposition qui a été élaborée par le GP Corse Compétences l’observatoire de la commande publique, outil essentiel pour donner de la lisibilité aux entreprises.
 
La commande publique au cœur du débat
Il faut savoir que la commande publique est un des principaux leviers à la disposition des pouvoirs publics pour soutenir l’économie et l’emploi, en particulier dans le secteur du BTP.  Un certains nombre de marché échappent aux entreprises locales, soit pas défaut d’information, de qualité de réponse, soit par manque de technicité ou de compétitivité. Les marchés publics sont considérés comme complexes. Peu d’entreprises y répondent malgré la mise en place de mesures de simplification visant à en faciliter l’accès.
Il convient donc de faire de la commande publique un atout pour la compétitivité des entreprises du secteur BTP en Corse, mais aussi renforcer la coopération entre les professionnels et les prescripteurs publics et conforter leurs pratiques professionnelles respectives.
Dans cet objectif, l’élaboration d’une charte de la commande publique devenait indispensable aussi bien pour les donneurs d’ordre signataires de la charte que pour les représentants des entreprises avec engagement de s’inscrire dans une démarche d’amélioration continue de leur positionnement sur commande publique.
Les participants ont pu mesurer l’importance des exemples concrets de leviers pour favoriser l’accès des TPE/PME à la commande publique comme par exemple l’avance de 30% du montant global, la co-traitance, la trame de mémoire technique ou encore la publication des marchés.
 
Une plateforme de financement
Il a bien entendu été évoqué une plateforme de financement des entreprises (Corse-Financement) qui regroupe plusieurs outils dont BPI France et la CADEC, qui offre également l’accès à différents produits etc…
Il existe deux possibilités pour répondre à des besoins spécifiques :
  1. Soutenir financièrement l’ingénierie et la mise en place d’actions collectives des PME
  2. Possibilité de développement d’un produit financier spécifique dans le cadre du partenariat avec BPI France (taux 0)
Il a été question ensuite de la dynamisation du marché de l’entretien et de la rénovation du bâtiment et de l’évolution du crédit d’impôts ainsi que de la répartition régionale des entreprises dans le marché de l’entretien-rénovation.
J. F.   




A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie


Les plus récentes
Economie
Charles Monti | 03/06/2016 | 4064 vues
00000  (0 vote) | 1 Commentaire
Economie
Philippe Jammes | 09/05/2016 | 3594 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 10