Corse Net Infos - Pure player corse

CFE-CGC de la SNCM :"Les comptes 2013 du groupe TRANSDEV sont enfin accessibles..."


Rédigé par le Mercredi 15 Octobre 2014 à 21:15 | Modifié le Mercredi 15 Octobre 2014 - 21:29


"Double jeu de Transdev dans le dossier de la SNCM" : Sous ce titre Pierre Maupoint de Vandeul et Maurice Perrin pour la CFE-CGC assènent leur vérité "sur la publication tardive et contrainte des comptes consolidés du groupe TRANSDEV"


 CFE-CGC de la SNCM :"Les comptes 2013 du groupe TRANSDEV sont enfin accessibles..."
C’est en voulant obtenir les comptes du groupe pour vérifier les révélations du journal professionnel Le Marin du mois de juin (voir lien ci-dessous), que nous nous sommes rendus compte d'une volonté manifeste de la part de TRANSDEV de les dissimuler...
TRANSDEV n’avait en effet pas déposé ses comptes à la date légale pour éviter la mise en lumière du scénario comptable prévu pour leur filiale SNCM : « Une procédure collective appropriée avec plan de cession (scénario de discontinuité) » (extrait des comptes déposés).

Rappel article du Marin du 11 juin :
http://www.lemarin.fr/articles/detail/items/transdev-anticipe-la-fin-de-la-sncm-dans-ses-comptes-
Or la validation de ces comptes par les Commissaires aux Comptes du groupe a eu lieu le 31 mars 2014.
TRANSDEV avait donc bien prévu, à cette date, l'organisation d'une « DISCONTINUITE » pour la SNCM, qui se traduirait, suivant la jurisprudence existante, et sans évolution des positions de la 
Commission Européenne, toujours en discussion avec l’Etat Français, par une liquidation de la
Aujourd’hui TRANSDEV réagit en affirmant que leur discours n’a pas changé sur la filiale SNCM, et accusant les Syndicats de la SNCM de manipulations...
Nous ne pouvons accepter cette nouvelle manœuvre: Leur position en faveur d’une discontinuité de la SNCM, n’a jamais été assumée officiellement avant de l’avoir fait validé par l’Etat en juillet...
C’est bien la perspective d’une assignation au Tribunal de Commerce par l’initiative des salariés 
et actionnaires salariés qui les a fait déposer leurs comptes il y a quelques jours seulement.
TRANSDEV avait marqué sa différence vis-à-vis des positions de VEOLIA au sein du Conseil de 
Surveillance quand nous avions condamné les propos scandaleux d’Antoine Frérot, sur la SNCM:
Il prônait effectivement le dépôt de bilan et affirmait que la position de l’Etat sur le refus d’une 
solution de discontinuité changerait.... après les municipales !
Preuve en est : extrait de la lettre du 30 mars 2014 du PDG du groupe, Jean Marc Janaillac, au 
Ministre Frédéric Cuvillier, écartant la possibilité d'une procédure collective... (Voir-ci-dessous)

Par la suite, le 28 mai, quand le groupe TRANSDEV et l'Etat, actaient du remplacement du Président du Directoire Marc Dufour par Olivier Diehl, le message était encore faussé : Jean Marc JANAILLAC avec les représentants de l’Etat actionnaire, demandait au nouveau Directoire,
de tracer une nouvelle voie avant la fin de l’année, qui ne serait "ni une fuite en avant, ni une 
Nos actionnaires, non contents de l'arbitrage de l'Etat, fin 2013 refusant la mise en œuvre du plan de discontinuité préparé par les conseils de TRANSDEV, n'ont fait que repousser d'un an un scénario prémédité et ont décidé de laisser mourir leur filiale SNCM:
- en s'opposant au plan industriel qu'ils ont pourtant voté le 24 septembre 2013,
- en abandonnant la défense des Droits de la SNCM sur le plan Européen mais aussi en refusant de suivre les recours suspensif possibles en droit National,
- en organisant le lynchage médiatique de leur filiale, le PDG de VEOLIA n'hésitant pas à la qualifier de "BOULET" en conférence de presse,
- en faisant passer en « pertes de la SNCM » une grande partie des sommes que la Corse doit à la Compagnie au titre du contrat de DSP 2007-2013.
- en déclarant leur filiale endettée à hauteur de 440 millions d'Euros alors qu'aucune créance ne pourrait-être effective avant la fin des recours en droit national qui n'ont à ce jour même pas
- en annonçant la future mise en cessation de paiement par remboursement anticipé des prêts 
d'actionnaires, et ce dès la fin de la médiation en cours, affaiblissant ainsi la SNCM vis-à-vis de ses clients et sous-traitants
- en préconisant, le RJ comme moyen de restructuration à tout potentiel repreneur comme cela fut le cas pour le groupe SIEM qui, depuis, à jeter l’éponge...
Ils ont en conséquence aggravé un passif pour justifier aujourd'hui d'un besoin de "discontinuité" via une procédure collective au Tribunal de Commerce.
Le journal le Marin révélait aussi avant l'été le double jeu dans la recherche de repreneur avec l'organisation en coulisse d'un démantèlement ...
http://www.lemarin.fr/articles/detail/items/exclusif-sncm-quand-le-projet-de-nouveaux-navires-devient-un-schema-de-cession-de-la-flotte-actuelle-4769.html
Nous condamnons donc vivement ce double-jeu, qui, in fine, vise depuis des mois, en marge des annonces du conseil de Surveillance, telle que la validation du Plan "CHANGEONS" ou la 
commande des 4 navires, à organiser la faillite de la filiale SNCM en collaboration avec de 
potentiels repreneurs...





Dans la même rubrique :
< >

Samedi 10 Décembre 2016 - 10:00 Bastia : Téléthon au collège Simon-Vinciguerra

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85547 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40957 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 348