Corse Net Infos - Pure player corse

CCI de la Corse-du-Sud : L’unanimité pour Nathalie Carlotti


le Lundi 21 Janvier 2013 à 20:45 | Modifié le Mercredi 23 Janvier 2013 - 00:58


L’unique candidate à la succession de Jacques Nacer pour la présidence de la Chambre de commerce et d’industrie de la Corse-du-Sud Nathalie Carlotti, a été élue à l’unanimité des voix par les membres du bureau lundi après-midi à Ajaccio, lors d’une assemblée générale extraordinaire qui s’est tenue au Palais des congrès et qui a rassemblé de nombreux institutionnels. Des postes vacants de membres du bureau ont également fait l’objet de votes et d’attributions.


Nathalie Carlotti a été élue à l'unanimité des votants présidente de la CCI de Corse-du-Sud lors de l'élection qui s'est tenue lundi après-midi au Palais des congrès d'Ajaccio. (Photo Marilyne Santi)
Nathalie Carlotti a été élue à l'unanimité des votants présidente de la CCI de Corse-du-Sud lors de l'élection qui s'est tenue lundi après-midi au Palais des congrès d'Ajaccio. (Photo Marilyne Santi)
Il y a des élections plus disputées que d’autres, où les candidats s’entredéchirent parfois au sein de leur propre camp pour remporter la victoire. Et puis il y a celles, plus dignes où l’union de toute une institution s’affirme pour soutenir jusqu’au bout sa candidate et lui offrir une élection incontestable et inédite jusqu’alors pour une femme en Corse…
C’est de cette dernière que Nathalie Carlotti est sortie vainqueur en étant élue à l’unanimité des 24 voix des votants qui composent le bureau (sur 25 inscrits) présidente de la Chambre de commerce et d’industrie de la Corse-du-Sud. Elle succède ainsi à Jacques Nacer assassiné le 14 novembre 2012 à Ajaccio. Une élection empreinte d’émotion et faisant figure d’hommage à l’ancien président de la CCI 2A, pour lequel toute l’assemblée, Nathalie Carlotti en tête, les membres du bureau, mais aussi les maires et de nombreux institutionnels avaient encore le souvenir en tête.

Elue à l’unanimité des votants
Après la confirmation d’atteinte du quorum des 25 inscrits, le président par intérim a invité la seule candidate à la présidence à se déclarer officiellement, puis a demandé aux votants de se déplacer pour le vote qui a eu lieu par bulletins secrets. Au terme du dépouillement, ce sont 24 votes en faveur de Nathalie Carlotti (sur les 24 votants) qui ont émergé de l’urne. Le président a alors déclaré Nathalie Carlotti élue à la présidence de la CCI de Corse-du-Sud sous une salve d’applaudissements de l’assemblée. Après lui avoir adressé ses « félicitations pour son élection » et assuré du « soutien total de l’assemblée des élus », la nouvelle présidente a pris la parole pour son premier discours.   
 
Reprendre le flambeau de Jacques Nacer et poursuivre la mission
C’est visiblement très émue mais pleine d’énergie et de conviction que Nathalie Carlotti a pris la parole devant une assemblée suspendue à ses mots. « Mes premiers mots en tant que présidente de la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Ajaccio et de la Corse-du-Sud, sont pour rappeler avec une grande émotion, mon amitié, mon affection et mon grand respect envers le Président Nacer. Il est évident que son ombre planera toujours au dessus de notre institution et au dessus de nous tous » a-t-elle affirmé.
Avant de rappeler la démarche qui guidera son action en tant que nouvelle présidente : « Notre devoir sacré sera de respecter le mandat qu’il nous a transmis, de reprendre son flambeau afin de poursuivre la mission à laquelle il s’était dévoué et je tiens à remercier l’ensemble des Elus de m’avoir confié cette charge aujourd’hui ».

« Entreprendre n’est pas un vain mot, il s’agit d’oser, de savoir prendre des risques… »
Puis, Nathalie Carlotti a rappelé le contexte dans lequel elle avait été amenée dès 2010 a assumer des fonctions d’élue à la CCI à la demande  de Jacques Nacer, jusqu’à celle de présidente de la commission Tourisme à la chambre de Corse-du-Sud qu’elle occupait jusqu’alors.
Rappelant le passé, la nouvelle présidente n’a pas oublié le présent ni le futur proche en évoquant très clairement les axes de travail ainsi que les responsabilités et devoirs liés à sa nouvelle fonction et qu’elle entend bien assumer le plus rapidement possible. « Entreprendre pour notre équipe n’est pas un vain mot, il s’agit d’oser, de savoir prendre des risques, de ne pas se décourager, d’être passionné et engagé (…) L’injustice de la mort de Jacques ne pourra être réparée, mais c’est avec la plus grande détermination que nous mènerons à bien ses projets et que nous ferons survivre ses convictions » a-t-elle martelé, fidèle à la réputation de femme courageuse et déterminée qui lui colle à la peau.   

La nouvelle présidente de la CCI 2A a invité tous les acteurs à s'unir pour le développement et l'intérêt de la Corse. (Photos Maryline Santi)
Confiance, responsabilités, devoirs et volonté de réussite
Adressant ensuite à tous les acteurs « un message de confiance », Nathalie Carlotti a assuré avoir « une conscience aiguë de la situation dans laquelle se trouve (notre) institution et des attentes de (nos) ressortissants ». Assumant pleinement ses nouvelles responsabilités, Nathalie Carlotti a également évoqué les devoirs et les voies qu’il lui faudra suivre avec son équipe. « Je mesure le poids de ma nouvelle fonction et je vous affirme aujourd’hui que les Elus qui ont fait le choix de demeurer  à la CCI ont pris le temps nécessaire pour réfléchir à leurs responsabilités et à leurs devoirs ».
Une précision que la nouvelle présidente de la CCI a visiblement tenu à apporter après la démission de 6 membres consulaires sur les 32 après l’assassinat de Jacques Nacer. « Une volonté commune de poursuivre et de réussir nous anime. Nous sommes pleinement mobilisés et les ressortissants seront comptables de notre réussite » a-t-elle réaffirmé. 

« Aujourd’hui, plus que jamais, l’immobilisme nous est interdit »
Malgré la difficulté de la tâche, la nouvelle présidente de la CCI 2A ne botte pas en touche. Un caractère bien trempé et une attitude courageuse pour Nathalie Carlotti qui place l’action immédiate sur les dossiers, la modernisation et la réforme du réseau consulaire au cœur de ses priorités. « Aujourd’hui plus que jamais, l’immobilisme nous est interdit. Notre institution en ordre de marche devra de nouveau rapidement se faire entendre et se repositionner comme la maison des entrepreneurs. Nous ne remettrons pas à demain les grandes décisions et je veux que notre équipe d’élus soit celle qui permettra à la CCI d’achever sa modernisation et d’être en phase avec les exigences de la réforme du réseau consulaire ».
 
Un appel à l’unité et à la coopération dans l’intérêt de la Corse
Des grands projets que Nathalie Carlotti souhaite voir se réaliser dans une double optique : Unité et coopération des divers acteurs du développement de la Corse. « Nous aurons plus que jamais besoin de l’appui de l’Etat, de nos députés, de la CTC, du conseil général, des municipalités et des élus consulaires de Haute-Corse. Car conformément aux aspirations de Jacques, nous gardons notre foi en la Corse. Nous devons travailler dans l’unité à des projets communs sur le long terme et refuser toute forme de division partisane ou d’expression d’intérêts personnels. Car rien ne serait plus contraire au développement de la Corse » a assuré Nathalie Carlotti.

Un triple devoir en guise de mission : volonté, vérité et lucidité
Enfin, c’est sur l’exigence d’un triple devoir qui sera présent en filigrane durant les 3 prochaines années de son mandat que la présidente de la CCI de Corse-du-Sud a terminé son discours. « Nous mesurons le travail qu’il reste à accomplir. Mais pour Jacques et pour tous ceux qui nous accompagnent et nous font confiance, nous nous imposons un triple devoir : un devoir de volonté, un devoir de vérité et un devoir de lucidité. Cet engagement déterminera chaque jour notre action, je vous en fais la promesse (…) Je suis animée d’une grande confiance, car je suis convaincue que grâce à la détermination des élus et à la mobilisation de l’ensemble des permanents, nous parviendrons à atteindre tous nos objectifs ».
Un tonnerre d’applaudissements a clôturé l’intervention de Nathalie Carlotti avant qu’il ne soit procédé à l’élection des autres postes vacants des membres du bureau (voir par ailleurs le détail de ces élections).
Comme nous l’écrivions dans un précédent article, le nouveau président de la CCI aura la mission de se rapprocher des commerçants, chefs d'entreprise et de ses collaborateurs comme Jacques Nacer avait si bien su le faire. Avec passion, avec professionnalisme et avec le coeur… Aujourd’hui nous pouvons ajouter les termes de courage et de profonde détermination dans un contexte électoral plus que difficile.
Et si cette mission compliquée mais valeureuse était de donner plus qu'un nom et un visage à ce nouveau président, une empreinte en quelque sorte, nul doute que cette nouvelle présidente de la CCI de Corse-du-Sud qu’est désormais Nathalie Carlotti conjugue de la façon la plus juste l’ensemble de ces lourdes exigences !
 
Yannis-Christophe GARCIA

* LES REACTIONS…
 
- Simon Renucci, maire d’Ajaccio : « C’est avec beaucoup d’émotion que je tiens à vous féliciter ainsi que tous les élus. Nous souhaitons poursuivre la coopération dans la confiance, la sérénité et le respect. Je suis sûr que le pays Ajaccien rayonnera avec vous sur les traces de Jacques Nacer ».
 
- Patrick Strzoda, préfet de la Corse-du-Sud : « Cette assemblée générale est "extra" ordinaire à la fois statutairement mais aussi humainement. Je salue votre élection avec un résultat sans appel, celui d’une présidente très bien élue qui va poursuivre l’œuvre de Jacques Nacer, avec votre propre personnalité mais aussi votre expérience. La Chambre est en ordre de marche au service des entrepreneurs et du développement de la Corse. Vos principes, volonté, vérité, lucidité et confiance, je les fais miens au nom des services de l’Etat en Corse. Votre programme fait déjà consensus et la convergence de toutes les énergies est indispensable. Soyez assurée que nous serons à vos côtés pour que la CCI réussisse et que la Corse se porte mieux »

* ZOOM SUR : LES DOSSIERS ET LES PROJETS PRIORITAIRES
 
- Les transports : Véritable sujet brûlant et point de crispation permanent dans notre île, la CCI devra faire avec (en tant que gestionnaire du Port de commerce d’Ajaccio) les conflits permanents dans le domaine maritime liés à la DSP et aux guerres entre les compagnies, l’entretien des infrastructures portuaires, le développement et la gestion de l’activité du môle croisière et bien d’autres sujets encore.
 
- Le tourisme : Corollaire du premier, ce secteur important pour l’activité économique en Corse passe par toutes les initiatives qu’il faudra poursuivre pour développer l’offre en partenariat avec les divers acteurs (Office du Tourisme, ATC, etc…) et également étaler la saison sur davantage de temps que la période estivale pour générer une économie continue et réellement productive.
 
- La dynamisation du commerce de proximité : Pierre angulaire de l’action de la CCI, il faudra bien du courage et du dynamisme pour se rapprocher des commerçants du centre ville de la cité impériale. En effet, particulièrement malmenés par les diverses enseignes de la grande distribution qui vident notablement les petites boutiques et qui souhaitent encore s’étendre, par la concurrence implacable des achats sur internet, ainsi que par la crise économique qui réduit grandement leur activité. Car on ne compte plus le nombre de rideaux baissés définitivement du côté du Cours Napoléon ou de la rue Fesch…
 
- La formation des hommes et femmes : Sujet préoccupant lié à l’emploi sinistré en Corse, la formation des jeunes (et moins jeunes !) est au centre d’une stratégie de reconquête de l’emploi et de la dynamisation du tissus économique et professionnel insulaire particulièrement carencé.
 
- L’activité dans le rural : Si la précarité frappe les villes insulaires, il ne faut pas oublier les villages également frappés de plein fouet par cette pauvreté, moins visible, mais qui existe bel et bien. Redynamiser les zones rurales, y ramener de l’activité et éviter les villages "dortoirs" est une priorité cruciale. L’enjeu : que les gens restent, vivent et travaillent au village mais également y ramener de la population pour que l’économie rurale redémarre et se pérennise.
 
- L’appui et le conseil aux entreprises : Il est indispensable dans le cadre d’une stratégie de développement économique. L’entreprise est le poumon de l’économie et actuellement l’heure est davantage aux fermetures et autres dépôts de bilans qu’à des flux importants de création et de pérennisation. La stratégie d’appui et de conseil aux entreprises est capitale pour les maintenir en vie et dans une situation financière saine, ce qui rime avec bénéfices et créations d’emplois dans l’idéal.
Toutefois, une véritable politique renforcée de financement et d’aides conjointes à la création d’entreprise devra être mise en place car actuellement de nombreux créateurs d’entreprise renoncent, faute de moyens personnels. Et les banques ne prêtent que très peu dans ces conditions difficiles…

- L’aménagement de fond de baie d’Ajaccio : Un sujet important également dont on a beaucoup parlé et où assez peu de choses ont été réalisées concrètement. Pêle-mêle, il était question du transfert d’une partie du fret vers la zone de Saint Joseph pour désenclaver le port de commerce mais également d’aménagements des zones dévolues au dépôt des carburants par les pétroliers et autres gaziers. A suivre de près donc.
 
- La fiscalité et le développement durable : La fiscalité sera aussi un combat majeur pour la Corse, au cœur d’une polémique liée à la suppression des arrêtés Miot et au combat d’une partie des acteurs politiques pour leur réintégration ou le changement de fonctionnement avec la mise en place d’une politique spécifique pour la Corse… Quant au développement durable, il est incontournable pour une île déjà pionnière dans la mise en place des énergies renouvelables et autres tris sélectifs des déchets ménagers.
Il s’inscrit dans une volonté de préservation pérenne du patrimoine naturel et environnemental de la Corse et se décline sous de multiples facettes avec le concours de multiples acteurs (municipalités, CTC, Conseil Général, Syvadec etc...).
 
Nathalie Carlotti : « Chacun de ces dossiers, chacune de ces actions, auront une incidence sur la vie des entreprises insulaires et sur leur essor. Nous mettrons particulièrement l’accent sur la proximité, la présence et le soutien aux entreprises aux 4 coins de la Corse-du-Sud, notamment dans le rural »

« Aujourd’hui plus que jamais, l’immobilisme nous est interdit » Nathalie Carlotti (Photo: Maryline Santi)
« Aujourd’hui plus que jamais, l’immobilisme nous est interdit » Nathalie Carlotti (Photo: Maryline Santi)
* QUESTIONS A : Nathalie Carlotti, Présidente de la CCI de la Corse-du-Sud et chef d’entreprise (autocariste) à Bastelica

-  Vous venez tout juste d’être élue présidente de la CCI de Corse-du-Sud. Au-delà des projets dont vous avez parlé, que ressentez-vous au fond de vous à ce moment précis ?
-  C’est l’émotion qui prime avant toute chose… Il faut faire face à tout cela rapidement et se remettre au travail au plus vite, dès la semaine prochaine.
 
Une femme élue à la présidence de la CCI, c’est une situation inédite. Est-ce un symbole pour vous ? Pensez-vous que cela pourra faire évoluer les choses et dans quelle mesure ?
- Oui, en soi c’est un symbole. J’espère que cela apportera un peu plus de sérénité pour la suite des choses. Concernant ma façon de travailler, elle sera certainement très différente de celle de mes prédécesseurs, sans aucun jugement. Ce qui est sûr, c’est que je poursuivrai les grands projets entrepris par Jacques Nacer et j’irai toujours de l’avant.
 
-  La démarche d’union des divers acteurs dans la tâche semble très importante pour vous ? Vous l’avez d’ailleurs appelée clairement de vos vœux. Car cela n’a pas toujours été le cas, notamment entre les chambres du Sud et de la Haute-Corse…
-  Absolument. Il nous faut travailler dans l’union pour avancer. C’est de cette façon que nous réussirons et c’est le meilleur moyen de rendre hommage à Jacques Nacer.

-  Justement, la mémoire de Jacques Nacer plane inévitablement sur cette élection. Au-delà de poursuivre le travail entrepris par votre prédécesseur, quelles seront les nouvelles pistes, les nouveaux axes de travail que vous comptez poursuivre ?
-  Nous allons encore élargir nos relations avec les divers acteurs. Mais également être davantage présents sur le terrain avec le groupe de permanents. Nous serons attentifs à tous et nous irons au devant de nos ressortissants.
 
- Enfin, que peut-on vous souhaiter pour votre présidence ?
- Du courage avant tout ! Mais également continuer à être soutenue par les autres élus, qu’ils soient à mes côtés pour travailler efficacement et en bonne entente.
 
Propos recueillis par Yannis-Christophe GARCIA

* LES ELECTIONS DES AUTRES MEMBRES DU BUREAU
Après vote, les membres du bureau suivants ont été élus :
- Jean-François Antonetti, élu 1er vice-président de la CCI de Corse-du-Sud
- Marc Papi, élu 2è vice président de la CCI de Corse-du-Sud 
- Jean Giraschi, élu 3è vice-président de la CCI de Corse-du-Sud
- Antoine Mondoloni, élu 4è vice-président de la CCI de Corse-du-Sud
- Marc Trani, élu secrétaire adjoint de la CCI de Corse-du Sud
A noter également que les commissions spécialisées ont été validées par la commission générale.




Dans la même rubrique :
< >

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85092 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40734 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 344