Corse Net Infos - Pure player corse

Biguglia : Mauthausen la part visible des camps…


Rédigé par le Lundi 18 Mai 2015 à 19:02 | Modifié le Mardi 19 Mai 2015 - 01:35


A l'occasion du 70ème anniversaire de la victoire sur le nazisme et de la libération des camps, la mairie de Biguglia, en partenariat avec l’ONACVG, a procédé lundi matin au vernissage de l’exposition "La part visible des camps" à l'Espace Culturel Charles Rocchi. Cette belle exposition qui retrace l’histoire du camp de Mauthausen (l’un des derniers à être libéré par les Alliés) sera ouverte au public et aux scolaires du mardi 19 mai au vendredi 22 mai, puis du mardi 26 mai au vendredi 29 mai.


Biguglia : Mauthausen la part visible des camps…
"Tenir est le verbe le plus conjugué par tous les déportés dans les camps de concentration, tenir c'était vouloir durer. Tous ou presque ont voulu. Certains ont pu. D'autres pas. Pour ces derniers, le destin sans doute, n'était pas d'accord".
Sauveur Gandolfi-Scheit, député-maire de Biguglia, a emprunté  cette citation à Gaston Charlet, ancien député et sénateur de la Haute-Vienne et ancien déporté à Mauthausen, pour, en quelques mots, définir ce que fut Mauthausen pour les milliers de personnes qui y furent déportées.
Le maire de Biguglia, qui n'a pas manqué de saluer la présence parmi ses invités de Noëlle Vincensini, a dit aussi combien il avait apprécié d'accueillir au centre culturel Charles-Rocchi les 500 photos de cette exposition sauvées de la destruction par les déportés eux-mêmes et qui rappellent, depuis, l'horreur que le nazisme fit subir à tous ceux qui eurent le malheur d'être déportés jusqu'à Mauthausen.
 

Réalisée par l'Amicale de Mauthausen et inaugurée aux Archives nationales en 2005, l'exposition qui circule sous quatre versions (français, allemand, espagnol, anglais). est constituée par un fonds exceptionnel de photographies du camp central en activité, prises par des SS de 1938 à 1945, photographies qui furent dérobées et sauvegardées au péril de leur vie par des déportés républicains espagnols. Ces photographies sont confrontées à d'autres, réalisées à la libération du camp, le 5 mai 1945, par les détenus espagnols et les libérateurs américains.

Destinée au grand public et aux scolaires (à partir de la Troisième), elle permet à la fois un travail de mémoire et d'Histoire et invite à réfléchir sur le sens et le pouvoir de la photographie.
Aujourd’hui où l’heure est plus que jamais au combat pour les libertés et contre la barbarie, il n’est sans doute pas inutile de rappeler que le monde a déjà connu – il n’y a pas si longtemps ! – des heures aussi sombres et que des hommes, ici comme ailleurs, se sont levés pour que nous restions libres. Leur exemple peut, et doit nous inspirer.


Un camp sur lequel s'est ensuite plus longuement attardé Patrice Lafaurie vice président de l'amicale de Mauthausen, qui aux côtés de son épouse, a expliqué comment l'exposition avait été constituée et comment certaines de ses photos avaient permis au procès de Nuremberg de constituer des  preuves des crimes nazis.
Patrice Lafaurie a encore rappelé  que 30 Corses avaient été déportés à Mauthausen et que 20 n'en étaient pas revenus. Ou bien encore que parmi les 10 députés déportés en Autriche figurait un Corse, - Jean Biondi de Sari d'Orcino, en l'occurrence, député de l'Oise à l'époque.


"Perpétuer le devoir de mémoire"

Biguglia
  • Biguglia
  • Biguglia
  • Biguglia
  • Biguglia
  • Biguglia
Jacques Vergellati, directeur départemental de l’ONAC de la Corse-du-Sud, a ensuite rappelé comment Jean-Yves Boisgentin, ancien déporté de Buchenwald et de Mauthausen était venu lui souffler l'idée il y a 2 ans d'organiser l'exposition en Corse.
Salués aussi Noëlle Vincensini et Vincent Caggini, époux d'Isabelle, fille de Geneviève De Gaulle-Anthonioz qui va entrer au Panthéon le 27 Mai prochain.


Après l'intervention de Noëlle Vincensini, Marc-Paul Luciani, directeur départemental de l'office national des anciens combattants et victimes de guerre a tenu à remercier l'action de Sauveur Gandolfi-Scheit pour avoir réussi à faire inscrire dans les livres d'histoire que la Corse avait été le premier département français libéré, ou bien encore pour avoir déposé un projet de loi afin que la légion d'honneur soit octroyée à tous les vétérans de la guerre 39-45 qui sont 600 en Corse…
Marc-Paul Luciani, s'est, in fine, réjoui du fait de la visite jusqu'au 29 Mai au centre culturel Charles-Rocchi de plusieurs dizaines de jeunes scolaires qui vont contribuer, à travers cette exposition, "à perpétuer le devoir de mémoire".
****
Lundi après-midi Patrice Lafaurie a tenu une conférence sur les déportés corses au camp de concentration de Mauthausen devant les élèves du collège de Biguglia/



A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85196 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40766 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 345