Corse Net Infos - Pure player corse

Bastia lance les comités de quartier, projet pilote de démocratie participative


Rédigé par Nicole Mari le Vendredi 14 Novembre 2014 à 01:10 | Modifié le Vendredi 14 Novembre 2014 - 15:14


La mise en œuvre de la démocratie participative locale a été l’une des grandes promesses de campagne de la nouvelle équipe municipale bastiaise. Affirmée dès la prise de fonction par la nomination d’un conseiller délégué idoine, la démarche prend forme avec l’adoption, mercredi, en conseil municipal, d’une charte et le lancement de six rencontres citoyennes pour la création des comités de quartier prévue au 1er trimestre 2015. Le but est d’impliquer les Bastiais dans le développement de leur ville et d’inventer un nouveau modèle d’engagement citoyen. Première ville de Corse à s’y atteler, Bastia fait même figure de projet pilote au plan national. Explications, en vidéo, pour Corse Net Infos, de Didier Grassi, conseiller municipal, délégué à la démocratie participative, qui lance un appel à la mobilisation.


Le maire de Bastia, Gilles Simeoni, la 1ère adjointe, Emmanuelle de Gentili, le président de la CAB, François Tatti, entourés des élus et des acteurs chargés de mettre en place les Comités de quartier.
Le maire de Bastia, Gilles Simeoni, la 1ère adjointe, Emmanuelle de Gentili, le président de la CAB, François Tatti, entourés des élus et des acteurs chargés de mettre en place les Comités de quartier.
Rendre aux Bastiais le pouvoir sur leur ville fut l’un des engagements forts de la campagne électorale. Partagé par toute l’opposition, il devient un des piliers de son programme commun. Le maire Gilles Simeoni et son équipe en font, aujourd’hui, comme ils l’avaient promis, un axe majeur de la nouvelle politique municipale. « Nous considérons que le sillon que nous ouvrons, aujourd’hui, est fondamental pour Bastia et la démocratie. C’est un engagement de campagne que nous avons pris et que nous tenons. C’est une façon de revisiter la politique pour permettre aux Bastiais de se réapproprier la ville », explique Gilles Simeoni. Entouré, notamment, de ses alliés, Emmanuelle de Gentili, 1ère adjointe déléguée à la politique de la ville, au renouvellement urbain et à la vie de quartiers, de François Tatti, président de la CAB (Communauté d’agglomération de Bastia) et de Didier Grassi, conseiller municipal, délégué à la démocratie participative, à la jeunesse, à la vie associative et à la politique de quartier, il a lancé le chantier de la démocratie participative, jeudi matin, à la Maison des services publics de Lupinu. Un lieu symbolique pour une démarche qui est une première en Corse et qui se veut emblématique d’un changement des temps, des mentalités, des méthodes et des priorités.
 
Impliquer au maximum
La réflexion sur la participation des habitants aux choix politiques municipaux a débuté dès la prise de fonction de la nouvelle majorité. « Nous nous sommes appuyés sur des expériences faites par d’autres mairies, ailleurs. Nous avons constitué un groupe de travail d’élus pour réfléchir au niveau d’implication des habitants, à la définition d’axes politiques, au choix de la forme et aux outils à privilégier… », précise Didier Grassi. Les axes retenus ont affirmé la volonté de travailler avec la population des différents quartiers en tenant compte des réalités des territoires, des différences de problématiques et de modalités de résidence et de vie collective d’un quartier à l’autre. L’enjeu est, aussi, de réactiver le lien social. « Il y a plusieurs niveaux de démocratie participative. La loi sur la politique de la ville nous oblige à mettre en place ce type de dispositif à minima. Nous avons anticipé et fait le choix d’aller au plus haut, d’impliquer les habitants au niveau optimal », ajoute Emmanuelle De Gentili.
 
Une charte démocratique
Le choix a été fait de privilégier une démarche progressive en deux étapes. La 1ère en 2015 pour informer et consulter les habitants sur les projets portés par la ville à travers la mise en place d’une charte de démocratie participative locale et de Comités de quartier dont le principe a été acté lors du tout dernier Conseil municipal. La 2nde en 2016 pour tenir compte de l’avis des habitants, associer ces derniers à la décision, voire mettre en place un budget participatif pour chaque comité. « C’est l’objectif de la mandature », déclare Didier Grassi. « Les comités de quartier sont des outils privilégiés d’expression des habitants et du développement de la démocratie locale. Ils favoriseront l’exercice d’une citoyenneté active et permettront de construire tous les éléments d’un meilleur « vivre ensemble ». Les habitants peuvent s’impliquer dans ces comités pour travailler, réagir, donner leurs avis sur les projets municipaux et être force de propositions. Le but est d’instaurer le dialogue public en privilégiant l’écoute et les échanges entre les habitants et les élus et de redonner du sens à l’action publique », poursuit-il. Les premiers comités de quartier créés pourraient démarrer dès le mois de janvier.
 
Un appel à candidature
Pour sensibiliser la population et lui donner l’envie de se mobiliser, quatre jeunes en service civique ont été recrutés. Six rencontres citoyennes seront organisées dès la semaine prochaine et jusqu’à la fin de l’année dans les différents quartiers. Elles seront l’occasion d’échanger avec les Bastiais et de délimiter le nombre et les périmètres des comités de quartier. Ceux-ci seront constitués à 50% par les habitants, 25% par le monde associatif et 25% par les acteurs socio-économiques. Un appel à candidature sera lancé pour constituer des listes de membres sur la base du volontariat et par tirage au sort jusqu’au 5 janvier. Tout candidat doit être âgé d’au moins 16 ans et résider à Bastia. « Nous souhaitons que les habitants s’investissent, qu’il y ait le plus de monde possible. Il faut réussir à convaincre les gens de s’impliquer et leur donner la certitude que leur mobilisation est utile et efficace », assure Didier Grassi. Pour cela, un élu référent assurera le lien entre le comité et le conseil municipal.
 
Un dispositif innovant
Une rubrique « Démocratie Participative » a été créée sur le site Web de la ville pour diffuser l’information et renforcer le dialogue avec les habitants. « Notre choix est de jouer gagnant-gagnant pour faire réussir les projets. Les comités de quartier sont une instance supplémentaire de dialogue car on ne construit pas une ville contre, mais avec ses habitants. Ce dispositif essentiel correspond à l’ère du temps marqué par les réseaux sociaux, il est le maillon manquant entre la parole publique et la démocratie au quotidien », confirme Emmanuelle de Gentili. Le 14 février, une fête participative lancera, officiellement, les premiers comités de quartier qui seront prêts à fonctionner. « C’est un exercice nouveau. Son but n’est pas de définir des problématiques individuelles, mais au contraire d’impliquer les habitants dans la vie collective. L’idée est, aussi, de rendre les gens responsables et conscients des limites de l’action publique. Nous appellons à un changement de mentalités et de mode de participation des habitants. Il faut s’en donner les moyens », enchaîne François Tatti.
 
Un projet pilote
Bastia est non seulement la première ville de Corse à mettre en place un tel projet, mais le dispositif est si innovant qu’il a été choisi comme projet pilote au plan national. « Cela nous donne une obligation de réussite », estime Gilles Simeoni. Mais pour le maire nationaliste, l’implication démocratique et le renforcement du lien social doivent aussi passer par le bilinguisme. « La langue et la culture corses sont des facteurs de cohésion sociale. Notre langue a tout à fait sa place dans ce dispositif où les échanges et le dialogue pourront, aussi, se faire en corse ». Avant de conclure : « Nous avons envie que notre ville respire, que les gens soient heureux d’y vivre et s’y impliquent ». Les élus, en chœur, lancent un appel aux Bastiais pour qu’ils viennent nombreux aux réunions programmées, dès la semaine prochaine, dans leurs quartiers.
 
N.M.
 

Didier Grassi, conseiller municipal, délégué à la démocratie participative, lance un appel à la mobilisation citoyenne.

Six rencontres citoyennes :
 - 18 novembre à l’école Subissi – quartiers Paese Novu, Montesoru, Agliani, Erbajolu
- 25 novembre à l’auditorium du musée – quartiers Citadelle, Saint Joseph, Place d’Armes
- 1er décembre à la salle polyvalente de Lupinu – quartiers Bassanese, Ponte pradu, cité Aurore
- 11 décembre à l’école de Toga – quartiers Cardu, Fangu, Annonciade, Toga
- 15 décembre au théâtre, salle des congrès – quartiers Marché, Grands Boulevards et Théâtre
- 18 décembre dans la salle des mariages, ancienne Hôtel de Ville – quartiers Vieux Port, Gaudin, Puntettu, Letteron, Saint Antoine, Suerta.

Pour poser sa candidature aux Comités de quartier, les formulaires sont à télécharger sur Bastia.fr, Rubrique « Démocratie participative locale » et à retourner à s.gasnier@ville-bastia.fr , avant le 5 janvier. Ou à déposer dans les urnes des Maisons des quartiers Sud ou du centre ancien, Maison des services publics de Lupinu, ancienne mairie, Hôtel de ville.




Dans la même rubrique :
< >

Samedi 10 Décembre 2016 - 17:26 Au Rallye de Balagne Pascal Trojani est intouchable

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85568 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40967 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 348