Corse Net Infos - Pure player corse

Bastia : Premier petit-déjeuner littéraire à la librairie "Les Deux Mondes"


Rédigé par Odile de Petriconi le Dimanche 29 Novembre 2015 à 23:44 | Modifié le Lundi 30 Novembre 2015 - 00:08


En ce dimanche matin, le succès a été total pour ce tout premier rendez-vous littéraire d'un nouveau genre orchestré par Sébastien Bonifay et Pierre Negrel, ces deux libraires associés passionnés par leur métier. C'est Pierre Negrel qui a eu l'idée de ce petit-déjeuner littéraire, et Sébastien Bonifay a accepté de bonne grâce ce nouveau challenge, consistant à présenter une sélection de livres autour d'une tasse de café et de viennoiseries.


Bastia : Premier petit-déjeuner littéraire à la librairie "Les Deux Mondes"
9 livres et auteurs ont été retenus pour cette première sélection, que Sébastien Bonifay et Pierre Negrel ont présenté au public: Laurent Binet, "La septième fonction du langage". Prix du roman FNAC 2015, Alejo Carpentier, "Chasse à l'homme", Jérôme Garcin, "Le voyant". Prix Relay des voyageurs lecteurs 2015, Nick Hornby, "Funny girl", François Kersaudy, "Winston Churchill", Denis Lehane, "Ce monde disparu", Charif Majdalani, "Villa des femmes", Toni Morrison, "Délivrances", Jean-Christophe Tomasi, "Dictionnaire des termes rares et littéraires".

Le choix de Sébastien Bonifay

 Le voyant, de Jérôme Garcin (Editions Gallimard). Cet ouvrage a obtenu le Prix du Parisien Magazine. L'auteur est aussi animateur de l'émission "Le masque et la plume" sur France Inter. Il a écrit de nombreux livres, parmi lesquels on peut citer : "L'écuyer mirobolant", Bartabas, roman", "Littérature vagabonde", "Olivier", "Bleu horizon"...

Sébastien Bonifay a lu ce livre par hasard. Il le définit comme un "exercice d'admiration", ce n'est ni un récit ni un roman, mais un ouvrage accessible à tout le monde qui raconte la vie de Jacques Lusseyran. Cet homme devenu aveugle à 8 ans, à la suite d'un accident, est à 17 ans le rédacteur du plus grand journal de la résistance de Paris. Ce résistant sera d'ailleurs arrêté et envoyé au camp de Buchenwald. Jacques Lusseyran désirait devenir professeur, mais cela lui a été impossible en France, car un décret du régime de Vichy interdisait aux handicapés l'accès à la fonction publique. Il partira aux Etats-Unis où bien accueilli il pourra enseigner Les Lettres et la Philosophie. Tombé dans l'oubli à notre époque, il fut aussi l'auteur de plusieurs livres : "Et la lumière fut", "Le silence des hommes", "Le monde commence aujourd'hui"...

 

- La septième fonction du langage, de Laurent Binet (Editions Grasset). Qui a tué Roland Barthes?. Prix Interallié.

Le point de départ de ce roman est la mort de Roland Barthes, renversé par une camionnette de blanchisserie le 25 février 1980 alors qu'il sort d'un déjeuner avec François Mitterrand. Roland Barthes aurait été assassiné alors qu'il transportait un document sur la septième fonction du langage, une fonction qui permet de convaincre n'importe qui de n'importe quoi. Laurent Binet offre ici un livre euphorisant, jubilatoire et intelligent. Le lecteur comprend ce qu'est la sémiologie, et intègre mieux les six fonctions du langage. Ce roman est une réussite car brillant, drôle et d'une grande justesse.

 

- Dictionnaire des termes rares et littéraires, de Jean-Christophe Tomasi (Editions Chiflet et Cie). L'auteur est professeur de mathématiques à l'université de Corse. Lorsque Jean-Christophe Tomasi était enfant, qu'il ne connaissait pas un mot et en demandait la définition à sa grand-mère, cette dernière lui répondait "Regarde dans le dictionnaire!". C'est ainsi que dès le début de son adolescence, Jean-Christophe Tomasi a commencé à noircir des carnets avec des mots relevés chez les plus grands auteurs, mais qui ne figuraient pas dans les dictionnaires. L'auteur les a collectés patiemment afin qu'ils ne tombent pas dans l'oubli, en y ajoutant une définition, et aussi l'extrait de l'oeuvre dans laquelle il est mentionné. Ces mots ont été utilisés par les plus grands écrivains (Hugo, Mallarmé, Tournier, Gracq, Huysmans....). Ce livre est un tour de force de l'auteur, car il est très demandé et au sommet des ventes. C'est aussi un très bel ouvrage, magnifiquement illustré.

 

- Funny Girl, de Nick Hornby (Editions Stock). L'auteur Britannique, avec ce livre célèbre les feuilletons à succès des Swinging Sixties. C'est un roman qui allie la légèreté à la qualité. En 1964, l'héroïne vient d'être élue Miss Blackpool, mais ce titre de reine de beauté ne l'intéresse absolument pas, car elle souhaite partir pour Londres pour jouer dans des rôles comiques. Elle veut fait rire, réussir dans l'humour. C'est un roman qui se lit comme on regarderait une série.

 

- Winston Churchill, de François Kersaudy (Editions Tallandier). Il s'agit d'une biographie de Winston Churchill, écrite par l'auteur

François Kersaudy enseignant en histoire à l'université d'Oxford avant d'être professeur à l'université de Paris I Panthéon-Sorbonne. Cet historien est un spécialiste de Winston Churchill. Cet ouvrage en est à sa quatrième réédition. Il se lit comme un roman. Winston Churchill, connu comme homme politique, était aussi un écrivain qui a obtenu le Prix Nobel de littérature en 1953. Il avait un grand sens du devoir et beaucoup de panache. Ce livre excessivement bien écrit peut être conseillé à tous les lecteurs.

 

- Ce monde disparu, de Denis Lehane (Editions Payot). Ce monde disparu est le troisième volet de la série de romans centrée autour de la famille Coughlin, il vient après "Un pays à l'aube" et "Ils vivent la nuit". Les romans de Denis Lehane sont très souvent adaptés au cinéma par de grands metteurs en scène oscarisés. Stephen King écrit à propos de ce roman policier que c'est "La meilleure histoire de gangsters depuis le parrain". L'action se déroule pendant la seconde guerre mondiale. Ce livre trace le portrait d'un personnage qui s'est laissé entrainer dans la mafia et qui le regrette. Il montre combien l'homme peut avoir de multiples facettes. C'est un roman formidable qui questionne. Ce livre est d'une grande force et offre des émotions. C'est une oeuvre très romanesque. 


Le choix de Pierre Negrel

 Villa des femmes, de Charif Majdalani (Editions du Seuil), livre récompensé par le Prix Jean Giono. L'auteur Libanais francophone enseigne la Littérature à l'Université Saint-Joseph de Beyrouth. Il offre aux lecteurs un livre écrit dans une langue parfaite. Il raconte la fin d'un monde, la fin d'une époque "Liban maronite", la fin de la prépondérance d'une ethnie... L'action se déroule au milieu des années 1960, juste avant le début de la guerre civile. L'auteur aborde le changement de la situation politique et sociale, cependant le ton n'est pas du tout tragique, le livre est rempli de nostalgie. Contrairement à ce que pourrait laisser penser le titre, ce n'est pas un livre sur les femmes, il raconte l'évolution d'une famille, des rapports sociaux pleins de douceur. Charif Majdalani dresse un tableau historique simplement beau et émouvant. Pierre Negrel a découvert cet auteur avec le plus grand plaisir, car Villa de femmes est vraiment un très beau livre. La librairie souhaiterait inviter Charif Majdalani à Bastia.

 

- Chasse à l'homme, de Alejo Carpentier (Editions Gallimard). De père Breton et de mère Russe, Alejo Carpentier est un écrivain Cubain (né à La Havane en 1904 et mort à Paris en 1980). Il était l'écrivain officiel du régime castriste.  Son écriture le fait entrer dans le domaine de la très grande littérature. Ce roman raconte l'histoire d'un homme traqué par des gens qui souhaitent l'assassiner, sous la dictature de Gerardo Machado. Chasse à l'homme a été écrit en 1956, il s'agit d'une réédition. Il ne s'agit absolument pas d'un livre sinistre. L'auteur y évoque les souvenirs d'enfance du narrateur, dans un village pauvre des montagnes. Il y parle aussi de l'adolescence du héros, de ses premiers regards portés sur les femmes. Il s'agit d'un roman très humain qui peut être une porte d'entrée dans l'oeuvre d'un écrivain qu'on ne lit plus guère, mais qui est un grand styliste. Alejo Carpentier est aussi l'auteur de "Le partage des eaux", "Le siècle des lumières"...

 

- Délivrances, de Toni Morrison (Editions Christian Bourgeois). L'auteur à reçu le Prix Nobel de littérature en 1993 pour l'ensemble de son oeuvre. Toni Morrison est Afro-Américaine. Depuis qu'elle écrit Toni Morrison n'en finit pas de décrire les dégâts de l'esclavagisme. Délivrances est l'histoire une très belle femme qui naît très noire d'une femme dont la peau était plutôt claire. De victime potentielle, cette femme devient le bourreau de quelqu'un. Toni Morrison met toujours en scène des personnages qui se montrent dignes, victimes souvent mais toujours dignes.

Ce roman est brillamment écrit, très prenant, mais aussi très dur.

Pierre Negrel considère que Toni Morrison fait partie des grands écrivains vivants.

 

Devant le grand succès de cette sympathique matinée littéraire, d'autres rendez-vous sont envisageables dans un avenir très proche.





Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 23:13 National Le CAB victime d'un doublé de Sangaré

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85540 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40957 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 348