Corse Net Infos - Pure player corse

Bastia : Pierre-Claude Giansily présente la "Peinture et sculpture en Corse au XXe siècle"


Rédigé par Odile AURACARIA le Dimanche 22 Mars 2015 à 22:05 | Modifié le Lundi 23 Mars 2015 - 00:12


l y a quelques jours, Pierre-Claude Giansily, invité par l'association des Amis du Musée et en présence de son Président Maurice Dolovici, a tenu une conférence passionnante sur l'Art en Corse au vingtième siècle.


Bastia : Pierre-Claude Giansily présente la "Peinture et sculpture en Corse au XXe siècle"
Pierre-Claude Giansily est historien de l'art et conservateur des antiquités et objets d'art du département de la Corse du Sud. Il est l'auteur du dictionnaire des peintres corses et de la Corse de 1800 à 1950, ainsi que d'"Une histoire de la peinture en Corse aux XIXe et XXe siècles" (prix du livre Corse). Pierre Claude Giansily a aussi écrit "Approche de la sculpture en Corse aux XIXe et XXe siècles". Il a rédigé cinq catalogues d'exposition et a été commissaire de huit expositions dont "Images de la Corse 1850 1950" au Musée Fesch, en 2008, et "Suzanne Cornillac" au Lazaret Ollandini en avril 2010. Il est aussi l'auteur d'une quarantaine d'articles pour des catalogues d'expositions, encyclopédies, dictionnaires, revues scientifiques et magazines, sur la peinture en Corse aux XIXe et XXe siècles mais aussi sur la sculpture et l'architecture pour ces mêmes périodes. Il donne aussi très régulièrement des conférences dans ces domaines.
La peinture dans la première partie du XXème siècle évolue très rapidement. Les peintres corses se singularisent à cause de leur formation et de leur forte identité régionale. Il existe aussi une autre façon de peindre la Corse, c'est la peinture qui est exécutée par les peintres visiteurs de la Corse. Il y a eu ainsi plus de 400 peintres qui sont venus peindre l'île (Léger, Valadon, Signac, Utrillo...) même des peintres venus de l'étranger (Whistler, Artemoff, Klee, Escher, Barnett...). C'est principalement entre 1920 et 1930 que sont venus ces peintres.
 

Peintres d'ici et d'ailleurs

Peintres à Bastia
- Albert Gillio (1892-1964), peintre de chevalet et peintre décorateur.
- Fernand Cresci (1909-1996) qui part à Rome entre 1928 et 1938. Il fonde l'académie des peintres bastiais avec Hector Filippi, c'est un peintre de portraits et de paysages.
- Hector Filippi (1893-1965) qui reçoit l'enseignement du peintre Alessi et du sculpteur Pekle. Il perfectionne son art à la Villa Médicis et à l'Académie des Beaux Arts de Rome.
- Hector Brunini (1863-1943), portraitiste réputé à Paris.
- Françoise Castellini, qui réalise surtout des aquarelles (Au marché de Bastia 1932, Bastia Fontaine neuve, Poissonnières à Bastia...)

Peintre corse à Marseille
- Marcel Poggioli (1882-1969) qui a effectué ses études aux Beaux Arts de Marseille et de Paris. Il fut un peintre corse et provençal. Peintre décorateur, au Palais de la Bourse à Marseille (Les échevins), mais aussi peintre de Piana, il excellait dans la peinture de vues au crépuscule.

Artistes corses en Afrique du Nord
- Alexandre Alfonsi (1886-1944), peintre et ébéniste qui avait étudié aux Beaux Arts d'Alger. C'était un excellent dessinateur.
- François Acquatella (Frac) (1876-1942), peintre et dessinateur humoristique.
- Louis Ferdinand Antoni (1872-1940), illustrations pour la Corse dans l'Histoire d'Antoine Albitreccia - Bonifacio 1927. On peut trouver ses oeuvres lors de ventes de tableaux orientalistes. Il fait partie des fils de corses qui se sont installés en Algérie dans la seconde moitié du XIXe siècle. Il a étudié à l'Ecole des Beaux Arts d'Alger puis de Paris.

L'école d'Ajaccio (1900-1950)
Il faut noter l'importance de la Galerie Bassoul.

- Jean-Baptiste Bassoul (1875-1934) qui a étudié aux Arts décoratifs de Paris. Parmi ses oeuvres on peut distinguer "Le vieux médaillé" (1901) présenté à la Société Nationale des Beaux-Arts de 1925, mais qui n'avait rien à voir avec un médaillé valeureux combattant de 1914/1918. Ce "Vieux médaillé" a été offert au Musée Fesch par la famille Bassoul ainsi que des carnets de dessins.
- François Corbellini (1863-1943), peintre et illustrateur notamment de cartes postales. Il est aussi l'auteur d'écrits sur l'art. Il avait fait ses études aux Beaux-Arts de Paris. Ce fut un très bon peintre de chevalet et aquarelliste. On lui doit par exemple l'huile sur toile : Au marché d'Ajaccio "Les vendeuses".
- Léon-Charles Canniccioni (1879-1957) qui fut étudiant aux Arts décos et aux Beaux Arts de Paris. Il peint peu. C'est le portraitiste des parisiens chics. IL réalise plusieurs modèle d'une même toile, un petit, un moyen et un grand format. C'est un peintre des types et coutumes, de la religion "La vocératrice" (Salon des artistes français en 1935). On lui doit aussi "l'inauguration du monument aux morts d'Ajaccio".
- Jacques Martin Capponi (1865-1936). Il avait fait ses études aux Beaux-Arts de Paris avant de s'installer à Marseille en 1907. Peintre, il effectue aussi des décorations murales. Il effectue aussi des recherches chromatiques sur des carnets.
- Jean Canavaggio (1884-1941). Il fut professeur de dessin au lycée Fesch. Il peignait pour son plaisir. Il a su introduire de touche de modernité régionale propre à son temps et au milieu artistique qu'il fréquentait. Deux carnets de dessin ont été offerts au Musée Fesch par ses descendants.
- Lucien Peri (1880-1948). Il fut le peintre des régions françaises et de toute la Corse. Il a eu une renommée nationale et même internationale. Il a quitté Ajaccio pour Paris dans les années 1920. Peintre des éléments et de la nature il a été très fertile. Il était également illustrateur. Sa toile "Les lavandières de Porticcio" a obtenu une médaille d'or.
- Dominique Frassati (1896-1947). Il mène une vie de bohème pendant longtemps dans son atelier de Paris. Il s'installe à Oran de 1923 à 1928 et y peint des scènes de la rue ou de la vie quotidienne (marchands de fruits). Par la suite à Ajaccio il devient un très grand portraitiste. Mais il réalise aussi des affiches, des devantures de magasins, il est aussi peintre décorateur dans des églises. Il décore le plafond du salon d'honneur de l'Hôtel de Ville d'Ajaccio. C'est aussi un peintre de la fantaisie (Une sortie du casino d'Ajaccio, une heure du matin). Il peint aussi des procession. En juin 1936, il devient conservateur adjoint du Musée Fesch.


Relation peinture- sculpture au cours de la première moitié du XXème siècle. Période 1900-1950
Il y a six grands noms de la sculpture en Corse. Avec les marbriers dont il ne faut pas négliger le talent et le travail, ils ont été les auteurs des monuments aux morts.
- Jean-Dominique Aubine (1888-1977)
- Louis Patriarche (1872-1955) et Jean-Mathieu Pekle (1868-1956), monument aux morts de Bastia
- Damaso Maestracci, monument aux morts d'Occhiatana
- Elie Ottavy, qui a fait une dizaine de monuments aux morts pour la France entière
- Jules Pollacchi (1877-1958), monument aux morts de Pianello

Dans le secteur de la sculpture, chaque oeuvre a une histoire
Louis Patriarche était un sculpteur corse à la Monnaie de Paris. Pierre Dionisi (1904-1976) a répondu a un grand nombre de commandes publiques. Il en est de même pour Jean-Mathieu Pekle qui a par ailleurs formé beaucoup de sculpteurs et a été professeur au Lycée de Bastia. Certains d'entre-eux, comme Jean-Dominique Aubine ou Louis Patriarche ont réalisé des bustes d'hommes célèbres. Ils ont pu aussi réaliser des oeuvres s'inspirant de la tradition corse, tel Louis Patriarche avec sa "Porteuse d'eau" de Calvi

La peinture autour des années 1950
C'est une période pendant laquelle les peintres sont peu nombreux en Corse
- José Fabri-Canti (dit José Fabrikant) (1916-1974)
- Louis de Casabianca (1904-1976)
- Emile Brod (1882-1974)

A Paris on retrouve
- Robert Falcucci (1900-1989), affichiste, peintre de la Corse
- Nicolas Carrega (1914-1993), dessinateur, peintre, sculpteur, réalisateur de vitraux
- Pierre Velutini (1921-2008), qui avait fait ses études aux Beaux-Arts de Paris et qui a eu pour camarades d'atelier Bernard Buffet et César.

Les nouvelles tendances

En 1957, José Lorenzi créé la section artistique au lycée de Bastia. Le but est de permettre aux étudiants de s'orienter puis de faire carrière dans les arts plastiques. Parmi eux on peut citer Ange Leccia et Jean-Paul Marchesi qui ont atteint une renommée internationale. D'autres artistes marquent une véritable rupture avec la peinture figurative (Bernard Filippi, Jean-Paul Pancrazi, Toussaint Dominici...). De son côté Dominique Degli-Esposti entame une carrière de plasticien (peintre, photographe, cinéaste).
En 1957, toujours, Toni Casalonga créé "L'atelier de la Pléiade" à Pigna. C'est la première étape d'une réflexion qui aboutira en octobre 1964 à l'officialisation de la Corsicada.
En 1959, création à Palasca de Cyrne Arte, par José Fabri-Canti. Cette structure, outre les arts plastiques s'étend au théâtre et à la musique.
En 1963, création de l'Unec.
Des peintres se font connaître, Pierre Graziani à Ajaccio avec sa période du "nuagisme", Louis Schiavo (peintre autodidacte de Bastia), Chisa (Stéphane Giudicelli), des sculpteurs aussi Yves Borghesi, le groupe Munimenti (Toni Casalonga, Noël Martinetti, André Truchon). Certains de ces sculpteurs réalisent des monuments de ville (Max Hérold, Gabriel Diana, Juan Berrone, Antoniuccio Volti...) d'autres se spécialisent dans les monuments aux morts (Georges Léopold Crouzat, Annette Fontanarosa, Ginette Cals, José Pini, Noël Bonardi...)


Le paysage artistique de ces quarante dernières années
C'est grâce au milieu associatif que les choses évoluent. La presse rend aussi compte de plus en plus du travail des artistes. Les musées s'ouvrent à l'art contemporain, des galeries s'installent. Il faut notamment citer la galerie-librairie "La Marge" d'Ajaccio qui a eu un rôle capital entre les années 1977 et 2004. Durant cette période plus de 1000 expositions y ont été organisées et plus de 700 artistes exposés (Rachid Koraïchi, Hassan Massoudy, Hervé Di Rosa, Bernard Filippi, Toni Casalonga, Linda Calderon...).
Si la Corse ne possède pas d'école d'art, elle est au moins dotée d'un FRAC depuis 1986. Institution dont la collection a été très tôt été identifiée comme une des plus remarquables. Le FRAC Corse constitue en effet une collection d'intérêt international représentant un patrimoine de premier ordre pour la Corse. Ce FRAC rend accessible au public les oeuvres les plus importantes de l'Histoire de l'Art de ces trente dernières années, et il soutient aussi la création en Corse agissant comme un relais professionnel auprès des artistes. Le FRAC met aussi en place des échanges et des résidences d'artistes. Le FRAC est actuellement la seule structure de niveau national en Corse qui a su déclencher une grande dynamique de promotion de l'art contemporain.

Les tendances actuelles en peinture depuis 1980 : (figuratif abstrait, néo-expressionisme, tendances de l'art américain, importance donnée au travail de la matière...) avec Toussaint Mufragi, Guy-Paul Chauder, Agnès Acorsi, Maddalena Rodriguez-Antoniotti, Jean-Marc Idir, François Salvini, François Retali...

Les tendances actuelles en sculpture depuis 1980 : (abstraction, tendances de l'art américain, importance donnée au travail de la matière, gigantisme...) avec Pierre Pardon, José Pini...


A noter qu'un nouvel ouvrage de Pierre-Claude Giansily doit voir le jour dans le courant de cette année 2015 il s'agit de L' "Histoire de la sculpture en Corse aux XIXe et XXe siècles et dictionnaire des sculpteurs".





Dans la même rubrique :
< >

Lundi 5 Décembre 2016 - 21:26 Et si on mangeait du grillon pour ce réveillon?

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85327 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40803 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 346