Corse Net Infos - Pure player corse

Bastia : Musanostra avait rendez-vous avec l'histoire


Rédigé par le Samedi 21 Mars 2015 à 18:12 | Modifié le Samedi 21 Mars 2015 - 22:33


L’association Musanostra, présidée par Marie-France Bereni-Canazzi a, récemment, organisé un café littéraire sous les voûtes accueillantes du bel établissement de l’œnothèque AL (1, rue Notre dame de Lourdes). Depuis sa création, qui date de 2008, Musanostra a désormais trouvé sa place dans le domaine de l’animation culturelle. On en connaît le principe : établir « un forum culturel populaire », collégial et participatif pour tout ce qui touche à la littérature. Son site interactif est très fréquenté, et s’étend bien au-delà des rivages de l’île.


Bastia : Musanostra avait rendez-vous avec l'histoire

La thématique générale de la réunion de mercredi dernier était celle de l’histoire.
Dans une salle comble, et  une ambiance très conviviale, les interventions et les échanges ont été vifs et nombreux.
Il a été question des écrits de celui qui n’était alors que le colonel De Gaulle, mais qui  affirmait sa présence avant même le grand test de 1940, du genre de la biographie, telles celles  de Jacques Cœur, de Karen Blixen ; la biographie de Marie-Antoinette par Stefan Zweig reprise par le « biopic » de Sofia Coppola, dans un grand écart temporel et stylistique, de la collection « grands détectives » chez 10/18 qui publie des enquêtes policières dans un contexte historique,  de l’autobiographie d’un héros extraordinaire de la Résistance, Jacques Lusseyran,  et d’un roman de Jean Michel Neri à paraître, Minoru,  un samourai du 18e siècle qui  se retrouve en Corse au moment où Pascal Paoli va se trouver contraint de quitter son pays natal.


Cette intervention nous a menés tout naturellement à commenter un ouvrage qui vient de paraître, Pascal Paoli en Angleterre, trente trois années d’exil et d’engagement. (Editions Alain Piazzola, Università di Corsica).
L’auteur, Francis Beretti, agrégé d’anglais, est professeur émérite de l’université de Corse. L’ambition de cette recherche, fondée sur des travaux d’historiens et d’universitaires anglais et américains, et des enquêtes personnelles, est d’éclairer d’un jour nouveau  un pan important de la vie de Pascal Paoli qui était resté jusqu’à ce jour obscur.
On comprend aisément les raisons de cette ignorance : pendant la durée de ses deux exils en Angleterre, de 1769 à 1790, et de 1795 à 1807, Paoli a perdu son statut de chef politique ; il est donc quantité négligeable aux yeux des historiens. Et pourtant, cela ne manque pas d’intérêt d’apprendre que le roi George III et quelques aristocrates  britanniques lui ont réservé un accueil généreux, et qu’il fréquentait régulièrement un cercle d’artistes et de lettrés parmi les plus célèbres du temps.
Le peintre à la mode Richard Cosway, Gaetano Polidori, qui devint le secrétaire de Lord Byron, Francesco Sastres, proche de Samuel Johnson. On ne saurait passer sous silence l’estime que portait au chef corse le grand homme de lettres Samuel Johnson.  

 

L’auteur s’est prêté au jeu des nombreuses questions des passionnés d’histoire, sur l’identification de  Frances Vivian, sur les raisons du prestige de Paoli en Grande-Bretagne, sur la familiarité des aristocrates avec la langue et la civilisation italiennes, et même sur la nature de ses liens avec la charmante artiste anglo-florentine Maria Cosway !
 La soirée s’est terminée avec une séance de dédicaces.
---
 musanostra.fr
Prochains rendez vous  le 24 Mars à Corte (CCU): Echos art/Littérature et le 13 avril a 20 heures à Bastia, "L'imaginaire, l'illustration et la bande dessinée, un accès privilégié à la connaissance !" 




A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85264 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40788 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 345