Corse Net Infos - Pure player corse

Ayrault : 10 mesures pour la Corse


Rédigé par Damien Bianchi le Mercredi 24 Octobre 2012 à 01:44 | Modifié le Vendredi 26 Octobre 2012 - 16:09


Le premier ministre a présenté ce lundi, après une réunion avec notamment les ministres de l’intérieur et de la justice, Manuel Valls et Christiane Taubira, une stratégie globale pour lutter contre la criminalité en Corse. Lors d’un court point presse qui a suivi la réunion, Jean Marc Ayrault a annoncé une série de 10 mesures et réaffirmé la volonté de l’Etat de tenir : « tous ses engagements dans ce domaine, comme dans tous les autres".


Ayrault : 10 mesures pour la Corse

Le premier ministre a dénoncé "une situation sans commune mesure avec une autre région française" minée par "l’affairisme". "La dérive actuelle doit être stoppée", a-t-il ajouté", tout en rappelant que "l'immense majorité des Corses aspire à la paix et la sécurité, elle refuse que le banditisme impose ses propres règles".

 

Il a insisté sur "les affaires économiques et financières à l'origine de la plupart des homicides. Elles sont la cible de la stratégie qui vient d'être adoptée". "Une attention particulière sera portée à la lutte contre le blanchiment (…) notamment dans le domaine de l'immobilier et y compris du sport, ainsi qu'aux procédures de marchés publics, aux autorisations d'urbanisme"

 

Jean Marc Ayrault a donc annoncé un comité de veille stratégique de llutte contre la fraude en Corse pour identifier les circuits mafieux et travailler sur les mouvements de patrimoine.

 

De même, une cellule interministérielle de coordination qui décidera des missions en étroite collaboration avec le préfet de Corse verra le jour.  

 

Au niveau pénal, par ailleurs, Jean-Marc Ayrault a affirmé qu’une "circulaire de politique pénale territoriale" rentrerait en vigueur. Elle sera identique à celle, a-t-il dit, «qui a été adoptée récemment par le Conseil des ministres» pour la région marseillaise qui centralise les enquêtes au niveau de la JIRS.

 

Pour renforcer la lutte contre le blanchiment, le pôle économique et financier de Bastia verra ses pouvoirs et ses moyens en juges d’instruction renforcés.

De plus, des "moyens d'enquête supplémentaires" seront destinés, notamment à "l'unité spécialisée de la gendarmerie nationale" et à la "coordination de la sécurité intérieur".  

 

Le premier ministre en a également appelé à la responsabilité des corses. Si, reconnaît-il, "l'immense majorité des Corses souffrent de cette situation, chacun doit s'interroger sur les racines de cette violence".


Ayrault : 10 mesures pour la Corse

Camille Rocca Serra : « Les évènements récents justifient les moyens annoncés par le Gouvernement »

« Les évènements récents justifient les moyens annoncés par le Gouvernement. Maintenant, je suis, comme tous les corses, en attente des résultats. Les propositions faites ce matin doivent être suivies des faits. Le renforcement des moyens techniques et une meilleure coordination sont certes nécessaires. Pour ma part, an matière de justice, je souhaiterais que l’on saisisse davantage les juridictions locales plutôt que de délocaliser les actions sur les continent. On doit faire confiance à la Corse. La République doit être aussi présente en Corse qu’ailleurs. Elle n’a pas à être «hors-sol». Bien au contraire.

Aujourd’hui, par le biais d’investigations organisées et coordonnées, il y a moyen d’élucider ces crimes odieux. C’est ainsi que l’on rendra l’impunité plus difficile et que l’on enrayera cette spirale destructrice. Il y a aussi des dispositifs d’anticipation à mettre en oeuvre pour éviter que de telles exactions se reproduisent.

Le Gouvernement envisage de s’attaquer à la délinquance économique dans toutes ses dimensions. Les services compétents ont certainement assez d’éléments pour choisir cette orientation. Au-delà de l’impérieuse question de sécurité, il faudrait parallèlement mener une réflexion sur le développement et la formation des hommes. Et surtout adresser un message à notre jeunesse qui n’est pas condamnée à vivre avec une arme à la main. Il lui faut aujourd’hui un message d’espoir pour lui permettre de s’épanouir pleinement en Corse et d’avoir confiance en l’avenir.»


Ayrault : 10 mesures pour la Corse
Simon Renucci :  « A situation extraordinaire, justice ordinaire »
« Alors que la population insulaire dit unanimement son effroi face au déchainement de violence  qui vient de frapper notre île, que la Corse est à l’épreuve de ce que l’on nomme « la banalisation du mal », le gouvernement Ayrault a envoyé un signe fort. Celui, trop souvent oublié, faisant  de la sécurité des biens et des personnes une prérogative régalienne dévolue à l’Etat.

Ce message a été entendu et compris par l’opinion publique insulaire et au-delà. 

Aussi, la création du comité interministériel est en soi un premier pas vers la réussite que chacun appelle de ses vœux, à commencer par la société elle-même. Du reste, les 10 propositions correspondent à une feuille de route qui ne demande qu’à être affinée. D’ores et déjà, une stratégie globale s’esquisse.  Néanmoins, il faudra être vigilant  dans l’application concrète de cette série de mesures. Pour ma part, je demeure réservé sur la directive de politique pénale spécifique. En écho, les propos de Jacques Attali nous reviennent en mémoire lorsqu’il affirmait : « A situation extraordinaire, justice ordinaire. 
 




Corse | Entretiens | Elections | Institutions


Les plus récentes
Corse
Nicole Mari | 11/09/2013 | 5936 vues
00000  (0 vote) | 1 Commentaire
Corse
Charles Monti | 22/08/2012 | 4415 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 11