Corse Net Infos - Pure player corse

"Articorsica" et l'Association Adrien Lippini au CSJC d'Ajaccio


Rédigé par le Mardi 2 Juillet 2013 à 19:56 | Modifié le Mercredi 3 Juillet 2013 - 06:22


En avant première avec l’accord de France Télévision, a eu lieu au CSJC d’Ajaccio le 25 juin, la diffusion du film « Arcticorsica carnet de voyage d’un homme libre ». Un documentaire de 26 minutes retraçant le périple en kayak et vélo de Frank Bruno, unijambiste, qui a rallié le phare le plus septentrional européen Gamvik (Norvège), avec le phare le plus méridional français, Lavezzi (Corse), uniquement en utilisant des moyens non motorisés et pour une distance d’environ 5000 km. Dans un deuxième temps, Françoise et Gilbert Lippini sont intervenus pour sensibiliser le public aux actions de leur association « Adrien-Lippini ».


Tous les acteurs de cette soirée réunis au CSJC /Photo Marilyne SANTI
Tous les acteurs de cette soirée réunis au CSJC /Photo Marilyne SANTI
« Je veux démontrer que, même avec une mutilation on peut être un homme à part entière. Être unijambiste n’est pas une fatalité mais juste un défi à relever. » C’est sur son blog,  http://www.boutdevie.org/ , que Franck Bruno parle le mieux des personnes amputées et de ce « potentiel de vie » qui leur permettra de se dépasser dans des projets culturels et sportifs.
L’association, qui n’est pas exclusivement réservée aux personnes amputés, n’a aucun critère de sélection, si ce n’est celui qui passera par la solidarité, l’entraide, le partage et l’accompagnement. Briser l’isolement, aider des projets de vie, dynamiser la recherche en matière de prothèse et assurer le financement d’appareillage spécifique en matière d’amputation orpheline, sont quelques unes des missions de l’association de Frank Bruno.
Le sport y tient une place prépondérante. Des stage de plongée sous-marine, ski alpin, voile, kayak, canoë, vol à voile, escalade, via-ferrata, char à voile, canyoning, chute libre, F1 bi place, cyclisme, triahtlon, sont régulièrement organisés. Les stagiaires, au terme de ces activités sportives, se découvriront juste différents et non handicapés.
Et Frank Bruno le prouve régulièrement,  en relevant ce défi que la vie lui a donné. Unijambiste à la suite d’un accident, il ne cesse de dépasser ses limites, sur des projets comme ce périple en Kayak de mer et vélo de juin à octobre 2012, qui l’a conduit de la Norvège jusqu’à l’extrême sud de la Corse. Une caméra pour compagne, un téléphone satellite, un PC Toughbook résistant aux milieux les plus hostiles, une balise spot pour être localisé toutes les demi-heure et une équipe présente uniquement à chaque changement de moyen de locomotion seront ses seuls liens avec le monde.
Il traversera ainsi la Lagonie avec « un moral au fond de la prothèse » plaisantera-t-il, la Suède et une mer de Botnie qui lui a laissé penser que la mort l’attendait à cet endroit! Puis la mer Baltique et l’ex Allemagne de l’Est où la pratique du vélo fut quelque peu difficile. La Suisse, et les Alpes d’où cet aventurier sentait déjà la mer et enfin l’Italie, la Méditerranée, l’île d’Elbe et Bastia jusqu’aux îles Lavezzi.

L'action de l’Association Adrien Lippini

Témoigner pour sensibiliser / Photo Marilyne SANTI
C’est parce que Frank Bruno peut témoigner de sa pratique du vélo et de ses dangers, qu’il accompagnait ce soir-là Françoise et Gilbert Lippini. Ces parents, en partenariat avec le Vélo Club de Biguglia et la Fédération Française de Cyclisme, ont créé l’Association Adrien Lippini, qui porte le nom de leur fils de 16 ans, victime d’un accident de la route à vélo le 14 juillet 2009 en Haute Corse.
C’est toute l’année, qu’ils mènent des actions de communication et de sensibilisation auprès du jeune public en intervenant dans les milieux scolaires, sportifs ainsi que vers le public adulte. La prévention routière en vélo est un de leur cheval de bataille, tout comme leur action auprès des services publics pour développer la création de pistes cyclables sur les grands axes routiers de Corse, des bandes cyclables et des voies vertes.
Mais protéger le cycliste de ses propres erreurs de conduite passe aussi par la sensibilisation des automobilistes à la vulnérabilité des cyclistes. C’est dans ce but qu’a été élaborée une Charte de Respect du Cycliste en Corse. Elle propose dix engagements pour le cycliste et autant pour l’automobiliste (http://adrienlippini.blogspot.com/ ).
Les usagers de la bicyclette constituent près de 4% des tués et 5% sur la route. Les plus vulnérables sont les jeunes et les personnes âgées de plus de 50 ans. Les accidents mortels ont lieu majoritairement en rase campagne pour 54% des tués, hors intersection pour 75% et de jour pour 79%. Huit cyclistes sur dix sont des hommes.
« L’irréparable n’est pas une fatalité et peut-être évité par une meilleure compréhension des règles élémentaires de prudence et de respect mutuels sur la route ». A ces règles on rajoutera le port du casque qui n’est pas obligatoire, mais indispensable, puisqu’il permet de réduire les blessures graves à la tête (traumatismes crâniens, lésions au cerveau) de 70%.
Tour de France et ses trois étapes en Corse, oblige, l’association avait édité des flyers résumant les huit consignes de sécurité pour les spectateurs de la course.




Dans la même rubrique :
< >

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85317 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40799 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 345