Corse Net Infos - Pure player corse

Arrêtés Miot : Des réunions de combat


Rédigé par Nicole Mari le Samedi 19 Janvier 2013 à 23:01 | Modifié le Lundi 21 Janvier 2013 - 00:31


Les nationalistes modérés de Femu a Corsica multiplient les réunions publiques pour mobiliser la population insulaire sur le rétablissement de la prorogation des Arrêtés Miot. Après deux réunions à Cuttoli et à Ghisonaccia qui, chaque fois, ont fait le plein, ils étaient vendredi soir à Bastia pour livrer, exemples chiffrés à l’appui (voir ci-dessous), une démonstration implacable sur les conséquences financières et patrimoniales de l’abrupte décision du Conseil Constitutionnel. A Corte, samedi après midi, le Collectif de la société civile s’est réuni, en présence également des responsables nationalistes, pour définir les grands axes du plan d’actions à mener dans les semaines à-venir. Au programme : une grande manifestation prévue, pour l’instant, le 9 février.


Arrêtés Miot : Des réunions de combat
La défense des Arrêtés Miot a, toujours, été le cheval de bataille des Nationalistes modérés, notamment depuis leur élection à l’assemblée de Corse (CTC) en 2010. Depuis la décision du Conseil Constitutionnel d’annuler, ex abrupto, la prorogation de cette exonération fiscale sur les droits de succession qui venait d’être obtenue pour 5 ans, les élus du groupe Femu a Corsica et leurs militants réagissent sur tous les fronts, à Paris comme dans l’île, dans les commissions de la CTC, comme auprès de la population et réussissent à rassembler, comme ils le souhaitent, au-delà de tout esprit partisan. Vendredi soir, à la salle des fêtes de Lupino, la troisième réunion publique, qu’ils ont organisée sur le sujet, a, comme ses précédentes, fait le plein. Plus de 300 personnes se sont déplacées, mais aussi des élus de droite et de gauche et des représentants de la société civile, pour écouter une démonstration qui a fait mouche.
 
Des idées reçues
Déterminé, didactique et pédagogue, le leader bastiais Gilles Simeoni a, d’emblée, pris soin de rappeler que l’enjeu, comme l’action, dépassait les simples considérations politiques ou nationalistes et concernait tous les Corses. « Ce n’est pas un combat nationaliste. C’est un combat commun que nous devons mener ensemble et que nous allons gagner ensemble ».
Il va, ensuite, s’attaquer à démonter certaines idées reçues, notamment celle qui prétend que les insulaires ne payent aucun impôt sur les droits de succession. « C’est faux ! ». En effet, le droit commun est applicable à tous les biens meubles (argent, valeurs, actions…) et immeubles, acquis à titre onéreux, depuis le 23 janvier 2002. Ce qui signifie que le régime antérieur des Arrêtés Miot ne protège que les biens transmis par héritage, c’est-à-dire le patrimoine des Corses, notamment les maisons de village.
S’inscrivant en faux contre les propos du Parti communiste et du syndicat CGT qui prétendent que seuls les riches sont concernés par la fin des Arrêtés Miot, il affirme : « Si nous acceptons cette abrogation, nous allons être dépossédés individuellement et collectivement. Combien de Corses vont devoir vendre une partie de leurs biens pour payer les droits de succession ? ».
 
Les petits patrimoines, premiers touchés
Exemples à l’appui, transmis par le Conseil régional des notaires, l’avocat bastiais va s’appliquer à montrer que tous, et surtout les plus petits patrimoines, seront durement touchés par l’abrogation des Arrêtés Miot. Il va citer 3 exemples de patrimoine estimé entre 280 000 € et 460 000 €, en indiquant, pour chacun, le montant des droits à payer, selon la nature des liens familiaux. (Cf tableaux ci-dessous).
La démonstration va être édifiante et va faire réagir le public, choqué par l’ampleur des chiffres avancés.
Pour exemple, un enfant unique héritant d’un de ses parents devra, pour un patrimoine de 280 000 € composé d’un appartement en ville, d’une maison de village, d’une voiture et d’un compte en banque, payer, après donation, plus de 34 000 € de droits de succession. Dans le cas d’une transmission indirecte, c’est-à-dire d’oncle à neveu, une spécificité de l’île qui compte 2 fois plus de transmissions de ce type que le continent, le montant des droits à acquitter dépasserait 167 000 €.
 
Les biens de village, en ligne de mire
Des chiffres qui ne peuvent que flamber puisque la valeur retenue du patrimoine, qui détermine le montant des droits de succession, est la valeur vénale, c’est-à-dire estimée au prix d’un marché local soumis à une spéculation immobilière et foncière effrénée.
Ainsi, le récent achat, par un milliardaire russe, d’un terrain agricole à 1000 € le m2 dans l’Extrême-Sud est à prendre en compte dans l’estimation de la valeur vénale du prix du m2 agricole dans cette région ! C’est dire si, à ce tarif-là, peu d’insulaires auront les moyens de payer des droits de succession !
Pour les Nationalistes, les Corses les moins nantis, confrontés à cette situation dans un contexte de grave crise économique, devront, pour acquitter leurs droits, vendre ce qui leur est le moins indispensable pour vivre. Ne pouvant se défaire de leur logement principal, ils devront donc, sacrifier leurs maisons et leurs terrains de village !
 
Appel à la mobilisation
« Il nous reste à dire que les Corses n’acceptent pas. Nous n’acceptons pas cette dépossession. Nous ne reculerons devant rien ! », martèle Gilles Simeoni. Avertissant que l’état d’esprit du gouvernement n’est guère « à la discussion, mais est à la manœuvre », il a appelé les Corses à renforcer la mobilisation et dressé un plan d’action (Cf interview par ailleurs).
Déjà plus de 10 000 personnes ont signé la pétition de protestation proposée par Femu a Corsica et adressée au président de la République. Près de 6 635 signataires en ligne auxquels s’ajoutent 3500 signatures sur papier.
Les élus présents expliquent, en aparté, qu’ils sont interpellés ou arrêtés, en permanence, dans la rue par des gens inquiets. Ils rapportent « le profond sentiment d’injustice » ressenti devant ce que Jean Christophe Angelini qualifiait, lors de la précédente réunion à Ghisonaccia, de « décision scélérate ».
 
La société civile en action
Samedi après-midi, les élus nationalistes de tous bords ont rejoint, à Corte, le Collectif de la société civile, présidé par Me Alain Spadoni, président du Conseil régional des notaires, pour une nouvelle réunion publique de combat. Il s’agissait d’analyser les raisons qui ont prévalu à la décision du Conseil Constitutionnel et ses conséquences qui dépassent la simple question fiscale. Le Collectif veut préciser la stratégie à adopter, tant au niveau de la CTC que de la population qu’il entend mobiliser. Il se réunira, de nouveau, samedi prochain pour définir les modalités d’une grande manifestation populaire. Prévue initialement le 26 janvier, elle pourrait, finalement, avoir lieu le 9 février. A suivre…
 
N.M.
 
* Deux précisions concernant les exemples chiffrés donnés par Femu a Corsica et les notaires. Les calculs sont basés sur la situation la plus avantageuse pour les personnes concernées. Ces exemples chiffrés ne sont justes que dans la mesure où les abattements applicables n’auront pas été utilisés (par le biais de donations) dans les 15 ans ayant précédé le décès.
 
Lien pour signer la pétition :
http://www.change.org/fr/p%C3%A9titions/femu-a-corsica-sauvons-les-arr%C3%AAt%C3%A9s-miot-2?utm_source=guides&utm_medium=email&utm_campaign=petition_created

Arrêtés Miot : Des réunions de combat

Arrêtés Miot : Des réunions de combat

Arrêtés Miot : Des réunions de combat





1.Posté par Pollini Joseph le 20/01/2013 11:41
Je ne suis convaincu que d'un fait, c'est que les neveux et héritiers au 4ème degré auront à payer une forte somme, ou à vendre une partie de leur héritage , pour pouvoir l'acquérir. C'est ce qui se passe partout ailleurs sur le continent, en France en particulier, me semble-t-il et cela me paraît juste, au sens où les droits et devoirs de chacun sont les mêmes. Ce qui est juste dans ces cas n'est pas forcément agréable! Pour le reste, les descendants directs je trouve qu'ils ne sont pas plus lésés qu'ailleurs mais il est vrai que les héritiers de très gros patrimoines auront des difficultés à payer,surtout s'ils sont plusieurs! Toutefois, pour les héritages évalués sur les trois exemples donnés( 350000, 280000 et 460000 euros ), les sommes à payer pour un seul et plus encore pour deux enfants héritiers directs ne me paraissent pas exagérées, mais il est vrai que chacun , en Corse comme sur le continent, préférerait ne rien avoir à payer.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85522 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40944 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 348