Corse Net Infos - Pure player corse

Antoine Sollacaro : La JIRS saisie


Rédigé par Y C. Garcia le Mercredi 24 Octobre 2012 à 02:08 | Modifié le Jeudi 25 Octobre 2012 - 16:55


A la suite de l’assassinat de Maitre Antoine Sollacaro mardi matin à Ajaccio, le procureur de la République d’Ajaccio Xavier Bonhomme a tenu en soirée, en présence du directeur régional de la police judiciaire (DRPJ) Eric Arella, une conférence de presse afin d’évoquer prudemment les premiers éléments de l’enquête qui a été confiée dans le courant de l’après-midi à la Juridiction Interrégionale Spécialisée (JIRS) de Marseille.


Antoine Sollacaro : La JIRS saisie

Les journalistes étaient nombreux mardi soir devant le Palais de Justice d’Ajaccio afin d’assister à la conférence de presse du procureur de la République d’Ajaccio Xavier Bonhomme, après l’assassinat brutal du célèbre avocat Ajaccien Maître Antoine Sollacaro ce matin sur le parvis de la station service Total de la route des Sanguinaires.
Le procureur Xavier Bonhomme, accompagné du directeur de la DRPJ Eric Arella, a entamé la conférence de presse en évoquant le sentiment de tristesse et d’émotion suscité par l’assassinat de Me Sollacaro. « Je suis tout d’abord ici pour faire part de ma vive émotion et de celle des magistrats du parquet suite à cet assassinat. C’est un acte de violence inadmissible qui touche avant tout sa famille à laquelle je présente mes condoléances. Mais cet assassinat, c'est-à-dire un meurtre prémédité, touche également tout le barreau et la famille judiciaire dans son ensemble » a-t-il affirmé. Et d’ajouter : « Cet assassinat est également une attaque directe aux valeurs qui fondent la justice ».
 

L’autopsie mercredi

Au-delà de l’émotion palpable partagée par tous, sur les faits et les éléments recueillis par les enquêteurs tout au long de la journée, peu de choses ont réellement été évoquées.

Le procureur a confirmé le déroulement global des faits et précisé que Me Antoine Sollacaro se trouvait à la station-service pour acheter son journal, comme tous les matins avant de se rendre à son cabinet. C’est là, que 2 individus casqués et circulant sur une moto BMW de grosse cylindrée sont arrivés à hauteur du véhicule. Le passager du 2 roues descendant ensuite de la machine pour tirer à 9 reprises sur l’avocat avec des balles de calibre 11.43. avant de repartir en trombe. Les coups de feu ont atteint Me Antoine Sollacaro à six reprises à la tête mais également au thorax, ne lui laissant strictement aucune chance. Il est décédé sur le coup au volant de son véhicule. L’autopsie de la dépouille de Maitre Sollacaro aura lieu demain. 
 

La JIRS de Marseille saisie du dossier

Le dossier quant à lui a rapidement été dépaysé pour être confié dans le courant de l’après-midi à la Juridiction Interrégionale Spécialisée (JIRS) de Marseille, compétente dans les affaires liées au grand banditisme. Le procureur de la République a également précisé que « d’importants moyens étaient mis en œuvre par la Direction Régionale de la Police Judiciaire (DRPJ) pour faire avancer les investigations et que 10 policiers du continent vont rapidement venir en renfort en Corse. ».
 

Les bandes de vidéo surveillance exploitées

Du point de vue de l’enquête en elle-même, Xavier Bonhomme a affirmé que « les bandes vidéo des caméras de surveillance de la station service ont été étudiées et qu’après visionnage, cela confirme la thèse du contrat avec les méthodes caractéristiques du grand banditisme ». Toutefois, le procureur est resté très prudent sur ses déclarations, indiquant n’avoir aucune piste précise pour l’instant et que les éléments en possession des enquêteurs ne permettent pas de préciser une quelconque orientation. « Toutes les pistes vont être exploitées. Les éléments en notre possession ne permettent pas de déterminer les raisons qui ont poussé des individus à commettre cet acte qui trouble de manière exceptionnelle l'ordre public » a-t-il affirmé.
 

Pas d’éléments concrets en faveur d’un lien avec l’assassinat d’Aregno

Le célèbre avocat Ajaccien n’avait pas, à priori, fait l’objet de menaces de mort récemment et il ne traitait pas de dossiers particulièrement "chauds". Quand à faire le lien avec l’assassinat de l’ancien militant nationaliste Jean-Do Allegrini-Simonetti abattu ce matin à Aregno dans des conditions similaires, « aucun élément concret ne permet de le dire » a lapidairement conclu le Procureur de la République d’Ajaccio.
Autant dire que l’enquête commence très difficilement. Avec aucune piste précise, peu de témoins qui n’ont pu donner d’éléments concrets aux policiers et la moto qui n’a pas encore été retrouvée, il faudra sans doute attendre les résultats préliminaires de l’autopsie du corps de Maitre Sollacaro pour, peut-être, avoir davantage de précisions sur cet assassinat qui a secoué la cité impériale et la Corse dans son ensemble mardi.




A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
Faits divers
Marilyne SANTI | 14/10/2016 | 41483 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Faits divers
Charles Monti | 14/08/2016 | 37503 vues
00000  (0 vote) | 38 Commentaires
Faits divers
Charles Monti | 17/08/2016 | 33689 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 37